Diouf Sarr, une chute prévisible !

0
475

7 ans, 6 mois ! Abdoulaye Diouf Sarr semblait indéboulonnable. Du département du Tourisme et du Transport aérien à la station de la Santé et de l’Action Sociale en passant par le ministère de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire, l’ancien maire de Yoff a vécu les gouvernements de Dionne I et II, puis Macky III et IV qu’il a quitté avant-hier, jeudi 26 mai, emporté par l’incendie ayant occasionné la mort de 11 bébés à l’hôpital Mame Abdou Aziz Sy Dabakh de Tivaouane.

Pourtant, cet économiste de profession avait fini par se tailler un costume d’un «présidentiable». Faisant partie des rares directeurs généraux du Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD) à quitter «cette vache à lait» de tous les régimes sans laisser trainer des casseroles derrière lui, Abdoulaye Diouf Sarr se faisait récompenser par une entrée dans le gouvernement de Dionne I, pour avoir surtout résisté à l’ouragan Khalifa Ababacar Sall et son Taxawu Ndakaru qui avait balayé tout sur son passage lors des Locales du 2014. Il succède à Oumar Guèye au département du Tourisme.

Et moins d’un an après, il est propulsé au ministère de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire pour un peu plus de deux ans. Mais, c’est au département de la Santé et de l’action sociale qu’il va le plus marquer les esprits. D’abord positivement. Notamment dans la gestion de la covid-19. Le Sénégal sera d’ailleurs l’un des rares pays au monde à faire preuve de résilience face à ce virus.

Le Président de la République n’avait d’ailleurs pas manqué de féliciter le capitaine de son «équipe» dans la lutte contre le coronavirus. Toutefois, s’il avait remporté la première manche face au virus Sars-Cov 2/Covid-19, la deuxième vague lui sera fatale. Scandales à répétition notamment dans la gestion que certains ont qualifiée à tort ou à raison de nébuleuse. Mais c’est surtout les drames à répétition notés dans ce secteur qui auraient précipité sa chute.

D’abord, celui des bébés morts calcinés à Linguère. Ensuite, la mort atroce d’Astou Sokhna enceinte de 9 neuf mois à Kaolack. Last but not least, ce sont 11 bébés qui décèdent dans un incendie à Tivaouane.

Dans un pays où les hôpitaux sont plus malades que les patients, avec un accueil et une qualification qui laissent à désirer sans occulter le refus de certains spécialistes d’aller servir hors de Dakar pour diverses raisons, la coupe était pleine pour qu’Abdoulaye Diouf Sarr puisse sauver sa tête déjà mise à prix par les syndicalistes et autres activistes dans les réseaux sociaux. Surtout après sa cuisante défaite aux Locales face à la coalition Yewwi.

Abdoulaye THIAM

Leave a reply