Diminution de la quantite de l’air, exposition des oiseaux et des tortues de mer, effets sur la faune et la flore : ces risques environnementaux liés à l’exploitation du projet gazier Gta

0
196

Un certain nombre de risques environnementaux sont liés à   l’exploitation du projet Gta.  Parmi ces craintes, on peut citer une diminution de la quantité de l’air ambiant pendant la phase de construction, l’exposition des oiseaux et  des tortues de mer à des niveaux élevés d’hydrocarbures dans la zone élargie et des  impacts sur la faune et la flore. Ces menaces ont été révélées par  le rapport provisoire de la revue  scientifique de l’étude d’impact environnemental et social (EIES), initié par Legs Africa et rendu public hier, jeudi 4 Août.

L’étude d’impact environnemental  et  social du projet  gazier Grand Tortues Ahmeyim (Gta) a montré que des risques environnementaux sont liés à l’exploitation du gaz. Le rapport provisoire de la revue scientifique de cette étude, initiée par Legs Africa, a été restitué hier, jeudi 04 août, lors d’un atelier. Selon ce rapport,  il est craint une  diminution de la quantité de l’air ambiant pendant la phase de construction. Il y a également l’exposition des oiseaux et   des tortues de mer à des niveaux élevés d’hydrocarbures dans la zone élargie. L’étude  révèle  quelques impacts létaux qui découlent d’effets directs et indirects à l’exposition sur les hydrocarbures, suite à l’émission d’un puits, à une défaillance possible du Fpso ou encore en raison d’une collusion avec un navire. Pour minimiser ces dégâts, des mesures de mitigations ont été prévues. « Concernant  les risques relatifs à la quantité de l’air ambiant, il est prévu de faire le suivi  de la consommation de carburant en tant qu’indicateur de  mesure des performances des émissions. Par rapport à l’exposition de la faune  dans l’éventualité d’un  déversement d’hydrocarbure, parmi les mesures prévues, il y a la surveillance et le suivi, le confinement et  la récupération en mer, la protection et le nettoyage du littoral », a fait savoir Djibirou Daouda Ba, consultant.

En cas de contamination aux hydrocarbures d’espèces menacées entrainant la mortalité suite  à l’émission d’un puits, à une défaillance possible  du Fpso ou encore en raison d’une collusion avec un navire, il  préconise comme mesures de mitigation  de  mobiliser une équipe de nettoyage et de réhabilitation sur la zone, de faire appel à des experts pour atténuer les impacts sur la zone sensible et les espaces sauvages, de suivre les exigences de réglementation nationale  en matière de dégradation. En dehors de ces risques sur l’environnement, des risques socioéconomiques et des risques liés à la sécurité ont été également  identifiés par le rapport.

NDEYE AMINATA CISSE

 

Leave a reply