(Dossier) Défrisage ou « ray mou liss » : la beauté, aux prix d’une puberté précoce et d’une alopécie

0
481

Produits capillaires très utilisés par les sénégalaises pour lisser les cheveux, le défrisage s’est répandu en Afrique depuis plusieurs décennies. Mais, loin d’être qu’un atout de beauté, il peut constituer un danger pour ses utilisateurs. Pire que des cas de brûlures et des irritations affectant la pousse normale des cheveux, ces défrisants  peuvent causer une puberté précoce et même une alopécie.

Les cheveux lissés ou « ray mou liss » en wolof, sont un effet de mode qui nous est venu de l’influence des séries brésiliennes et occidentales, entre autres, que les populations avaient l’habitude de suivre à la télévision. Même si la tendance a changé, ce style a survécu à l’ère du temps. Le défrisage, au temps très adulé par la gent féminine et même parfois masculine, continue d’attirer des adeptes. Aujourd’hui encore, l’on assiste à une recrudescence de l’utilisation de ce produit qui, bien qu’étant à vocation esthétique, peut avoir des effets néfastes sur la santé. A titre d’exemple, très en vogue il y a quelques décennies, le défrisage a causé beaucoup de dégâts chez nombre de femmes et filles. En plus parfois de la perte de cheveux, plusieurs utilisatrices du procédé se sont retrouvés avec des brulures du crâne, entre autres séquelles visibles qu’elles trainent encore.

Les cheveux crépus ont longtemps été un complexe chez certains. Conséquence, à l’instar de la dépigmentation, certaines femmes se défrisent les cheveux, avec comme seul objectif, répondre aux critères de beauté promus par les médias. Le défrisage est une opération de transformation qui consiste à modifier la texture des cheveux, bouclés, frisés ou crépus, afin de les rendre plus ou moins raides. Pour aboutir à ce résultat les utilisatrices/utilisateurs se procurent les produits défrisants, sans prendre connaissance/conscience des substances chimiques qui les composent, notamment l’alcalin, les émulsions ou des produits à base de soude qui peuvent être source de pellicules. A noter que ces produits sont également présents dans l’eau de javel et les produits de nettoyage pour WC…

DANGERS DU DÉFRISAGE

Une étude publiée par l’American Journal of Epidemiology, en 2012, a révélé que l’utilisation de défrisant augmenterait les risques d’apparitions de fibromes utérins. Des produits chimiques qui constituent un danger réel aussi bien sur le cuir chevelu que sur la santé de manière générale.

Seulement, les gens semblent tellement habitués à son usage qu’il est difficile de soupçonner, comme l’ont montré des études, que le défrisage influe dangereusement sur l’état de santé. Des incidents notoires qui devraient servir de cas d’école, sont souvent rangés dans la catégorie des erreurs de manipulation du produit ou d’amateurismes d’usagers, plutôt la dangerosité du produit chimique manipulé sans précautions requises ou simplement détournés de leurs objectifs primaires.

En effet, certaines études avaient révélé que le défrisage serait la cause d’une puberté précoce ; non seulement à cause du fait que c’est un perturbateur endocrinien mais aussi parce que son aspect chimique a des effets néfastes sur la santé. Lorsque le défrisant accède au cuir chevelu, il peut ainsi détruire son PH, ce qui peut provoquer des brûlures et des irritations allant jusqu’à diminuer la pousse habituelle des cheveux. Il peut même causer une alopécie. Malgré ces alertes, cette pratique est très répandue en Afrique.

UN CHOIX PAS TOUJOURS JUDICIEUX

Aujourd’hui encore, nombreux sont ceux qui ferment les yeux sur ces dangers et qui continuent à pratiquer le lissage traditionnel. Ndeye Marie Sarr  fait partie des victimes de « l’à froid », ce qu’elle regrette d’ailleurs aujourd’hui. « J’ai toujours eu une chevelure épaisse et en bonne santé. Malheureusement je l’ai utilisé lorsque j’étais plus jeune justement pour faciliter la coiffure. J’ai eu des brûlures. Plusieurs années après, ces séquelles sont toujours visibles. Aujourd’hui, j’ai une alopécie ; j’ai tout essayé, mais rien n’y fait. J’arrive à avoir de la longueur sur les parties qui n’ont pas été endommagées par le défrisage. C’est un acte que je regrette jusqu’à présent », a-t-elle confié.

D’ailleurs, certains produits utilisés restent un mystère et un danger également pour les clients. Peter pratique le défrisage à ses clientes. Il tient son salon à l’Unité 10 des Parcelles Assainies. De nationalité nigériane et présent à Dakar depuis plusieurs années, il est dans ce milieu depuis maintenant 10 ans. « Les femmes viennent me voir pour se faire défriser leur cheveux. Je le fais à 700 FCFA, si c’est avec mes produits  ou à 1000 FCFA si la cliente  amène son propre produit ».

A l’aide de certains produits  achetés sur le marché, Peter concocte son défrisant. Il nous explique : « je fabrique moi-même mes produits de défrisage. Pour cela il me faut du savon que je gratte jusqu’à l’obtention d’une poudre, puis je le laisse fermenter avec de l’eau pendant 4 à 5 jours. Ce délai passé, j’y ajoute du « hémé » (produit chimique), de la gomme, du beurre de karité, des huiles et des ingrédients secrets. Puis je mélange avec un bâton jusqu’à ce que ça durcisse. Les produits sont différents les uns des autres et pourtant j’arrive à me faire une clientèle », explique-t-il

Certains produits pour cheveux commercialisés au Sénégal représentent un véritable danger pour les populations qui, pour la plupart, n’ont soit pas conscience du danger encouru ou, au nom de la quête d’une beauté éphémère, sont prêts à tout risquer. Ignorant les conséquences sanitaires qui peuvent s’en suivre.

Adjaratou Marieme Diaw MBAYE (Stagiaire) 

Leave a reply