Développement des industries culturelles et créatives : des acteurs en conclave à Dakar

0
280

Des acteurs des arts visuels, des services créateurs, entre autres de l’écosystème d’innovateurs et de créateurs sont en conclave à Dakar depuis hier, vendredi 17 juin pour réfléchir sur la problématique des industries culturelles dans le cadre d’une rencontre professionnelle dénommée « B.créative West Africa».

L’évènement de deux jours organisé en partenariat avec BEM Dakar et Kedge Arts School devra permettre de «co-créer des connaissances pratiques entre les entrepreneurs et les entreprises culturelles qui sont porteurs d’innovations sociales et qui accompagnent le changement vers une économie créative, durable et inclusive».

«Le forum de B.créative vient à point nommé pour non seulement décanter une situation mais aussi apporter des propositions par rapport à la créativité contemporaine qui, aujourd’hui, a besoin d’un nouveau souffle pour rebondir. On a énormément d’appui, de soutien mais B.créative vient en appoint comme quelque chose qu’on appelle la chaine qui manquait dans l’ossature pour permettre d’articuler tout cela et huiler cette démarche», a fait savoir l’artiste-plasticien Kalidou Kassé.

Les organisateurs «B.créative» comptent sur la mobilisation du savoir-faire et de toutes les compétences pour le développement des industries culturelles et créatives.

«Nous avons compris que l’industrie de créateurs et d’innovateurs comporte de multiples enjeux sur lesquels nous devons nous mobiliser pour voir dans quelle mesure le Sénégal et l’Afrique en générale doivent être en pole position dans ce contexte et tirer profits d’innombrables d’avantages de ce secteur qui peuvent nous permettre de valoriser notre art, notre industrie culturelle mais aussi créer de la valeur, de la richesse, des emplois», a déclaré El Hadj Malick Faye.

En effet, la rencontre «B.créative» est l’aboutissement de la réflexion engagée lors d’un congrès organisé avec l’Académie de l’entreprenariat et de l’innovation. Selon El Hadj Malick Faye, le secteur des industries culturelles dispose de moyens mais «la difficulté, c’est comment y accéder», dira-t-il.

«Je crois que là aussi il faut que les acteurs formés, accompagnés pour pouvoir lever des fonds qui permettront de financer les activités parce que cela va générer des retombées», a  indiqué El Hadj Malick Faye. Pour la représentante de Kedge Arts School, Claire Grellier Fouillet, il s’agit d’accompagner et de soutenir l’entreprenariat culturel au Sénégal.

«On a vraiment voulu participer en tant qu’acteurs majeurs de l’éducation dans le management de l’industrie créative pour accompagner cet écosystème entrepreneurial à Dakar», a-t-elle expliqué. A l’en croire, trois entrepreneurs du secteur des industries créatives présenteront leurs projets et seront par la suite primés. Les lauréats seront accueillis en janvier 2023  dans le campus de Paris Kedge Business School.

Mariame DJIGO

Leave a reply