Dina esposito de l’Usaid sur la sécurité alimentaire au Sénégal : « L’USAID a fourni 35 millions de dollars de financements et d’investissements agricoles au cours de l’exercice 2022 »

0
398

En tournée à Saint-Louis où elle a visité plusieurs projets liés à l’agriculture et à la sécurité alimentaire financés par l’USAID, l’Administratrice Adjointe pour le Bureau de la résilience et de la sécurité alimentaire Dina Esposito est revenue sur un certain nombre de facteurs ayant accentué la crise alimentaire dans beaucoup de pays africains. Il s’agit entre autres de la pandémie de Covid-19 et la guerre de la Russie contre l’Ukraine. La coordonnatrice de la crise alimentaire au niveau mondial qui a pris part aussi au sommet mondial de Diamniadio, s’est ouverte à notre rédaction. Entretien.

La situation alimentaire dans beaucoup de pays en Afrique est marquée par une crise alimentaire. Elle s’est accentuée avec le contexte géopolitique marqué par la guerre en Ukraine. Aujourd’hui, selon vous, quels sont les leviers à activer pour permettre à ces pays en situation de crise alimentaire de faire face ? 

Une confluence de crises a poussé de nombreux Sénégalais à une situation alimentaire difficile. Les prix des aliments et des engrais, déjà élevés en raison de la pandémie de COVID-19, ont encore augmenté en raison de la guerre de la Russie contre l’Ukraine, mettant ainsi les familles en danger. La hausse des prix des denrées alimentaires au Sénégal augmente également le coût d’une alimentation saine, ce qui détériore la qualité du régime alimentaire des Sénégalais, en particulier ceux des ménages ruraux.  En réponse à la crise mondiale de la sécurité alimentaire, l’USAID a fourni au Sénégal plus de 12 millions de dollars de financement supplémentaire de Feed the Future au cours de l’exercice 2022. Ces fonds d’aide au développement d’urgence s’ajoutent aux 23 millions de dollars d’investissements agricoles de l’exercice 2022.

Les 12 millions de dollars de financement supplémentaire du Sénégal faisaient partie d’une enveloppe plus large de 760 millions de dollars d’aide au développement d’urgence fournie par le Congrès américain l’année dernière pour aider Feed the Future à répondre à la crise au niveau local dans le monde entier.

Le Sénégal utilise son financement supplémentaire de Feed the Future pour intensifier les efforts visant à atténuer directement les impacts de l’insécurité alimentaire croissante, qui ont été exacerbés par l’invasion non provoquée de l’Ukraine par la Russie.

Ce financement est utilisé pour soutenir les politiques nationales et catalyser les entreprises du secteur privé afin de développer des alternatives locales aux engrais, d’aider les petits exploitants agricoles à utiliser les engrais plus efficacement et de toucher plus de 270 000 personnes en améliorant les pratiques liées au sol et à la conservation qui améliorent la sécurité alimentaire.

Vous êtes en partenariat avec Agro Boye, une entreprise industrielle sénégalaise spécialisée dans l’horticulture, après 7 années d’existence et d’activité. Qu’est ce qui constitue le socle de ce partenariat et quelles sont les motivations ?

L’USAID, par le biais du West Africa Trade & Investment Hub, a accordé à Agro Boye une subvention de co-investissement de 1,1 million de dollars pour développer la production de pommes de terre, d’oignons et de maïs. La subvention de co-investissement a permis d’obtenir un investissement de 6,3 millions de dollars réalisé par Agro Boye et sa société mère.  Le partenariat de co-investissement facilitera également la construction d’une nouvelle usine de transformation d’aliments pour animaux de 70 000 MT à Sanar, Saint-Louis. Le « Trade Hub » de l’USAID améliore la productivité, la rentabilité et la compétitivité du secteur privé en Afrique de l’Ouest grâce à des approches basées sur le marché.  En travaillant en partenariat avec le secteur privé et en encourageant les co-investissements par le biais de notre Fonds de co-investissement, le Trade Hub génère de nouveaux investissements en capital du secteur privé dans des secteurs clés afin de créer des emplois et d’accroître le commerce entre les États-Unis et l’Afrique de l’Ouest.

Ici, au Sénégal, l’USAID donne la priorité à la sécurité alimentaire en aidant des entreprises comme Agro Boye à accroître leur production, à embaucher de nouveaux employés, à pénétrer de nouveaux marchés et à appliquer des pratiques agro-écologiques appropriées pour renforcer la résistance au climat.

Ce partenariat dure 3 ans et prendra fin justement en avril 2024, quels sont les principaux objectifs, dans ce projet, en terme de productivité, de création d’emplois aussi ?

Le projet permettra d’accroître la production agricole d’Agro Boye en étendant les cultures de 68 hectares et en modernisant les 210 hectares existants grâce à des systèmes d’irrigation au goutte-à-goutte et à pivot. L’installation de traitement des aliments pour animaux sera la première à être construite dans le nord du Sénégal et garantira un approvisionnement permanent en aliments pour animaux, en particulier pendant la saison sèche, lorsque les éleveurs connaissent des pénuries à la fois de pâturages naturels et d’aliments pour animaux.  Le partenariat permettra de créer plus de 700 emplois pour les membres de la communauté locale, dont deux tiers seront des femmes et des jeunes.

L’on sait qu’en Afrique et particulièrement au Sénégal, les défis restent entre autres l’accès aux produits, le stockage et la conservation. Les infrastructures de stockage presque inexistantes, l’acheminement pose également problème faute de routes. Vous qui êtes basés à plusieurs kilomètres de la capitale, comment comptez-vous y prendre ?

Comme vous l’avez noté, le Sénégal, comme de nombreux pays africains, est confronté à une variété de défis qui empêchent une plus grande productivité agricole. À l’USAID, et par le biais de l’initiative Feed the Future du gouvernement américain, nous pensons que le secteur privé a un rôle important à jouer, en partenariat avec le gouvernement du Sénégal.   Les entreprises locales, comme Agro Boye, sont un excellent exemple où l’investissement privé combiné à un travail acharné peut favoriser la transformation agricole. En 2019, Agro Boye a construit un entrepôt frigorifique de 6 000 tonnes pour stocker des pommes de terre, des oignons et des carottes. Avec l’expansion de la production, l’entreprise prévoit déjà d’augmenter sa capacité de stockage.  L’USAID est fière de s’associer à Agro Boye et à d’autres entreprises sénégalaises qui s’engagent à transformer le système alimentaire du Sénégal et à soutenir la sécurité alimentaire.

YVES TENDENG 

 

Leave a reply