Distribution de semences : le préfet de Tivaouane promet la ”fermeté totale” contre toute velléité de détournement

0
248

(APS) – Le préfet du département de Tivaouane Mamadou Guéye a promis, lundi, lors de la réception officielle des semences d’arachides, une “fermeté totale”’ contre toute velléité de détournement des intrants agricoles destinés aux producteurs, en perspective de la campagne agricole 2024-2025.

A la tête de la commission de réception et de cession des intrants et semences, Mamadou Guéye recevait officiellement les quotas de semences d’arachides et d’engrais de la commune de Tivaouane.

En lançant publiquement les opérations, il a promis une “fermeté totale contre toute velléité de détournement des intrants et semences agricoles”.

Mamadou Guèye avait à ses côtés des membres de la commission départementale de cession, dont le maire de la commune de Tivaouane, Demba Diop Sy.

Il s’est réjoui du ”bon déroulement” de cette activité.

“Vous avez suivi avec nous et vous avez pu constater toutes les étapes qui ont été mises en œuvre, pour la réception des intrants et un contrôle rigoureux et strict, aussi bien de la qualité que de la quantité des semences d’arachide”, a fait remarquer M. Guèye.

Selon Mamadou Guéye, la commission a choisi au hasard des sacs, dont les contenus ont été pesés, et ont fait l’objet d’une vérification de la qualité.

Ce contrôle a montré que les semences convoyées respectent les normes établies, aussi bien pour la quantité que pour la qualité, a-t-il noté.

Il a expliqué qu’à Tivaouane, les quotas ont été éclatés entre les quartiers, dont chacun, sous l’égide de son chef et de son comité, a pu effectuer un “ciblage communautaire”.

Le préfet relève ainsi une ”démocratisation de l’accès aux semences” par l’implication des acteurs à la base dans le choix des bénéficiaires.

C’est seulement après cette procédure que les délégués de quartier viennent déposer les listes des bénéficiaires auprès des commissions.

Dans la phase suivante, les bénéficiaires viennent ”se présenter individuellement avec (leur) carte d’identité, pour pouvoir enlever leur quotas de semence”.

Selon Mamadou Guèye, la dimension genre a été prise en compte dans l’opération réception et de cession des semences, à travers la présence de femmes dans la commission, conformément aux instructions des plus hautes autorités du pays.

Le pourcentage de plus de 20% de semences alloués aux femmes, selon une directive gouvernementale, a été respecté, a renseigné le préfet.

“Nous pouvons même dire qu’à Tivaouane, nous sommes allés au-delà de ce pourcentage”, a-t-il dit, ajoutant que les autorités se sont assurées que déjà, dans le ciblage au niveau des quartiers, les listes comportent au moins 20%t de femmes.

Des quotas ont aussi été réservés aux groupes vulnérables que sont les handicapés, les jeunes et encore les femmes.

En plus d’allouer des semences aux femmes, l’autorité administrative entend les aider à accéder aux terres, en relation avec les sous-préfets et les maires.

“Tout ce qu’on attendait du chef de l’Etat a été acté aujourd’hui. Ce qui reste maintenant, c’est l’encadrement des femmes, pour qu’elles jouent correctement leur partition afin de faire de la souveraineté alimentaire une réalité au Sénégal”, s’est réjouie la présidente départementale du Conseil consultatif des femmes, Kiné Sy.

Babacar Dieng, un cultivateur venu de Santhiou Pire a, après avoir reçu ses semences, salué la “démarche historique” des autorités, disant n’avoir “jamais vu une distribution aussi démocratique”.

Le préfet de Tivaouane a rappelé les instructions gouvernementales portant sur un “suivi rigoureux“ de la campagne agricole, dans laquelle “l’État, plus que par le passé, a investi beaucoup de moyens”. D’où la nécessité de s’assurer que ces financements soient utilisés pour que l’objectif pour lequel ils ont été alloués soient atteints.

Leave a reply