Département du commerce : la grande attente

0
261

Les tensions inflationnistes sur le marché de la consommation pèsent lourds sur les ménages. Une situation à laquelle le nouveau gouvernement est beaucoup attendu. Au premier desquels ministères celui du Commerce et des Pme dirigé désormais par Abdou Karim Fofana. Idem pour celui de l’Economie, du plan et de la coopération, confié pour la première fois à une femme (voir par ailleurs).

Un nouveau gouvernement a été mis en place depuis samedi dernier avec à sa tête Amadou Ba, ancien directeur des impôts et domaines, ancien ministre de l’Economie, des finances et du plan, ancien ministre des affaires étrangères. Il ressort de cet attelage gouvernement que les départements ministériels de l’Agriculture et de l’équipement rural, de l’Economie, du plan et de la coopération, du budget et des finances, du Commerce et des petites et moyennes entreprises, de la Pêche et de l’économie maritime ont été fortement chamboulés.

De tous ces ministères, celui du Commerce semble en avoir fait les frais de son impuissance face aux tensions inflationnistes dans un contexte d’une pandémie sanitaire persistante depuis 2020, à la montée des prix à la consommation largement dubitable à la très forte reprise économique après deux ans de confinements successifs, au conflit russo-ukrainien qui a indubitablement impacté sur les prix des matières premières, au reconfinement de la Chine en raison de la recrudescence des cas de covid-19 en mars 2022 a créé une distorsion entre l’offre et la demande.

 

En pourtant, en réponse à cette dérégulation du marché de la consommation, le gouvernement avait pris des mesures de stabilité et d’harmonie nationale des prix dans le sens de la protection sociale et du soutien aux ménages pour «plus de 620 milliards de francs cfa, soit: 300 milliards de subventions au carburant, à l’électricité et au gaz au 30 septembre 2022; 157 milliards de renonciation aux recettes fiscales pour éviter le renchérissement des prix du riz, du blé, du maïs, du sucre et de l’huile; 120 milliards pour la revalorisation des salaires des agents publics; plus de 43 milliards de transfert d’argent en soutien à 543 000 familles vulnérables», a rappelé le chef de l’Etat dans son message à la nation du 16 septembre dernier. Hélas, toutes ces mesures n’ont pas eu tout l’effet escompté. Devant cet état de fait, le président Macky Sall fait savoir que les mesures d’allègement du coût de la vie et de soutien à l’emploi et l’entreprenariat des jeunes, la lutte contre les inondations, la cherté du loyer «resteront pour moi la priorité des priorités». Parce que dira-t-il : « Mon souci, c’est de tout faire pour rendre le quotidien plus supportable pour tous ».

Les ménages attendent des mesures concrètes sur le coût de la vie

Le successeur d’Aminata Assome Diatta au département du Commerce, en l’occurrence Abdou Karim Fofana aura du pain sur la planche pour se tirer de ce bourbier inflationniste. Comme l’a souhaité le chef de l’Etat dans sa dernière sortie, il faudra engager dans les meilleurs délais un dialogue avec tous les acteurs aux fins de trouver un consensus sur les prix, le champ d’application de ces prix et les modalités d’applicabilité des mesures consensuelles prises. En termes clairs, les populations attendent du ministère du commerce des actions concrètes comme le contrôle strict des prix des produits pour éviter la spéculation notamment sur les produits locaux qui ont connu une hausse inexplicable.

Quant au ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération, c’est Dr Oulimata Sarr désormais ex-directrice régionale du bureau d’ONU Femmes à Dakar couvrant l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale, avec 24 pays sous sa responsabilité qui s’en chargera.

Celui des Finances et du Budget, est désormais dirigé par Moustapha Ba, ex-directeur du budget. Donc, une promotion en interne faite à ce cacique des Finances. D’ailleurs, il est l’une des chevilles ouvrières du Plan Sénégal Emergent (Pse).

Aly Ngouille Ndiaye, ancien ministre de l’intérieur passe aux commandes du département de l’Agriculture et de l’équipement rural, en remplacement de Moussa Baldé qui aura en charge le ministère de l’Enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation. Avec le nouveau chef du département de l’Agriculture, le Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (Cncr) dit attendre beaucoup de l’effectivité de la mesure relative aux 10% de la subvention pour les engrais au profit des acteurs de l’agroécologie.

Au département de la Pêche et de l’économie maritime, Pape Sagna Mbaye fera face aux nombreuses difficultés du secteur de la pêche. Victorine Anquediche Ndèye, en remplacement de Zahra Lyane Thiam au ministère de la Microfinance de l’économie sociale et solidaire devra se retrousser les manches pour plus d’inclusion sociale des femmes et jeunes dans un contexte de raréfaction des ressources financières.

Le ministère de la Pêche et de l’économie maritime, dirigé par Pape Sagna Mbaye fera face à l’équation de la gestion transparente des ressources halieutiques, à la gestion de l’environnement en rapport à l’exploitation du gaz et du pétrole, mais aussi à la sempiternelle question des licences de pêche, de la rareté du poisson dans les eaux sénégalaises.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply