Djilor / Plus de 458 millions de l’UE à «Jappal Ma Japp» pour l’autonomisation économique et sociale des femmes

0
277

La localité de Djilor dans la commune de Fimela (Région de Fatick) a abrité ce jeudi 12 mai 2022, la cérémonie de lancement de Jappal ma japp, un projet financé par l’Union européenne d’un coût estimatif de près de 700.000 euros (plus de 458 millions F CFA) pour 30 mois. Un lot de 400 femmes est retenu. Il a comme cible, les femmes rurales et périurbaines de la banlieue de Dakar, de Pikine, de Guédiawaye, de Taïba Ndiaye (Région de Thiès Tivaouane), de Djilor (Fimela –Région de Fatick).

Le projet entre dans le cadre de la réduction de la proportion des femmes et des filles sans emploi et le renforcement de leur autonomisation sociale et leur implication dans les installations de décisions sociales. En effet, un panel organisé sur les lieux a permis à des femmes agricultrices de retenir quelques-unes de leurs préoccupations comme l’accès à la terre, le matériel agricole, les financements et les difficultés d’écoulement des produits transformés. Des invitations ont été faites pour demander le respect des conventions internationales pour favoriser l’accès à la terre aux femmes.

La représentante de la Délégation de l’union européenne est revenue sur l’essence de la cérémonie de Djilor. A l’en croire le projet financé entre dans la dynamique d’assurer une autonomisation des femmes et un développement durable. La manifestation selon ses propos est d’une grande importance pour l’Union européenne pour deux essentielles. D’une part depuis la signature du contrat en février 2022 par un des commissaires en charge du partenariat international et d’autre part la série de célébrations liées à l’activité devant se faire dans d’autres cadres et localités en direction de la fête de l’Europe en 2022.

 

Elle a rappelé l’accent mis par l’Union européenne sur les jeunes filles pour leur engagement. Le projet Jappal ma japp est porté, selon elle, par cinq associations à la tête desquelles des jeunes filles motivées s’investissent pour leur épanouissement économique et social. Selon elle, l’autonomisation des femmes entre dans la marche vers l’exercice de leurs droits comme l’accès à l’emploi et au service de santé.

 

Djilor dans la commune de Fimela a réuni un consortium de femmes. Ainsi, des femmes rurales et péri-urbaines de la banlieue de Dakar, de Taïba Ndiaye, de Djilor, de Fimela, ont posé les problèmes liés aux difficultés d’exploitation des terres pour du maraîchage, l’accès à la terre et aux matériels sans compter le manque de marché pour l’écoulement de leurs produits transformés. Karim Sène, le maire de Fimela a campé la problématique de l’accès à la terre pour les femmes.

 

Selon lui : ‘’les terres du domaine national sont des compétences transférées aux collectivités territoriales. Ainsi, dès fois pour céder des terres, il faut discuter avec les familles. Néanmoins, dans quelques villages, des femmes ont pu accéder à la terre. Par conséquent, à Djilor, un périmètre de trois hectares a été affecté à des femmes. Celles de Fimela et Yaya sont eu aussi des lopins de terre ‘’. Le maire a soutenu de faire le plaidoyer pour une universalisation de l’accès de la terre aux femmes dans l’’ensemble des 16 villages de la commune. La démarche va impliquer les conseillers municipaux et l’ensemble des chefs de village. Pour le maire, le fait de donner quelques hectares de terre dans chaque village consiste à les accompagner à avoir des espaces pour cultiver des céréales et faire du maraîchage. Des discussions sont ouvertes en ce sens pour permettre la réalisation de ce vœu. La maire de Fimela a salué les efforts accomplis par l’association Jappal ma japp, ayant réalisé la formation pour le leadership, la transformation des produits locaux pour une autonomisation totale des femmes. Selon lui, une chose est essentielle : les femmes doivent savoir transformer, mais aussi, il leur faut des compétences en gestion et des canaux ou marchés pour écouler leurs produits.

 

DES DIFFICULTES LIEES AUX PESANTEURS SOCIO CULTURELLES ENTRAVENT L’ACCES DE LA TERRE AUX FEMMES

 

Madame Julie Cissé, du réseau des femmes agricultrices de la région de Thiès en zone rurale, une panéliste a mis sur les difficultés des femmes agricultrices. ‘’Nous avons dit la première difficulté des femmes, c’est l’accès à la terre. Les femmes doivent accéder à la terre. Certes, il y a une volonté politique nationale d’y remédier. Des pesanteurs socio-culturelles font que les statistiques nationales parlent de 13 à 15 %. L’engagement du Sénégal fait à l’Union africaine demande d’attribuer 30 % des terres agricoles aux femmes. Nous saluons le fameux circulaire du ministère de l’agriculture qui dit noir sur blanc que 15% des terres aménagées doivent être données aux femmes. L’Etat doit et peut mieux faire. Si nous parlons de l’agriculture avec ‘’A’’ nous le devons aux femmes. Elles sont très actives entre 80 et 90 % dans les exploitations familiales. Elles participent à la création des richesses donc elles doivent poser et participer au débat sur l’accès à la terre, l’accès à l’eau et l’accès aux intrants. Des pesanteurs socio-culturelles et des clivages de toute sorte posent des problèmes pour la mise en œuvre de ces mesures. Si 12% du budget national vont à l’agriculture combien revient aux femmes agricultrices ?‘’.

 

Mame Diarra Bousso Ndiaye, la présidente de Solidarité active à côté de beaucoup d’associations membres du consortium. A l’en croire, Jmj est lancé à Djilor mais la signature remonte au mois de février. Le constat est récurrent, les femmes travaillent mais demeurent de plus en plus pauvres. Des explications sont à portée de main car, pour elle, les femmes n’osent pas parler de richesses. La cible du projet concernant les femmes rurales et des zones péri-urbaines part pour rompre avec cela. Toute une chaine partant du renforcement de capacités individuelles et collectives.

La gestion financière et l’entreprenariat vont selon elle jouer un rôle essentiel dans la formation des femmes ciblées en plus des techniques agricoles innovantes. Les financements peuvent aller jusqu’à 500.000 FCFA.

Samba Niébé BA

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :