(Dossier) Affaire « Astou Sokhna » : une affaire qui confirme le désastre sénégalais

0
283

Le Sénégal est à nouveau sous le coup d’un tsunami d’indignation. Depuis la révélation par nos confrères de cette triste et très regrettable affaire « Astou Sokhna », du nom de cette femme jeune femme enceinte de 9 mois et qui a succombé à des douleurs atroces de l’enfantement par « négligence médicale » à l’hôpital de Louga, le 31 mars 2022, le Sénégal tout entier est sous le choc de cette tragédie bien sénégalaise.

En effet, le pays n’est pas à son premier grand scandale. D’ailleurs, les 62 ans d’existence du Sénégal en tant que Etat souverain, reconnu sur le plan international, ont été ponctués par de multiples scandales dans divers domaines et les vrais responsables ne sont souvent pas inquiétés. Et ceci, dans tous les domaines de la vie nationale. Dans le secteur de la gouvernance politique et économique, le Sénégal continue de se faire ronger par le cancer de la mauvaise gestion de ses gouvernants au vu et au su de tous sans être inquiétés dans certains cas.

D’ailleurs, les différents rapports des corps de contrôle public et leur classement sans suite par les plus hautes autorités de ce pays sont là pour prouver l’étendue du mal endémique qui ronge le pays et dont le coût est très souvent estimé à plusieurs milliards de nos francs. En témoignent l’affaire Pétro-Tim impliquant le jeune frère du président de la République, Aliou Sall avec ses 250 millions de dollars, assortis de redevances de quelque 10 milliards de dollars sur 40 ans qui ont échappé aux caisses de l’Etat, l’affaire de l’ancien directeur du Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD) Cheikh Oumar Hanne non moins actuel ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) accusé par le rapport de l’Ofnac de 2014-2015 de « détournement de deniers publics ».

Sur le même dossier : Affaire Astou Sokhna : vitrine d’un mal qui ronge l’administration

Sans oublier l’affaire du Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac) portant sur plus de 30 milliards et celle dite de 94 milliards pour ne citer que celles-là puisque la liste est loin d’être exhaustive. La particularité de toutes ces affaires se trouve dans le fait que l’auteur présumé du fait de son appartenance au camp du régime en place n’est nullement inquiété par la justice.

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :