(Dossier) Déclin des studios photographes au profit triment des téléphones : quand se faire photographier devient un vieux souvenir

0
270

Depuis l’avènement de ce qu’il est convenu d’appeler la photographie au XIXe siècle,  les studios photographes ont fait rêver plus d’un. Mais, aujourd’hui, ils connaissent un déclin, après plusieurs années de gloire. Un tour de regard suffit pour constater leur presque inexistence dans les quartiers de Dakar. Ce déclin est probablement ne peut être dissocié de l’évolution des Smartphones qui ont généré des effets négatifs pour les photographes professionnels des coins. Ainsi ils voient leur business chuter lamentablement, ce qui obligera, sans doute, certains à tourner le dos à ce métier.      

Par Amsatou GANO (Stagiaire) & ID

Ils ont fait rêver plus d’un, contribué à faire l’histoire de communautés, de sociétés, de familles, permis d’immortalisé de grands événements, cérémonies familiales, religieuses, culturelles, etc. des tranches de vie, à travers des images. Mais, aujourd’hui, leur existence ne tient encore qu’à un fil ou presque. Ayant contribué à faire et conserver ces histoires de génération en génération, depuis l’apparition de la photographie au XIXe siècle, et l’invention du premier appareil photographique portatif au XXe siècle,les studios photographes sont aujourd’hui  quasi-inexistants. Avec l’avènement du tout numérique, on assiste progressivement à leur déclin du fait de la chute monumentale de leur business.

A l’époque, et même il y a juste quelques années, tout le monde rêvait d’être photographié par le réputé photographe du coin. Et cela faisait partie du quotidien notamment des Sénégalais avec une mise en scène où les accessoires de mode, les signes distinctifs faisait partie intégrante de la pose. Ainsi lors des grands évènements, des files interminables se formaient devant les studios surtout de 19H à 23H voire au-delà quand il s’agit de fête religieuses (Tabaski, Korité, Noël, Pacques…). Certains même qui ne parvenaient pas à se faire photographier, rebroussaient chemin jusqu’au lendemain.

Dans ces studios qui, à l’époque étaient bien aménagés avec des chaises, fauteuils, décorations, et même des aménagements paysagers entre autres accessoires, tous les dispositifs sont les bienvenus pour rendre jolie la pose, attirer les clients. Fascinés par  ce petit déclic du flash qui a toujours fait rêver plus d’un, à la suite de ce petit message d’alerte, «Attention… !», les clients se bousculaient devant les studios. A ce jeu, les photographes s’y prêtaient à merveille.

L’AVENEMENT DES SMARTPHONES OU LE DEBUT DE LA FIN D’UNE REVOLUTION

Ce pendant avec l’évolution des Smartphones, leur quotidien semble basculer. Ce renversement de situation a fait que beaucoup de studios, jadis une véritable révolution, ont disparu, au fil de ces dernières années, excepté quelques rares personnes qui continuent de tenir, tant bien que mal, le coup, malgré le retournement de situation.

Assane Badji, photographe depuis 2000, est de ceux-là. Il nous livre son point de vue. «Actuellement, nous ne sommes plus à l’âge d’or où on était sollicité partout. Maintenant, rien ne va car le succès n’y est plus. Il fut un temps où je gagnais beaucoup avec la photographie», dit-il. Avant de continuer : «mais, maintenant, hormis les mariages et baptêmes avec la réalisation de l’album de souvenir ou le filmage, on ne récolte pratiquement rien», fait savoir ce photographe.

Dans un salon sombre avec de vieux fauteuils, fleurs recouvertes de poussière, ce studio tenu par Babacar Diouf faisait partie de l’un des plus réputés dans le quartier d’Usine Benn Tally. Aujourd’hui ce studio n’est que l’ombre de lui-même. De vieux accessoires accrochés par-ci, par-là, campent le décor. «Les téléphones portables ont tout chamboulé car les gens préfèrent se faire photographiés, sans centime, que d’aller dans les studios et payer 500 F CFA. Tenir un studio photographe était bien fructueux que n’importe quel autre métier», car dit-il, «dans la journée, je pouvais avoir plus d’une dizaine de clients. Et pendant la Korité et la Tabaski, je ne pouvais dénombrer les clients qui prenaient d’assaut la devanture du studio. Mais, tel n’est plus le cas», grogne-t-il sous sa barbe qui lui bouffe le visage.

Dans ce même ordre d’idée, Pape Flash, comme on le surnomme dans son quartier, embouche la même trompette. «Mis à part les photos d’identité et les cérémonies de mariages dans lesquelles je suis sollicité, rien ne va. Ce sont  seulement ces moments là où je peux en tirer profit et ce n’est pas chaque jour que je suis sollicité. C’est vraiment une situation épouvantable», lâche-t-il.

L’HEURE EST A LA RECONVERSION, LE METIER NE NOURRIT PLUS SON HOMME

A quelques exceptions près, beaucoup de photographes ont tourné le dos à ce métier qui ne nourrit plus son homme. Désormais, l’heure est à la reconversion, pour beaucoup d’entre eux. C’est le cas de Bira, un ancien photographe devenu vendeur dans une buvette. «Le métier de photographe ne marchait plus comme avant et c’est pour cela que j’ai décidé de m’orienter vers la vente pour m’en sortir», confie cet ancien photographe. Avant de poursuivre : «les Snap ont tué ce métier qui était, auparavant, un chou  gras pour beaucoup de jeunes. Cette  nouvelle génération ne souhaite même pas se faire photographier dans les studios, même si c’était gratuit», déclare Bira Ngom.

Les Smart ont causé le déclin des studios photographes qui, pratiquement, ne sont plus ce qu’ils étaient. Se faire photographier est devenu même une sorte de complexe, pour certains. Ndèye Aïda Diop, ne se voit plus dans les studios pour une simple photo qu’elle pourrait avoir avec son téléphone. «Les choses ont évolué car le monde bouge et de nouvelles choses se pointent. Je ne me rends dans les studios photographes que pour faire les photos d’identité pour les démarches administratives. Je ne me vois pas me faire photographier pour autre chose que je pourrai faire avec mon téléphone», déclare-t-elle sous un air amusant.

PHOTOGRAPHIE : Historique et évolution d’une révolution

Le studio photographe est né de l’invention de l’appareil photographique qui a une longue histoire derrière lui, surtout celui transportable. Mieux, bien avant d’intégrer nos Smartphones cet instrument révolutionnaire a connu une incroyable évolution historique, depuis le XIXe (19e) siècle.

L’histoire de la photographie retrace les étapes qui jalonnent l’évolution du procédé photographique depuis son invention jusqu’à nos jours. L’invention de la photographie nécessitait, d’une part la réalisation d’un dispositif optique permettant la création de l’image, et d’autre part de fixer cette image sur un support pérenne par un processus chimique irréversible. Les usages de cette technique ont évolué, et sa dimension artistique a notamment été reconnue.

La photographie a profité de nombreuses innovations technologiques et techniques dans les domaines de l’optique, de la chimie, de la mécanique, de l’électricité, de l’électronique et de l’informatique. Les deux phénomènes nécessaires à l’obtention d’images photographiques (chambre noire et phénomènes de réflexion et de réfraction lumineuses) étaient pour certains connus depuis longtemps et exposés dans le Traité d’optique au xie siècle.

«LA TABLE SERVIE», LA PREMIERE PHOTOGRAPHIE, DATANT DES ANNEES 1820 OU DE 1833

Le Français Joseph Nicéphore Niépce, un inventeur de Chalon-sur-Saône, associe ces trois procédés pour fixer des images (de qualité moyenne) sur des plaques d’étain recouvertes de bitume de Judée, sorte de goudron naturel qui possède la propriété de durcir à la lumière (1826 ou 1827). Au début du xixe siècleJoseph Nicéphore Niépce (17651833) se consacrait à l’amélioration de la technique de la lithographie, très à la mode à cette époque-là. Parce qu’il avait peu de talent pour dessiner les épreuves qu’il voulait reproduire.

«La Table servie» est la première nature morte fixée et une des premières photographies (physautotype), attribuée au français Nicéphore Niépce, datant des années 1820 ou de 1833. Et la première expérience réussie de fixation permanente d’une image de la nature, le «Point de vue du Gras», est la cour du domaine du Gras, dans le village de Saint-Loup-de-Varennes (Nicéphore Niépce en 1826). Cette photographie représente une partie de la propriété de Niépce.

Avec les principes optiques (de 400 à 1827), les choses vont évoluer. C’est ainsi que l’invention du premier appareil photographique repose sur ces principes optiques découverts dès l’Antiquité. La chambre noire, le sténopé et la lentille de verre représentent les bases de ce qui deviendra plus tard la photographie. Ce qui fait qu’au début du 19ème siècle, les techniques optiques sont déjà très avancées, mais il n’existe toujours pas de moyen pour fixer les images.

C’est à ce moment que la chimie entre en scène, dès 1827, avec l’Héliographie, le premier procédé, mis au point par l’inventeur français Nicéphore Niépce, permettant de fixer une image qu’il appelle «Héliographie». Cela signifie : «écriture par le soleil». Sa technique consiste à employer une chambre noire et une plaque d’étain (métal) sensibilisée au bitume (goudron). La première image héliographique est réalisée en 1827 par lui-même, d’une fenêtre à l’étage de sa maison du Gras, à Saint-Loup-de-Varennes, près de Chalon-sur-Saônes. L’exposition aurait durée de 12 à 18 heures.

Place au «Daguerréotype» de Louis Daguerre.

Dès 1829, le peintre Louis Daguerre s’associe à Nicéphore Niépce, pour travailler ensemble sur de nouveaux matériaux afin de réduire le temps de pose pour fixer les images. Après le décès de Niépce, Louis Daguerre poursuit les recherches et parvient à mettre au point en 1839 le premier appareil photographique commercialisé : le Daguerréotype. Cet appareil fonctionne grâce à une plaque de cuivre recouverte d’une couche de nitrate d’argent exposée à des vapeurs d’iode. La surface obtenue se compose ainsi d’iodure d’argent, qui est photosensible. C’est le début de la photographie «argentique».

 

1888, INVENTION DU PREMIER APPAREIL PHOTOGRAPHIQUE PORTABLE

 

Des décennies plus tard, l’américain Georges Eastman, invente, en 1888 le premier appareil photographique portable de la marque Kodak. Il intègre un rouleau de pellicule remplaçant les plaques sensibles. Il suffit de renvoyer l’appareil à l’atelier pour recevoir les photographies, le négatif et l’appareil rechargé.

S’en suivent des améliorations électromécaniques, de 1925 à 1975. En effet, après les innovations de Kodak, l’appareil photographique se démocratise progressivement pendant le 20ème siècle. Le développement de la presse provoque aussi l’apparition du métier de photoreporter. De nouvelles contraintes poussent alors les fabricants à améliorer l’électronique et la mécanique de leurs appareils.

 

ANNEES 2000 OU LA PHOTOGRAPHIE DANS LES SMARTPHONES

 

Résultat des perfectionnements, on en arrive à la photographie numérique qui sonne le glas de la photographie argentique, depuis 1975 jusqu’à aujourd’hui. À la fin du 20ème siècle, la photographie se tourne vers les technologies numériques. À mesure que la qualité des photos numériques augmente, la photographie argentique avec ses pellicules est peu à peu abandonnée. De plus, la photographie numérique intègre dès l’an 2000 les téléphones portables et se popularise avec les Smartphones.

Cependant, ce n’est qu’en 2007 que Le constructeur d’ordinateur américain Apple (iPhone – Apple) lance en 2007 le premier smartphone avec un écran tactile «multi-touch». L’important succès de l’iPhone démocratise la photographie sur Smartphone. On commence à parler de «photophone».

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :