Diourbel/ rentrée scolaire : les élèves aux abonnés absents

0
637

Le concept «Ubi Tey, Jang Tey» est loin d’être une réalité à Diourbel. La  traditionnelle visite des autorités administratives et académiques dans quelques établissements scolaires conduite par Oumar Ndiaye l’adjoint au gouverneur en charge des affaires administratives et du Préfet Mamadou Khouma   a permis de constater la non effectivité  de la rentrée scolaire  des élèves.

Pour l’inspecteur d’académie de Diourbel  Monsieur Seydou Sy, «il y a une effectivité de la rentrée dans le préscolaire. Par contre, il une présence de 10 à 15% au  niveau de l’élémentaire. Dans le moyen secondaire, les élèves ont brillé par leur absence».

C’est ainsi que l’Inspecteur d’académie de Diourbel a invité les parents d’élèves à prendre leurs responsabilités en demandant à leurs enfants de regagner les classes.

«Je crois que le jour de la rentrée, il ne revient pas aux enseignants d’investir les domiciles pour faire sortir les élèves  mais nous attendons à ce que les parents prennent leurs responsabilités et demandent à leurs enfants de se rendre à l’école parce que toutes les dispositions  pédagogiques : listes des classes, emplois du temps sont prêtes», a-t-il déclaré.

En ce qui concerne le déficit de tables bancs, Seydou Sy soutient qu’une dotation de 3000 tables a été reçue. Le dispatching se fera incessamment. Face au déficit de personnel enseignant, il soutient qu’avant de faire une expression de besoin, il faut une utilisation optimale du personnel. «Nous sommes tous des fonctionnaires. Il y a des textes qui nous régissent. Un professeur de collège doit à l’Etat 25 heures. Un professeur d’enseignement moyen secondaire doit à l’Etat 21 heures. Nous veillerons à ce que ces exigences horaires soient respectées. On ne peut être un professeur de collège à cycle complet faire 16 à 18 heures de cours. Ce n’est pas équitable et ce n’est pas rationnel», précise-t-il.

Selon lui, il y  aura un redéploiement du personnel en attendant leur dotation en ressources humaines. Il y a une augmentation du nombre de lycées au niveau de la région qui passent de 17 a 20.

Adama NDIAYE

Leave a reply