Des boulangers haussent le ton en Casamance

0
155

Les ouvriers-boulangers des régions du Sud à savoir Ziguinchor, Sédhiou et Kolda dénoncent avec véhémence leurs conditions de travail «indignes» selon eux d’un chef de carré face aux exigences familiales et à l’immensité du volume de leur prestation. Ils l’ont fait savoir ce samedi dernier 30 octobre à Madina Wandifa à l’occasion d’une assemblée générale suivie d’une conférence de presse. Ces ouvriers regroupés au sein d’une force ouvrière dénommée «Entente ouvrière des boulangers» attirent l’attention des pouvoirs publics sur leur sort et menacent de mettre la clé sous le paillasson.

Cette assemblée générale a bien servi de tribune aux ouvriers boulangers de passer en revue leurs préoccupations. Si l’on en croit Boucar Mané l’adjoint au secrétaire du Mouvement «Entente ouvrière des boulangers», il explique qu’«en Casamance les boulangers sont très fatigués. Pas d’embauche, pas de contrat pour certains qui travaillent depuis plus de dix ans et d’autres avec de faux contrats qui n’ont aucune valeur juridique. Dans toute la région de Ziguinchor sur 27 boulangeries, il n’y a pas plus de 20 agents qui ont signé un contrat de travail. Nous demandons aux autorités de s’intéresser à notre triste sort».

Lui emboitant le pas, Ibrahima Djité membre de force ouvrière affiliée à cette entente, ajoute que «la précarité des boulangers les expose à beaucoup de vices car le patronat ne se soucie que de ses propres intérêts. Raison pour laquelle nous avons initié cette assemblée générale pour statuer sur notre sort et chercher ensemble des solutions d’amélioration de nos conditions de travail. Nous n’avons pas un traitement salarial acceptable et ceux qui rouspètent sont renvoyés du service, c’est aberrant».

Venu leur prêter main forte contre ce qu’il qualifie d’injustice et d’entorse aux droits des travailleurs, Sadibou Diatta le coordonnateur de la section de Ziguinchor de «Frappe France dégage» dépeint un quotidien lugubre des boulangers abonnés à une précarité déshumanisante. «C’est inhumain les conditions dans lesquelles travaillent les ouvriers boulangers de la Casamance. Tenez, le boulanger est payé au jour le jour avec seulement 2.000F CFA et deux baguettes de pain. En cas de maladie de l’ouvrier ou de ses enfants c’est un sérieux problème et à l’occasion des fêtes religieuses comme la Korité ou la Tabaski, c’est des foyers en dislocation, à l’ouverture des classes aussi c’est des problèmes pour inscrire les enfants», se désole Sadibou Diatta de Frappe France dégage.

Madina Wandifa situé entre ces trois régions méridionales a abrité cette assemblée générale de l’entente ouvrière des boulangers, une première du genre dans le Sud mais ces ouvriers promettent de se faire entendre aussi régulièrement que possible pour envoyer loin la voix stridente du boulanger qui risque de ne plus mettre la main à la pâte.

Moussa DRAME

Comments are closed.