(Dossier) 13 points critiques recenses sur son trajet : Menace sur le TER

0
276

Avant qu’il ne soit mis en exploitation commerciale, le trajet du Train express régional (TER) était concerné par les inondations, impactant fortement les riverains. Cette année, la saison des pluies qui profile à l’horizon coïncide avec le démarrage de ses rotations. Cependant, des mesures doivent être prises afin de sécuriser l’infrastructure qui fonctionne avec un haut débit d’électricité. L’alerte est du directeur de l’Agence de promotion des investissements et des grands travaux de l’Etat  (APIX), Mountaga Sy. 

Les années passées, avant que sa mise en circulation ne soit lancée, les populations de Rufisque, Pikine, Thiaroye, entre autres, avaient déploré les désagréments causés par les travaux du Train express régional (TER).  Pour cet hivernage 2022, l’infrastructure fonctionne et assure la liaison entre Dakar et Diamniadio. De ce fait, la menace d’éventuels désagréments qui seront causés par les eaux de pluies est beaucoup plus grande. Et c’est le directeur de l’Agence de promotion des investissements et des grands travaux de l’Etat (APIX), Mountaga Sy, qui sonne l’alerte.

En prenant part à la réunion préparatoire des inondations hier, mercredi 20 avril 2020, il a listé 13 points critiques qui doivent être pris en charge rapidement pour éviter de futurs troubles.  «Sur le tracé du TER on a 13 points de rejets dont deux (02) dans le département de Dakar. S’ils sont bien gérés, il n’y aura pas d’inondations de la plateforme et des riverains du TER.  Il y a 6 points de rejets dans le département de Pikine et 5 à Rufisque à gérer en relation avec les préfets de ces départements, l’ONAS, les communes traversées, l’ADM (Agence de développement municipale, ndlr), l’Ageroute et aussi, les riverains spéciaux. Sur ce linéaire,  il y a des zones qui risquent d’être impactées de manière significative, si des actions ne sont pas entreprises. C’est le cas de Colobane avec le canal 6 géré par ONAS, le long de l’autoroute Malick Sy géré par Ageroute», énumère-t-il.

Selon toujours Mountaga Sy, «il y a le marigot de Mbao et les bassins des projets de l’ADM qui doivent faire l’objet d’une attention particulière».  Les lieux qu’il faut aussi prendre en compte sont, indique le directeur de l’APIX, «le parc des petits ruminants où il y a des actions qu’il faut prendre en charge dès maintenant, sur un horizon temporaire de deux (02) mois». Il y a aussi, ajoute-t-il, «le Marché central au poisson et la gare des Baux Maraichers. A Guinaw-rail, Thiaroye où des actions doivent être menées sur une station de pompage qui a été détruite pour la réalisation du TER».

A  Keur Mbaye Fall,  une activité intense du marigot de Mbao impactera forcement la circulation du TER ; d’où la nécessité, signale-t-il, «de prendre les mesures idoines ». De même, la gare de Diamniadio risque d’être submergée par les eaux, si rien n’est fait pour gérer le bassin versant de 400 m2 qui se trouve à proximité, alerte, par ailleurs, Mountaga Sy.

En raison de la menace que pourrait constituer le TER, le gouverneur de Dakar a requis des services concernés une surveillance accrue. Mieux, il a souhaité que  des actions préventives soient menées, afin de parer à toute éventualité. Al Hassan Sall souhaite aussi que tout problème décelé sur le trajet soit signalé.

Fatou NDIAYE

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :