(Dossier) Cyber harcèlement : des filles souffrent, en silence

3
560

Le cyber harcèlement constitue une problématique majeure à laquelle  sont confrontés les utilisateurs de l’internet, particulièrement les files. Le harcèlement via internet se fait de nos jours par mail,  sur les réseaux sociaux, parfois sur des commentaires sur des publications sur internet ou sur YouTube.  Ces  pratiques  ont des effets négatifs sur la santé mentale des jeunes filles,  entrainant des conséquences manifestes de plusieurs natures.

Par NDEYE AMINATA CISSE

Silence ! Des filles soufrent. Au Sénégal certaines sont souvent victimes du harcèlement, particulièrement  sur les réseaux sociaux où elles sont parfois exposées à des contenus pornographiques. En effet, victimes  d’insultes, de photos-vidéos montages,  de chantages et d’arnaques à la webcam, des filles se trouvent souvent réduites au silence, par peur d’être marginalisées.  Ce qui, dans une certaine mesure, peut entrainer des conséquences sur le parcours scolaire, avec une baisse des niveaux, l’absentéisme, le suicide ou tentative de suicide.

Et ce n’est pas Mouna qui dira le contraire. Elève en classe de Terminale,  cette jeune fille, âgée de 20 ans, a été  victime du harcèlement. «Un homme s’est procuré mon numéro de téléphone, sans mon consentement. Il m’appelait et m’envoyait des messages via WhatsApp  à longueur de journée. Malgré le fait que j’avais bloqué ses appels et messages, il persistait toujours en essayant de me joindre avec d’autres numéros. Durant une année, j’ai vécu ce harcèlement en silence, à travers ses messages indécents que je recevais à tout moment. Même en classe et lors de mes tournages», confie-t-elle.

POUR UNE MEILLEURE PROTECTION  DES FILLES EN LIGNE ET DONNER SUITE AUX PLAINTES DEPOSEES A LA CDP ET LA GENDARMERIE

Finalement, la jeune Mouna, qui ne pouvait pas partager ce qu’elle subissait avec son entourage, a eu l’idée de capturer tous les messages qui lui ont été envoyés par cet homme et a déposé une plainte au niveau de la Commission de protection des données personnelles (Cdp). «J’ai fait des screens et j’ai rassemblé toutes les preuves pour déposer une plainte au niveau de la Commission de protection des données personnelles. C’était vraiment compliqué pour une jeune fille qui n’avait aucune expérience pour ces genres de choses. Les gens doivent prendre au sérieux ces mauvaises pratiques. Nous sommes scotchées sur nos téléphones 24 heures sur 24 et partout d’ailleurs. Je conseille à mes camarades qui ont vécu ses formes de violences d’avoir le courage de les dénoncer», lance-t-elle.

Tout comme Mouna, Adji Fatou aussi a été victime du harcèlement en ligne. Cette jeune fille qui s’active dans l’art engagé pour les droits des filles,  recevait  des messages de la part d’un inconnu à tout moment. «J’avais souvent entendu parler des harcèlements, mais je ne croyais pas que cela pouvait m’affecter à ce point. Quand j’ai commencé à devenir un peu célèbre dans ma commune, je commençais à recevoir des messages  désobligeants. Même quand je travaille avec ma machine, je reçois ces messages via Facebook et autres. C’est par la suite que j’ai capturé tous les messages et je les ai envoyés  à la Cdp. Nous les filles sommes les plus vulnérables sur les réseaux sociaux. Cela fait très mal. C’est pour cette raison que je demande une meilleure protection  pour les filles  en ligne», a-t-elle plaidé. Elle demande ainsi aux autorités en charge de ces questions de donner suite aux plaintes qu’elles déposent au niveau de la Cdp et de la Gendarmerie.

L’ECOLE, UN AUTRE TERREAU FERTILE POUR LES HARCELEMENTS

En dehors des réseaux sociaux, les filles subissent d’autres formes de harcèlement. A l’école, elles sont souvent victimes de maltraitances de la part même de leurs camarades de classe. C’est le Cas de  Aïcha, âgée de 16 ans.  «En classe de 4ème, j’étais harcelée par mes camarades de classe. Je venais juste d’arriver dans ce collège. Il arrive que quand tu es très dynamique en classe et que tu as de bons résultats, les élèves ne t’apprécient pas beaucoup, surtout quand tu es nouvelle. J’ai eu la mal chance d’être snobée. Comme c’était un groupe qui se connaissait déjà et que je venais d’arriver, personne ne m’adressais la parole. J’avais fait une nouvelle coiffure et on se moquait de moi. On rigolait derrière mon dos, avec  des surnoms. Du fait de ce harcèlement, mes notes ont commencé à baisser car, je n’avais plus l’esprit tranquille et je séchais les cours, rien que pour les éviter», raconte-t-elle.

Cette étape de sa vie a beaucoup impacté son parcours scolaire. Il est urgent, dit-elle, de mettre fin au harcèlement partout au Sénégal, avec la volonté politique d’octroyer une assistance psycho-sociale et communautaire de proximité.

*Les noms sont des noms d’emprunt, pour la protection de ces victimes

%d blogueurs aiment cette page :