Dérives du régime : le PDS appelle à une grande manifestation nationale de l’opposition

0
167

Le Parti démocratique sénégalais (Pds) sonne la résistance de l’opposition.  Dans un communiqué rendu public hier, mercredi 20 avril, Me Abdoulaye Wade, Secrétaire général national du parti libéral appelle ses alliés et des partis de l’opposition à « une grande manifestation nationale afin de dénoncer et stopper les dérives du régime en place.

Va-t-on vers un réchauffement du climat politique au Sénégal ? En tout cas, dans un communiqué rendu public hier, mercredi 20 avril, Me Abdoulaye Wade, ancien président de la République et Secrétaire général national du parti libéral a lancé un appel à ses alliés et des partis de l’opposition à « une grande manifestation nationale afin de dénoncer et stopper les dérives diaboliques du régime en place ». En effet, dans ce texte dont une copie a été transmise à notre rédaction, l’ancien opposant devenu président de la République en la faveur de la première alternance politique au Sénégal le 19 mars 2000, Me Abdoulaye Wade, a dénoncé l’amendement adopté par l’Assemblée nationale lors du vote avorté de la loi portant modification du Code électoral pour augmenter sept députés aux 165 membres de la treizième législature le 15 avril dernier. Qualifiant cet amendement de « décision unilatérale du gouvernement de diminuer le nombre de députés sur la liste nationale », le Pds dénonce dans la foulée le piétinement du « protocole additionnel de la CEDEAO qui interdit toute modification dans le processus électoral à six mois des élections sans un consensus acté par les parties prenantes ».

Loin de s’en tenir là, le patron des libéraux a également dénoncé la « volonté affichée de ce régime en place d’empêcher près d’un million de jeunes de s’inscrire sur les listes électorales par l’utilisation de plusieurs filtres dont notamment l’obtention préalable de la carte nationale d’identité et la courte période réservée aux inscriptions sur les listes ». Par ailleurs, estimant qu’« aujourd’hui, les actes successifs du régime démontrent que les conditions pour des élections législatives, ouvertes libres et transparentes au mois de juillet ne sont pas réunies », le Secrétaire général national appelle, « tous les acteurs politiques à s’unir pour rejeter énergiquement le système de parrainage anti-démocratique imposé par le pouvoir en place en violation de la décision de la Cour de justice de la CEDEAO n° ECW/CCJJUD/10/21 du 28 avril 2021 ».

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :