Diouf Sarr s’explique sur la fermeture d’une clinique pour dialyse

0
118

La fermeture d’une clinique de la place qui effectuait des séances de dialyse a été fermée avait créé la psychose chez les personnes en besoin de dialyse. Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf a apporté des éléments de réponse face à l’inquiétude certains patients.

Selon le ministre, il y a une relation entre une clinique privée et son bailleur.

« Si cette clinique privée ne paie pas et accumule beaucoup d’arriérés de location, le bailleur est en droit de l’amener en justice. Et c’est ce que le bailleur a fait et le juge a décidé pour qu’on l’expulse » a-t-il renseigné.

Et de poursuivre : «si le juge décide à ce qu’on l’expulse sur la requête du bailleur privé, vous conviendrez avec moi que c’est une affaire privé ».

Sur le sort des patients en dialyse, le ministre Diouf Sarr a rétorqué : «  en tant qu’Etat, c’est de défendre les patients et de faire en sorte que dans ce combat entre deux privés qu’ils ne souffrent pas. C’est pourquoi nous avons pris toutes les dispositions pour redéployer tous ces malades dans d’autres structures pour que leur traitement ne soit interrompu. Mais, nous ne pouvons pas dire au bailleur que vous n’avez pas le droit d’ester en justice ou d’expulser quelqu’un qui vous doit beaucoup d’argent ». 

Il n’a pas manqué d’assurer que :«  nous allons prendre toutes les dispositions pour que ces patients continuent leur traitement. D’ailleurs nous sommes en train de les redéployer dans les autres centres de traitement ».

Denise ZAROUR MEDANG

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :