Didier Deschamps sort de son silence : démission de Noël Le Graët, gestion du « cas Benzema », futur de l’équipe de France

0
1824

Discret depuis la finale perdue du Mondial 2022, le sélectionneur de l’équipe de France masculine de football a notamment évoqué, dans deux entretiens, le départ du président de la FFF, dont il est proche.

Depuis le début de la crise qui a secoué la Fédération française de football (FFF), qui a abouti à la démission de son président Noël Le Graët, le 28 février, Didier Deschamps s’était montré plutôt silencieux. Dans deux entretiens accordés au Parisien et au Figaro, publiés dans la soirée du vendredi 10 mars, le sélectionneur des Bleus n’a pas voulu « revenir sur les raisons » qui ont conduit au départ du dirigeant, dont il est proche, mais il explique avoir mal vécu cette situation.

« Quoi que je dise, je sais que mes propos seront interprétés. Si je le défends, on dira que c’est parce qu’il m’a prolongé. Si je le critique, on dira que je le lâche parce qu’il est parti », justifie le technicien de 54 ans, dont le contrat à la tête de la sélection nationale avait été prolongé de quatre ans par M. Le Graët, au début de janvier. Cette décision avait été prise sans que celui qui était encore le président de la FFF en avise préalablement le comité exécutif (« comex ») de la fédération. « C’était la décision du président, pas la mienne, affirme l’intéressé. Comme tout entraîneur, j’étais soumis à une obligation de résultat. Si je suis toujours là, c’est parce que les objectifs ont été atteints. »

Didier Deschamps reconnaît que la « situation personnelle » du Breton, après un rapport d’audit accablant et l’ouverture d’une enquête préliminaire pour « harcèlement moral et sexuel », « mettait en difficulté l’institution et sans doute le football français dans son ensemble ». Toutefois, il souligne tout ce qu’il a « accompli auparavant » aux rênes de l’instance.

Interrogé sur le cas de son homologue à la tête de l’équipe de France féminine, dont la mission a été suspendue jeudi après la mise en retrait de plusieurs joueuses cadres de l’effectif, « DD » s’est dit « déçu » pour elle. Corinne Diacre a été « très sévèrement critiquée, alors que ses résultats plaidaient en sa faveur », estime-t-il. Là, encore, il botte en touche sur le fond du dossier : « Je n’ai pas tous les éléments. Je ne peux donc pas me prononcer », insiste-t-il. « Sur la forme, on peut s’interroger… »

« C’est la vérité, il n’y en a qu’une seule »

Dans ces deux entretiens, Didier Deschamps est aussi revenu sur la finale du Mondial, perdue face à l’Argentine de Lionel Messi aux tirs au but. La compétition était « loin d’être un long fleuve tranquille », rappelle-t-il, pointant entre autres « l’absence de joueurs très importants… ». Parmi eux, son attaquant star Karim Benzema, parti avant l’entame du tournoi en raison d’une blessure à l’entraînement… un cas dont la gestion avait été ensuite critiquée. Le Ballon d’or 2022 avait finalement repris l’entraînement avec son club, le 10 décembre, quatre jours avant la demi-finale contre le Maroc.

« On a fait les choses [sur le plan médical] comme on devait le faire et Karim le sait bien », balaie le technicien, qui a tenu à livrer sa version des faits :

« Quand je me lève le lendemain matin [de sa blessure], on me dit qu’il est parti. Il avait décidé de partir par un vol commercial. Je lui envoie un SMS, il m’a répondu quand il a atterri. C’est la vérité, il n’y en a qu’une seule et c’est celle-là. »

« Karim m’a dit lui-même qu’il n’aurait pas été prêt [pour la suite du tournoi] », insiste le sélectionneur. Ces déclarations ont été accueillies avec ironie par le joueur de 35 ans.
Sur Instagram, celui-ci a publié une capture d’écran où figurent des propos issus de l’interview en y accolant la phrase « mais quelle audace », agrémentée d’une émoticône de clown. Il a aussi partagé la vidéo d’un snapchatteur français, Ritchie, qui répète le mot « menteur, toi t’es un menteur ». Au-dessus de cet extrait, le buteur a inscrit : « Sacré Didier… Bonne nuit. »

Cette passe d’armes entre les deux hommes n’est qu’un épisode de plus dans leur relation tortueuse et celle qu’a entretenue le joueur avec l’équipe de France. Au lendemain du Mondial, Karim Benzema avait annoncé dans un message laconique sa retraite internationale (97 sélections, 37 buts). Ce choix, « DD » refuse de le commenter : « Ne me demandez pas ses arguments. Il lui appartiendra de les communiquer ou pas. »

« A partir de lundi [13 mars], on sera tous focalisés sur les qualifications pour l’Euro 2024, moi le premier », ajoute le sélectionneur, qui devra composer dans deux autres cadres habituels, Hugo Lloris et Raphaël Varane ayant tous deux décidé de mettre un terme à leur carrière en Bleu. « Je n’ai pas peur du vide. Sinon, j’aurais été tremblant avant la Coupe du monde vu les critiques sur le manque supposé d’expérience, de cadres, de leaders… Je pars du principe, même dans la pire situation, qu’il y a toujours du positif », plaide-t-il.

Jeudi 16 mars, Dider Deschamps présentera les joueurs retenus pour disputer les qualificatifs de la compétition continentale, organisée du 14 juin au 14 juillet 2024 en Allemagne. La France affrontera les Pays-Bas, le vendredi 24 mars (20 h 45) au Stade de France.

Le Monde

Leave a reply