Distribution de « Ndogou » gratuit : le Ramadan, un mois du social

1
326

Le Ramadan est un mois de communion  durant lequel tous les croyants rivalisent d’ardeur dans l’accomplissement de bonnes œuvres. C’est ainsi qu’à cette occasion, des jeunes s’investissent dans la distribution de « ndogou » gratuit, chaque jour à l’heure de la rupture du jeûne. Et le constat est général, dans les rues de Dakar où l’on retrouve de part et d’autre des groupes de jeunes mobilisés pour les 29 ou 30 jours de ce mois sacré pour partager café, pain, lait et autre aliments avec les jeûneurs.  Ce geste tant salué est synonyme de solidarité et de générosité au Sénégal. 

 

Le mois de Ramadan, « mois de promotion », comme on aime dire, est un moment propice à l’accomplissement  de bonnes actions. À l’heure de la rupture du jeûne, le rituel est le même dans les rues de Dakar. Comme chaque jour, depuis le début du mois sacré, des jeunes s’affairent aux derniers préparatifs du « ndogou ». Au bord de la route, dans les quartiers populaires, entre les voitures, ils sont partout. Calebasse à la main, ils arpentent les rues de Dakar pour récolter de l’argent. Une quête auprès de bonnes volontés qui sert à se procurer café, lait, pain et autres aliments qui sont préparés et distribués gratuitement généralement aux jeûneurs et autres passants que l’heure de la rupture trouve en route, en pleine circulation ou hors de chez eux.

Vêtu d’une djellaba bleu, Fallou fait partie de ces bénévoles. Petite calebasse à la main, notre attention est attirée par le son des pièces qui s’entrechoquent à chacun de ses  mouvements. On le voit faire des va et vient sur le trottoir, interpellant des passants qui voudraient bien donner leur participation. « Depuis le début du mois béni je rejoins mes amis pour distribuer le ndogou. Et les gens sont plus susceptibles à cette période ; donc ils ont plus de facilité à donner de l’argent. Quel que soit la somme remise, on est toujours satisfait ; c’est mieux que rien », dit-il.

 

Une fois la collecte effectuée, l’heure est aux préparatifs du ndogou. Notre horloge affiche  16h. Nous sommes à l’unité 6 des Parcelles Assainies. À cette heure déjà, on peut sentir l’odeur du café Touba qui boue dans la marmite, avec autour d’elle un groupe de jeunes qui s’activent aux derniers réglages.

Babacar s’affaire à la préparation du café. A l’aide d’un tamis traditionnel, il filtre et choisi le dosage du café. Un geste machinal dont il a pris goût, au fur du temps. « C’est un plaisir de pouvoir partager ne serait-ce qu’une tasse de café avec son prochain. Il y a de cela quelques années, je n’étais pas très engagé dans la distribution de ndogou. Et pourtant  aujourd’hui, ma vision des choses a changé ; je coordonne  l’organisation du ndogou dans mon secteur et je veille à ce que tout soit prêt à temps, au grand plaisir des jeûneurs », déclrare-t-il.

Non loin de lui, nous retrouvons sous la tente un autre groupe de jeunes qui sont chargés de tartiner le chocolat dans les morceaux de pain. « Comme vous pouvez le constater, tout le pain que vous voyez ici est destinés à la distribution. Il y a du chocolat, du thon, du niébé, des petits pois. Nous faisons de notre mieux pour multiplier l’entraide en ce mois », confie-t-il.

 

NDOGOU ISSU DE FONDS PROPRES OU QUETES, L’ESSENTIEL C’EST LA SOLIDARITE ET LE PARTAGE

 

Alors que la générosité de certains bénévoles repose sur les collectes issues des quêtes auprès bonnes volontés, des passants et voisins, d’autres, par contre, agissent de leur propre moyens. À l’Image de Diakhaté, un des responsables d’une structure dénommée « Sama Gokh ». Domicilié à Cambérène 2, il explique : « c’est une initiative que nous perpétuons tous les ans, avec nos fonds propres, pour aider ceux qui vivent dans le quartiers et certaines personnes qui, à cause des embouteillages, n’arrivent pas chez eux à l’heure de la rupture. Tous les jours, nous achetons 1 kg 500 de café Touba ainsi que tout ce qui va avec, comme le pain ; nous en achetons  jusqu’à 26 baguettes tous les jours ».

Pas question de lésiner sur la qualité du produit. Selon Diakhaté. « Chaque année, le menu que nous proposons s’enrichit, les années passées nous ne proposions que du beurre ou du chocolat ; mais cette année, si on prépare des spaghettis, de la sauce au foie, niébé, de la mayonnaise. On assure ce repas tous les jours. Plusieurs jeunes font comme nous, mais la manière de faire diffère. C’est grâce à une cotisation que nous arrivons à gérer. Nous tenons également des réunions pour nous enquérir de l’état de la caisse. Nous sommes un groupe avec une vision commune : « aider », martèle-t-il.

Pape Moussa, en sa qualité de chauffeur de taxi, magnifie cette initiative. « Je me retrouve souvent bloqué dans les embouteillages. Donc je trouve que c’est une bonne initiative pour nous qui passons notre temps derrière le volant et loin de notre famille », soutient-il.

Le partage est un des bienfaits recommandé par l’Islam, surtout durant le mois de Ramadan où toutes les œuvres pieuses sont multipliées par au moins dix (10). Malgré la conjoncture difficile, les bénévoles ont tenu à perpétuer ce geste tant salué par nombre de jeûneurs.

Adjaratou Marieme Diaw MBAYE (Stagiaire)

 

Leave a reply