(Dossier) Infertilité ou infécondité dans le couple : le terrible cauchemar des femmes au sein des ménages 

0
330

Au Sénégal, le problème d’infertilité touche beaucoup de couples et devient l’élément perturbateur de la quiétude au sein des ménages. Même si ce phénomène peut concerner l’homme comme la femme, cette dernière est souvent blâmée et accusée d’en être la cause. Ainsi tantes, belles-mères, belles-sœurs, mères, cousine et sœur, tout le monde s’y met pour charger la conjointe jugée incapable de procréation. Parfois allant jusqu’à élaborer des plans odieux pour dissoudre le mariage, si on n’incite pas tout bonnement le mari à trouver une autre épouse capable de lui faire des enfants.

«Je veux voir mes petits enfants avant de mourir. Si tu ne peux enfanter, j’amènerai une autre qui pourrait le faire, porteuse de poisse, femme maudite». Ce refrain quasi quotidien venant de dames, belles-mères pour la plupart ou même de belles-sœurs, des femmes ayant la malchance de tomber sur des couples infertiles en sont abreuvées tout le temps. Notamment dès le premier anniversaire de leur mariage sans enfant ni grossesse ou signe de grossesse. 

Beaucoup de couples n’arrivent pas à concevoir d’enfant, ce qui est un fardeau insupportable dans la famille et au-delà la société. Le problème peut se situer à plusieurs niveaux entre les deux partenaires, certes. Mais, le plus souvent, la femme est tenue responsable et pointée du doigt, avec toutes sortes d’injures. Parfois, la belle-famille fait tout pour dissoudre ce mariage qu’elle qualifie «d’insignifiant» de «raté», pour ensuite chercher une autre épouse pour leur fils. Conséquence ou psychose de ce fardeau, toute femme songe à enfanter, bercer, entendre les cris de son bébé et faire des nuits blanches.

Mais quand l’infertilité/infécondité, abusivement considéré dès le départ comme une «stérilité», vient s’incruster, c’est le début d’un calvaire dans des ménages sénégalais qui sont caractérisés, dans une certaine mesure, par une sorte de compétition «d’enfantement». Dans les tours de familles ou cérémonies, les tantes, cousines et belles-sœurs ne peuvent s’empêcher de polluer l’air en parlant des sujets qui tournent autour de l’enfant. Tout ça dans le but de mettre mal à l’aise la belle-fille qui tarde à leur donner un neveu ou une nièce.

Mariée depuis 6 ans, cette dame qui se confie sous le couvert de l’anonymat, n’a jamais donné la vie, malgré ses traitements. Pour sa belle-famille, elle porte la poisse ; c’est pour cela qu’elle n’arrive pas à tomber enceinte. «J’ai entendu toutes sortes de propos venant  de ma belle-famille. J’ai subi des humiliations dans les rencontres familiales car j’étais souvent sujet de discussions des autres femmes et cousines de mon mari. Ne voulant plus être au centre de l’attention, j’ai arrêté de participer aux tours», raconte-t-elle.

Mamadou Diama Diané, condamne fermement le mauvais traitement que ces femmes subissent dans leur foyer. «Ceux qui osent juger la femme stérile et la mal traité, ils ne croient pas en Dieu. Quand il s’agit d’infécondité, ils ont tendance à faire focus sur la femme, en oubliant que le problème peut venir du mari. Dans cette société, la femme est reléguée au second plan, c’est pour cela qu’on la tient pour responsable de toute mauvaise chose, même si elle est parfois innocente», relève-t-il. Et de renchérir : «Ici, on a vu des femmes encaisser des insultes, alors qu’elles n’ont aucun problème pour donner la vie ; mais c’est plutôt le mari. L’homme, même s’il est viril, peut voir des problèmes pour féconder. Et pourtant, elles font semblant d’être celles qui n’arrivent pas à enfanter, pour couvrir le mari», révèle-t-il.

Quant à Mariame Diakité, elle a failli être répudiée à cause de son infécondité qui a duré 7 ans. «C’était une rude épreuve, mais je remercie le Bon Dieu. Dans mon ménage, je vivais l’enfer au jour le jour. Mes belles-sœurs me traitaient de femme ’’incapable’’. Mais je ne me laissais pas faire. Elles n’avaient aucune considération à  mon égard. Du coup, je me battais avec elles, pour me défendre. J’ai failli plusieurs fois être répudiée. Mais les autres membres de la famille intervenaient en nous rappelant l’engagement du mariage. C’est comme ça que je vivais, jusqu’à ce que mon mari épouse une autre femme», dit-elle. Ne pouvant plus supporter cette situation, Mariame a finalement demandé le divorce.

A lire sur le même dossier : Infertilité ou infécondité dans le couple : le terrible cauchemar des femmes au sein des ménages

Selon Diama Keita, avoir un enfant dépend de Dieu et non de l’homme. «C’est Dieu qui donne ; donc si l’enfant tarde à venir, pourquoi en faire tout un plat. Si cela ne dépendait que de l’homme, chacun aurait un enfant et n’aurait plus à vivre ce manque. En général, les belles-mères créent le doute chez leur fils et le pousse à épouser une autre. Mais quand Dieu décide, personne n’y peut rien car on a vu des couples vivre sans enfant et, pourtant, ils sont plus à l’aise que ceux qui en ont. A quoi ça sert d’avoir un enfant sans éducation ou qui vit dans la misère, le banditisme… ?», se demande-t-elle.

Ici au Sénégal, la infertilité ou infécondité dans le couple dont les causes sont vite attribuées à la femme considérée hâtivement comme «stérilité» est un véritable problème. Pis, ces femmes vivent l’enfer dans leurs ménages car elles sont tenues pour responsables de ce «malheur» par les belles-familles.

Amsatou GANO (Stagiaire)

Comments are closed.