Des pourparlers russo-ukrainiens «substantiels» à Istanbul

1
1270

Après plusieurs rencontres en Biélorussie et par vidéoconférence, une nouvelle session de pourparlers entre l’Ukraine et la Russie se tenait ce mardi 29 mars à Istanbul, en Turquie. Les échanges ne se poursuivront finalement pas demain, contrairement à ce qui avait envisagé. Mais ce n’est pas mauvaise signe : les deux parties ont en effet fait part de progrès à l’issue de leur rencontre.

Les discussions à Istanbul, qui ont duré quatre heures entrecoupées de pauses, ont avant tout permis à l’Ukraine de présenter de façon détaillée à la Russie les garanties de sécurité qu’elle entend obtenir en échange d’une forme de neutralité – de son renoncement à rejoindre l’Otan et à abriter sur son sol des troupes étrangères.

À l’issue de la rencontre, les négociateurs ukrainiens ont évoqué un mécanisme qui ressemblerait à celui que déclenche l’article 5 du traité de l’Otan en cas d’agression de l’un de ses membres. Un mécanisme international qui permettrait entre autres, en cas d’attaque contre l’Ukraine et d’échec d’une solution diplomatique rapide, à des pays garants d’aider le pays à se défendre. C’est la proposition de Kiev qui dit maintenant attendre une réponse de Moscou.

La partie russe, quant à elle, a aussi fait part de progrès, qualifiant les échanges de « substantiels ». Premier effet concret : pour donner une chance au dialogue, la Russie a annoncé réduire « radicalement » son activité militaire dans les régions de Kiev et Tcherniguiv.

Enfin, le ministre turc des Affaires étrangères, hôte de la rencontre, s’est félicité de l’issue de ces pourparlers. Mevlüt Çavuşoğlu a estimé que les négociations avaient connu aujourd’hui leurs progrès les plus « significatifs » depuis le début de la guerre. Il a également dit s’attendre à ce que les chefs de la diplomatie russe et ukrainien s’entretiennent très prochainement.

RFI.FR

Leave a reply