Des acteurs réfléchissent sur l’implication des citoyens dans le suivi budgétaire

0
147

(APS) – Le ministre chargé de la Promotion des droit humains et de la Bonne gouvernance, Mamadou Saliou Sow, a présidé, mardi à Dakar, un atelier d’échanges et de partage dont l’objectif est de renforcer l’implication des citoyens dans le processus de suivi budgétaire.

La rencontre s’est déroulée en présence des représentants de l’Assemblée nationale, du Conseil économique social et environnemental, de la Cour des comptes ainsi que des ministères sectoriels, des organisations de la société civile, des élus locaux et des membres du secteur privé.

‘’L’objectif de cette rencontre est de redynamiser le suivi de la bonne gouvernance. Nous allons non seulement organiser de manière périodique ces genres d’ateliers de renforcement de capacités mais également décentraliser certaines de nos activités au niveau  local pour permettre aux citoyens de connaitre le budget national mais également celui des collectivités territoriales’’, a déclaré le ministre Mamadou Saliou Sow.

Il s’exprimait lors de l’atelier de renforcement de capacités et de promotion d’initiatives dynamiques du cadre multi-acteurs de suivi budgétaire organisé, à Dakar, par le projet ‘’Usaid Appui à la gestion des finances publiques » en collaboration avec la Direction de la Promotion de la bonne gouvernance du ministère la justice.

Le ministre a souligné que cet atelier ‘’est une instance de dialogue, d’harmonisation et de renforcement de capacités et de suivi participatif de la mise en œuvre du budget’’.

‘’Je suis persuadé que vos échanges déboucheront sur des recommandations pertinentes capables de contribuer à la participation citoyenne dans l’élaboration, la mise ouvre et le suivi du budget public au niveau national et local’’ a t-il ajouté.

Selon Amadou Kouyaté, Coordinateur du cadre de suivi budgétaire et président du réseau citoyen pour la transparence budgétaire, la société civile éprouve ‘’d’énormes difficultés pour accéder à l’information budgétaire ». Cette limite empêche les citoyens ‘’d’être au cœur du processus budgétaire’’.

‘’Nous avons approché le ministère pour leur dire que nous avons de beaucoup de difficultés pour accéder à l’information budgétaire » a-t-il-dit.

Selon lui, ‘’l’initiative de la loi est entre les mains » des pouvoirs exécutif et législatif, lesquels, ‘’doivent se rappeler que le budget est fait pour les citoyens notamment pour satisfaire et répondre, en priorité, aux besoins essentielles des populations ’’.

‘’Notre rôle, c’est de veiller à l’exécution du suivi par la réédition des comptes pour assurer l’efficacité et la transparence dans la satisfaction des besoins des populations’’, a-t-il-expliqué.

S’exprimant au nom du président de l’Assemblée nationale, Amadou Mame Diop, le député Abdoulaye Diagne a plaidé la formation des représentants du peuple pour ‘’un meilleur contrôle des dépenses publiques ».

‘’L’Assemblée vote le budget et assure le contrôle de l’action du gouvernent. Donc, il est essentiel que les députés soient formés dans la gestion des finances publiques’’ a-t-il-recommandé.

Leave a reply