Dividendes de l’exploitation gaziere : British Petroleum réclame l’expertise locale

0
438

L’indisponibilité de l’expertise locale dans le secteur gazier pourrait faire perdre des dividendes à l’économie Sénégalaise. C’est ce qu’a fait savoir, hier lundi, à Dakar le Dg de British Petroleum Massaer Cissé, lors d’un atelier de sensibilisation des fournisseurs au processus d’appel d’offres et à la sélection des contractants.

Les responsables de British Petroleum, en charge de l’exploitation du champs gazier Grande Tortue Ahmeyim (GTA) à cheval entre la Mauritanie et le Sénégal ont relevé, ce jour, à Dakar le manque d’expertise locale à même de répondre au besoin du marché en perspective de l’exploitation gazière, attendue en début de l’année 2023. Ils l’ont fait savoir, ce jour à Dakar lors d’un atelier de sensibilisation des fournisseurs au processus d’appel d’offres et à la sélection des contractants. Le Directeur général (Dg), Massaer Cissé directeur général de Bp au Sénégal a d’emblée souligné qu’un échange avec les partenaires dans le cadre du projet GTA de Bp était très important, notamment « sur le développement du contenu local sur lequel les Etats peuvent tirer le maximum de dividendes. Et sur, le Sénégal n’est pas très outillé pour répondre au besoin du marché. Et c’est tout le sens de cet atelier de sensibilisation pour échanger avec le privé afin d’avoir des partenaires de qualité fiable pour les deux pays que sont le Sénégal et la Mauritanie », a-t-il expliqué.

Pour lui : « Il n’y a pas de contenu local sans expertise locale ». Donc, il est extrêmement important d’avoir une bonne expertise locale pour avoir un bon contenu local. On a tout intérêt à travailler avec les experts locaux. Plus de 300 société sénégalaise et plus de milliers d’employés sénégalais qui ont travaillé sur le projet et qui continue d’y travailler »

Le Dg Cissé de préciser que « le Projet devrait démarrer sa production d’ici la fin de janvier de l’année prochaine ». A l’en croire, « la coopération instaurée pendant la phase d’installation continu dans la phase d’exploitation qui va durer des décennies ».

Selon le Dg de BP : « Le plus important, c’est l’expertise locale. C’est elle qui est à la base du développement dudit secteur avec une incidence financière importante à même d’avoir des retombées financières conséquentes ».

A suivre ses explications ; « la chaîne de valeurs concerne la partie ingénierie, génie civil, électrique fiscale aussi bien. En mer et en onshore. Il s’agira aussi d’accompagner les populations au niveau locale dans leurs activités ».

Anne Marie Gaye responsable des approvisionnements de Bp dira : « Le GTA est un projet d’importance nationale non seulement pour la Mauritanie mais aussi pour le Sénégal ».

Ledit projet croit-elle savoir « va contribuer dans les économies nationales respectives à un revenu très significatif ». Seulement, « il faut que ces revenus soient bien redistribués aux niveaux des population. Et cela, passe par la création d’un bon contenu local à même de créer des services connexes ». 

Elle rajoute : « Nous avons eu à exécuter un certain nombre d’appels d’offre et le retour sera donné bientôt. Nous allons aussi échanger sur les difficultés que rencontre les fournisseurs pour avoir une compréhension optimale de la question et permettre à des Mauritaniens et Sénégalais de gagner suffisamment des parts de marchés dans l’exploitation gazière ».

Aujourd’hui, relève-t-elle : « les difficultés relevées sont d’ordre technique. Nous sommes un projet qui se déroule en pleine mer et les aspects sécuritaires sont très importants ». Donc, « il faut une meilleure compréhension des exigences », explique -t-elle.

JP MALOU

 

Leave a reply