Diourbel – Le vote de la loi sur les «daaras», une préoccupation des maîtres coraniques

0
161

La Journée nationale du talibé, décrète par le gouvernement sénégalais, a été célébrée hier, mercredi 20 avril 2022, au «Daara» (école coranique) de Serigne Mamadou Mountakha Mbacké par Serigne Macoura  Niang au quartier Keur Yéli de Diourbel. Le Collectif national des «daaras» modernes a   saisi cette occasion pour demander le vote du projet de loi sur les «daaras».

Les maîtres coraniques ou «serignes daaras» ont  tout d’abord salué  les quelques  avancées  notées  dans le fonctionnement des «daaras», avec la mise en œuvre de programmes de l’Etat tels que le PAQUEB, PIPADH  et LE PAMOD. Toutefois le vote du projet de loi sur les «daaras»  reste  une préoccupation.

Le Président du Collectif national des daaras, Serigne Omar Tandiang, explique : «Ce qui nous préoccupe le plus, c’est le vote du projet de loi sur les daaras que nous avons déposé sur la table des autorités étatiques, il y  a de cela quelques années. Tout ce qui reste, c’est de saisir l’Assemblée nationale pour le vote de cette loi ; ce qui permettra au daara de retrouver sa place, à l’image des autres structures».

Pour Serigne Macoura Niang, le programme de construction de 100 daaras modernes est inachevé dans la région de Diourbel. Selon lui, son propre daara en fait partie. «Ceux qui étaient chargés de l’exécution de ces projets ont dilapidés les fonds. Il s’agit de mon propre daara et de 3 autres de Bambey. Il y a donc  4 daaras de la région de Diourbel dont la moitié des travaux de construction n’a pas été réalisée.» A l’en croire, les  efforts de l’Etat et de ces partenaires techniques et financiers ont  permis d’améliorer les conditions de vie des talibés.

Le chargé de programmes au niveau de la Fédération du Baol, partenaire de Child Fund, Pape Amadou Niasse, déclare que leur structure est dans une dynamique d’accompagner les daaras pour l’amélioration des conditions de vie des enfants talibés. «On a décidé d’accompagner le Serigne Daara Macoura Niang dans l’organisation de cette journée. C’est une journée qui doit être célébrée pour tous les enfants talibés, dans le but d’améliorer leurs conditions de vie  et de discuter de toutes les questions qui tournent autour de l’enfant talibés, afin de trouver des solutions qui pourront améliorer leurs conditions d’existence», a-t-il conclu.

Adama NDIAYE

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :