(Dossier) Inondation – Keur Massar : des inquiétudes qui résistent aux milliards

1
721

Les pluies de l’hivernage 2020 ont causé d’importants dégâts à Keur Massar.                            Le 17 septembre 2020, le président de la République, Macky Sall, en visite dans la zone, a annoncé un Plan d’urgence. Il est initié dans le cadre du Programme d’urgence de gestion des eaux pluviales (PROGEP).  D’un montant de 15 milliards FCFA, entièrement financé par l’Etat, il prévoit la construction de canalisations dans les zones impactées mais aussi des bassins dans la forêt de Mbao.  A quelques semaines de la saison des pluies de 2021, le ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement du territoire, Oumar Guèye, par ailleurs porte-parole du gouvernement, après plusieurs va-et-vient à Keur Massar, a vanté les mérites du dispositif mis en place soulignant que les inondations seront un vieux souvenir pour les populations. Dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 août 2021, de fortes pluies sont enregistrées à  Dakar, Keur Massar patauge, à nouveau. Suffisant pour les autorités de se rendre compte que les résultats ne sont pas ce qui était attendu. Une réunion d’urgence est convoquée autour du ministre de l’Intérieur, en charge de la Sécurité publique, Antoine Félix Abdoulaye Diome, dimanche 22 août 2021. Les différentes allocutions montrent des manquements dans l’exécution des travaux ; le canal de Camille Basse, point important dans le dispositif, n’est pas raccordé. Alors que l’hivernage  s’installe, ce raccordement est fait ; d’où l’espoir à Camille Basse. Par contre ailleurs, comme dans les Parcelles Assainies et au quartier Mame Abdou Aziz,  les populations vivent dans la peur. L’Agence de développement municipal (ADM) annonce le démarrage d’un projet de construction de bassins qui seront reliés au Lac de  Mbeubeuss ; mais ce n’est pas pour cet hivernage. Son coût estimé est de 11 milliards FCFA. La construction des bassins, le choix des infrastructures et les préalables aux travaux suscitent déjà une réticence. Le pompage est, encore pour cette année, la voie choisie.

 Réalisé par Fatou NDIAYE

KEUR MASSAR

Quitter pour fuir les eaux

Au quartier Mame Abdou Aziz, non loin de la cité Camille Basse, devenue tristement célèbre ces dernières année parce qu’étant l’épicentre des inondations à Keur Massar,  Maïmouna vit dans une maison qui fait face à un bassin de rétention. La présence des typhas est permanente, à cause de l’humidité du sol. Pour arriver à sa maison, il faut passer par un jalonnement des briques humides. Maïmouna,  trouvée dans la journée du 13 mars chez elle, s’est résignée, malgré le quotidien qui l’accable.

«Nous vivons en permanence avec les moustiques. Je pense à la pluie car, je suis sûre que je vais quitter ma maison pour aller me refugier quelque part. Avec les difficultés du quotidien, on ne peut pas, après avoir construit nos maisons, les abandonner et vivre en location».

Et pourtant, c’est une routine de quitter sa maison à chaque hivernage. «L’année dernière, à cause de la présence de l’eau, ma famille et moi vivions dans une seule pièce que j’ai construite sur la terrasse. Mais finalement,  j’étais obligée de me rabattre sur mes voisins. J’ai perdu tout mon mobilier de maisons», tonne-t-elle.

Les investissements annoncés pour la réalisation d’infrastructures de drainage, elle n’y croit pas. «Quand j’entends les autorités, à la télé, dire que la situation est sous contrôle à Keur Massar, je n’en reviens pas. Les milliards qu’elles évoquent dans les medias me font tiquer».

Au quartier Dabakh Malick, les réceptacles des eaux ne sont pas pris en compte par les travaux de la phase d’urgence qui ont été entamés, sur ordre du président de la République, Macky Sall, suite aux inondations de 2020. Sokhna Mbaye, trouvée assis devant sa boutique de produits cosmétiques, a déménagé de son habitation à cause des eaux de pluie. «Notre maison est toujours envahie. Les fosses septiques sont toujours pleines. Quand nous acquérions le terrain, la situation n’était pas comme elle l’est actuellement. Nous avons abandonné la maison et vivons en location», dit-elle ; et c’était au mois de mars, en pleine saison sèche.

Pour Nourou Niang, les autorités ne se sont jamais souciées de ce bassin. D’après lui, aucun dispositif de pompage n’y a été mis en place, à part celui des populations. Le directeur de l’Agence de développement municipal (ADM), Cheikh Issa Sall, dont la structure assure la coordination des travaux, a dit n’avoir pas connu l’existence du bassin, si l’on en croit Nourou Niang. Le ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires, Oumar Gueye y est venu, dit-il, a fait un inventaire des besoins, sans qu’aucune action concrète ne soit posée.

Cette psychose est aussi perceptible dans plusieurs autres quartiers comme les Parcelles Assainies. Bref, dans de nombreux quartiers de  Keur Massar, c’est la hantise des inondations. Ceux-là qui se disent mis à l’écart de la phase d’urgence du PROGEP, à l’image de Mame Abdou Aziz, craignent l’arrivée de la pluie. L’heure est à la recherche du point de chute, comme chaque année.

 

LUTTE CONTRE LES INONDATIONS

Pas de risque zéro

Lors du Comité régional de développement (CRD) sur les inondations tenu à la Chambre de commerce d’industrie et d’agriculture (CCIA) de Dakar, le 20 avril 2022, devant le gouverneur de la région de Dakar, Al Hassane Sall, le préfet de Keur Massar, Sahite Fall, a soulevé ses inquiétudes. Il avait évoqué «une extrême urgence», déplorant notamment le fait que les bassins de rétention soient remplis de typhas.

Pis Sahite Fall avait aussi déploré la présence de l’eau dans le marigot de Mbao. Le préfet de Keur Massar a fustigé également le manque de coordination des activités du programme de la phase d’urgence. Dans le département, le curage des canaux fait défaut. Ils sont remplis de déchets ménagers ; ce qui peut impacter négativement, selon le préfet, le réseau de drainage des eaux pluviales.

Une situation que nous avons constatée au point de collecte principal de Camille Basse, lors d’une visite le 21 mai 2022. Le canal est rempli de bouteille en plastique et d’autres déchets solides ménagers.

Pour cette année, la position du ministre Oumar Gueye n’a pas été ce qu’elle fût l’année passée, «l’optimisme», quand il disait qu’on ne verra pas de pirogue à Keur Massar, se fiant ainsi sans réserve au dispositif mise en place. Cette année, même si l’espérance est grande, il y va avec prudence.

«Si on prend en compte ce qui est en train d’être fait à Keur Massar à l’heure actuelle, ajouté à ce qui a été fait, normalement la situation va s’améliorer. Mais c’est en fonction des quantités de pluies reçues. Il faut toujours se dire : ‘’si on reçoit 1000 m3 de pluie, alors là, il n’y a pas un seul ouvrage qui va tenir’’. C’est clair. Je vous ramène à ce qui se passe un peu partout dans le monde, même dans les pays développés qui ont beaucoup plus de ressources que nous. Dans les conditions normales il y aura de l’amélioration ; mais, si les conditions dépassent celles que nous avions l’habitude de vivre, nous pouvons avoir des situations difficiles». Il a fait cette déclaration lors de la rencontre Gouvernement face à la presse du 28 avril 2022. Dans la foulée, il avait également annoncé l’acquisition d’importants outils qui serviront au pompage des eaux.

 

OUVRAGES DE DRAINAGE DES EAUX DE PLUIE

11 milliards pour les quartiers non desservis par la phase d’urgence

Les quartiers laissés en rade dans la phase d’urgence du PROGEP, comme les Parcelles Assainies (PA), seront pris en compte par un autre programme qui sera initié dans le cadre du Projet de gestion intégré des inondations (PROGEP). Le projet est en cours. Selon l’expert hydraulicien de l’Agence de développement municipal (ADM) et responsable du suivi des réalisations à Keur Massar, Aly Tounkoura, il est prévu la réalisation d’infrastructures qui seront reliés au lac de Mbeubeuss. «Nous allons démarrer bientôt un programme de réalisation d’infrastructures. Nous avons déjà un marché signé de 11 milliards FCFA pour débuter les travaux sur le bassin versant de Mbeubeuss qui va beaucoup impacter la zone, des Unités 14 de Keur Massar jusqu’au niveau de basin de Mtoa». Par ailleurs, poursuit-il, «nous allons incessamment démarrer les travaux. Mais nous avons anticipé sur les études d’exécution», annonce-t-il.

L’assainissement des PA devrait être fait par la société qui les a délivrées. «Les Parcelles Assainies de Keur Massar ont été réalisées par la SN-HLM ; donc c’était de leur responsabilité de mettre les infrastructures qu’il fallait. Cela n’étant pas fait, aujourd’hui, l’Etat est en train de corriger l’erreur à travers le PROGEP 2 qui va impacter essentiellement le département de Keur Massar», dit Aly Tounkoura.

Les entraves de l’année dernière qui, selon les autorités, étaient à l’origine des désagréments, sont levées. Il s’agit du de la jonction reliant Camille Basse à l’Unité 3, point névralgique des inondations dans la zone. «Le raccordement du canal de Camille Basse a été fait à la date du 31 mars 2022. Avec une partie de transit de 22.000 m3/h. Pour faire simple, c’est l’équivalent de 22 pompes de 1000 m3/h».          

La réalisation de cette infrastructure permet aux autorités en charge de la lutte contre les inondations de se projeter sur d’autres quartiers, soutient Aly Tounkoura. «Cette année, nous allons nous attaquer aux quartiers de Sotrac et d’Aladji Pathé. Puisque que nous sommes beaucoup plus à l’aise, en aval. On est suffisamment à l’aise sur tout ce qui est sur la route de Jaxaay, jusqu’au marigot de Mbao».

 

UN LOT D’INFRASTRUCTURES ANNONCE, 251 BIENS A DEGUERPIR

Le jeudi 3 février 2022, une réunion a été tenue au nouveau lycée de Mtoa de la commune de Keur Massar. Elle a réuni délégués de quartiers, impactés et agents de l’Agence de développement municipal (ADM). Ce qui est expliqué aux populations est la construction d’un réseau de drainage des eaux de la zone qui est inondable. Il s’agit de la construction de bassins de rétention et d’autres travaux de connexion dans les quartiers Médinatou Salam, Montagne III,  Daaray Kamil,  Hamdalaye, Médinatou Rassoul, Sant-Yalla et aux Parcelles Assainies, entre les Unités 6 à 13, mais aussi aux Unités 11 et 3.

Pour cela,  soutiennent les agents de l’ADM, les occupants des périmètres sur lesquels seront réalisés les bassins seront déguerpis. Le recensement a été fait, grâce à l’implication des chefs de quartiers et des agents sur le terrain, ont annoncé les représentants de l’ADM.

Il n’en est aucunement le cas, selon des délégués de quartiers qui ont pris la parole ce jour. Les préjudices estimés peuvent aller bien au-delà du recensement, avaient-ils trouvé. L’Agence de développement municipal informe, pour ce que faire, que des déguerpissements auront lieu. Et pour l’instant, 251 biens seront touchés. Ce sont des maisons, 51 places d’affaires, 200 terrains nus et maisons. 51 des places d’affaires et 75 biens seront forcément délogés parce qu’impactés par le projet, ont aussi signalé les agents de l’ADM.

LE DEGUERPISSEMENT NON APPRECIE, LA DEMARCHE JUGEE PEU INCLUSIVE

Pour la réalisation du bassin de l’Unité 3 et que les populations rencontrées considèrent ne pas être pas la meilleure solution, il faut qu’une partie du terrain de football soit pris aux jeunes. Ça ne sera pas le cas, dit l’un d’eux rencontré lors de la visite du jeudi 17 mars. «Nous ne sommes pas prêts à céder le terrain qui est le seul lieu de loisir que nous avons. Et le terrain est la seule place où les CEM font leur éducation physique», a soutenu l’un d’eux.

Des maisons sont sommées de quitter. Mère Cissé est une retraitée qui a sa maison au quartier Mame Abdou. Quitter sa maison n’est pas envisageable, pour elle, à moins que cela ne soit la solution extrême. «Ce qui me fait mal est qu’on risque de reprendre à zéro. J’ai été informée brusquement par un agent qui m’a dit qu’on va nous déguerpir. Je lui ai manifesté mon désaccord. J’ai investi toutes mes économies dans cette maison et je suis à la retraite. Je suis mère de famille. Je veux rester chez moi. Le cas contraire, et si c’est une obligation, je serai obligée de me plier à la décision de l’autorité. J’ai suspendu toutes les extensions que j’avais commencées». Elle soutient, par ailleurs, qu’elle n’a été prévenue que par l’équipe d’une entreprise qui faisait des marques (identifications) sur ses murs.

Même son de cloche chez Diallo. «J’attends de voir ce que cela  va donner. On m’a dit que je suis concerné ; mais je n’ai pas encore les détails. De toute façon, j’aurai aimé rester chez moi que d’aller voir ailleurs», dit-il.

La construction de bassins de rétention à Keur Massar ne peut être une bonne solution. «Ce qui pose problème est la création annoncée des bassins dans les Parcelles Assainies, comme à l’Unité 9 et 3. Dans les plans des Parcelles Assainies, on n’a jamais vu des places réservées à la construction de bassins. C’est nouveau et c’est en déphasage avec le contrat signé avec la SN-HLM», trouve El Hadji Daouda Mbaye, délégué de quartier de l’Unité 3. Pis, ajoute-t-il, la démarche n’a pas été inclusive, des habitants ont été mis devant le fait accompli. Il partage cette position avec d’autres délégués de quartiers.

Lors de la réunion du 2 février 2022, Modou Mbengue, délégué de quartier Daaray Kamil,  a jugé que l’implication des populations n’a pas eu lieu et que le recensement des impactés fait dans son quartier n’a pas été exhaustif. Le délégué de quartier de l’Unité 14  a qualifié de faible l’implication de ses pairs, en soutenant que toutes les décisions devraient être prises en leur présence. Alioune Ndiaye, délégué de quartier de Montagne 2 a dit qu’il s’est réveillé et a vu des machines à l’œuvre, sans qu’il ne soit informé au préalable.

 

FINANCEMENT ET EXECUTION DES TRAVAUX

Ces interrogations qui persistent !

Comme évoqué souvent dans le reportage, les populations se demandent si toute la somme annoncée a été investie dans la réalisation des infrastructures à Keur Massar. L’année dernière, en réunion d’évaluation, les services concernés n’avaient pas trouvé un point de convergence. «Les 15 milliards de l’Etat pour la phase d’urgence de Keur Massar sont divisés en 7,5 milliards en crédits de payement et 7,5 milliards en autorisation de programmes», a déclaré Cheikh Issa Sall, DG de l’ADM.

Et, poursuit-il, «ce sont 7,5 milliards qui pourraient être payés cette année». «Les entreprises choisies pour la réalisation des infrastructures dans le cadre de la phase d’urgence n’ont pas encore reçu l’intégralité de leurs dus», selon le directeur de l’ADM. «Globalement, ces entreprises qui sont à des niveaux d’exécution de 90% n’ont été payés qu’à hauteur de 38%», avait dit Cheikh Issa Sall.

Le directeur du budget, Mamadou Moustapha Ba, avait dit le contraire.  «Toutes les dépenses liées aux inondations sont payées. Nous pouvons dire avec raison qu’actuellement, au niveau du Trésor public, il ne subsiste aucune instance de paiement liée aux inondations», avait-il indiqué. De l’avis du directeur du budget, «l’administration paie après que les services soient faits. Des engagements sont faits en priorité et la trésorerie est déjà mobilisée au niveau du Trésor pour pouvoir faire face à tout engagement lié à ces inondations». «Tous les marchés en relation avec la phase d’urgence de Keur Massar ont été approuvés», si l’on en croit, le directeur du budget.

«A Keur Massar, sur ce programme d’urgence qui a fait l’objet d’une autorisation d’engagement de 15 milliards, tous les marchés par rapport à l’autorisation d’engagement qui avaient été donnés par l’Assemblée nationale, ont été approuvés. Ce que le DG de l’ADM a appelé crédits de paiement, ce sont les crédits mobilisables dans l’année au titre de la gestion 2021, d’un montant de 7,5 milliards de FCFA. Ces 7,5 milliards ont été mobilisés à hauteur de 83%, totalement payés. Et pour le reliquat de l’ordre de 768 millions, nous attendons les engagements en vue des paiements», avait précisé M. Ba.

Il est toutefois à signaler que la somme destinée à la réalisation de la phase d’urgence n’est pas totalement mobilisée. Lors du Comité régional de développement, il est ressorti qu’il est attendu toujours deux avenants qui sont dans le circuit administratif. Revenant au choix des entreprises, l’appréciation est diverse.

LES ENTREPRISES SENEGALAISES EN DIFFICULTES ?

A Keur Massar, les populations rencontrées disent plus apprécier le travail réalisé par l’entreprise chinoise que celui des sociétés sénégalaises. La société SAEHE, choisie par les maîtres d’ouvrage des infrastructures était, selon des sources, confrontées à des difficultés financières avec son contractant. Son Directeur que nous avons contacté s’est désisté à quelques heures du rendez-vous, malgré qu’il fût dans en premier temps disposé à nous recevoir dans ses locaux. «Après entretien avec mes conseillers, nous sommes au regret de ne pouvoir vous recevoir», a-t-il répondu dans un message téléphonique daté du 27 février 2022.

La Compagnie sénégalaise des travaux publics (CSPT) est souvent pointée du doigt, à cause des manquements notés dans l’exécution des tâches qui lui sont confiées. Dans la parution du jeudi 10 mars du quotidien Source A, le coordonnateur du Comité local d’initiatives pour la gestion des eaux pluviales (COLIGEP),  Maguette Niang, s’en prend à cette société. «Il y a des gens qui vivent toujours dans les eaux. La pluie de l’année dernière est toujours stagnante dans certaines zones. Si l’hivernage arrive et que les choses ne bougent pas, les populations de Keur Massar vont revivre les inondations de l’année dernière.» «Les autorités doivent revoir les critères d’attribution des marchés publics.                     Elles doivent prendre au sérieux les capacités de réalisations des entreprises», analyse-t-il.

A la date du 20 avril, à la réunion préparatoire sur les inondations,  les difficultés pour cette entreprise de finir les installations qu’elle devrait réaliser sont aussi évoquées devant le gouverneur de Dakar, Al Hassan Sall. Le directeur des travaux de la société, Pape Sy, interrogé par la rédaction de Sud Quotidien, le 30 mai 2022, est d’un avis contraire. «Notre travail consistait à faire un collecteur qui démarre à Camille Basse jusqu’à la forêt. Il est réalisé intégralement et à 100%. Notre travail se limitait à ce collecteur-là. Ça a été démarré l’année dernière, la pluie est intervenue et les travaux n’avaient pu être terminés. C’était vraiment difficile. Il restait une petite portion qu’on a terminée. Maintenant, le tronçon est déjà raccordé à la forêt classée de Mbao», a-t-il soutenu.

CSPT a aussi, selon lui, respecté ses engagements de construire un bassin de rétention. «On avait un bassin à réaliser ; ça a été fait et les machines sont en train de sortir le sable. Celui-ci ne se trouve pas dans la forêt mais, derrière le supermarché. Et je rappelle que c’est pour qu’en cas de grande pluies qu’il soit utilisé. L’année dernière, on ne l’a pas utilisé parce qu’on en avait pas besoin. Même cette année, on peut ne pas l’utiliser. C’est comme un bassin de secours pour que, s’il y a des problèmes vers Mbao et la forêt, on y stocke l’eau, en attendant que le problème soit résolu. Il ne joue même pas un rôle sur les problèmes qui sont en aval», soutient Pape Sy.

 

INFRASTRUCTURES DE LA PHASE D’URGENCE

Des réalisations qui suscitent de l’espoir

Lors d’une réunion préparatoire des inondations organisée par la Gouvernance de Dakar, le 20 avril 2022,  les responsables de l’Agence de développement municipale (ADM) ont estimé que les travaux de la phase d’urgence ont permis d’obtenir les résultats suivants : Une superficie de 66 ha de la zone des travaux du lot de la phase du BCI (avec une population totale de 10.600 habitants dans les quartiers de Cité Municipale, Mame Dior, Aïnoumady, Darou Rahmane, Sant-Yalla) a été épargnée des inondations de l’hivernage 2021 grâce aux 9593 canalisations primaires et secondaires. Les distances  entre les points de pompage et l’exutoire ont diminué de moitié, notamment dans la zone de Camille Basse et Jaxaay. Le nombre de jours de stagnation des eaux de pluies dans les zones disposant d’un dispositif de pompage, Unité 3, 9, 2, 14 et 15, Camille Basse et cité Amina a considérablement démunie.

Pour cette année, l’Agence de développement municipal se dit confiante. «Nous avons parfaitement confiance à notre dispositif nous savons ce que faisons maintenant, il y’a des contraintes qui sont souvent administratives. Le fait de passer un marché et que la pluie n’attende pas est une.  Il y a aussi des contraintes foncières comme c’est le cas dans deux bassins qui ne sont pas terminés. La conciliation prend du temps et le processus est long.  Régler les problèmes des inondations à Keur Massar ne se fera avec  une baguette magique. Nous techniciens nous n’allons pas tenir un discours autre que celui-là», dit Aly Tounkoura. Et, précise-t-il, la solution définitive ne peut se faire que de façon progressive. «Nous avons jusqu’en 2026 pour apporter une solution durable à ces inondations au niveau de la banlieue et particulièrement à Keur Massar. Mais, en attendant, nous y allons de façon progressive».

A Camille Basse, le raccordement du canal est apprécié. «On n’a pas été inondé au point de faire recours à de pirogues de sauvetage. Mais on a espoir que le dispositif va marcher. Le raccordement du canal et les infrastructures secondaires ont été réalisés», se réjoui Mamadou Séne, le délégué de quartiers.

S’agissant des infrastructures réalisées dans le cadre de la phase d’urgence, elles concernent principalement Aïnoumady, Cité Mame Dior,  Sant-Yalla et Camille Basse. Le 29 juin 2021, à l’Assemblée Nationale, Oumar Gueye  rappelait le dispositif en soutenant qu’il s’agissait de canalisations de 3 mètres de large et 1 à 1,5 m de profondeur. Celles-ci devraient être raccordées à 7 bassins qui se trouvent dans la forêt classés de Mbao. Selon toujours les explications du ministre Oumar Gueye, chacun des bassins peut accueillir 35.000 m3. L’eau stockée dans ces bassins devrait aller vers le marigot de Mbao. Seulement, l’autre inquiétude c’est aussi le fait que le réceptacle de la forêt ne s’est pas départi de ses eaux.

 

ABDOU SAMATH DIOUF, COORDONNATEUR DU MOUVEMENT ZERO INONDATION DANS LA BANLIEUE

 

«Les lenteurs notées dans l’exécution de certains travaux risquent d’être préjudiciables»

«L’Etat a investi beaucoup d’argent à Keur Massar, pour lutter contre les inondations ; mais il reste beaucoup à faire. C’est pourquoi nous aimerions que la situation soit prise très au sérieux. Bien vrai que le président de la République a promis l’aménagement du département, mais il faut un suivi des travaux. On note des lenteurs souvent dans l’application des directives. Des canalisations souffrent de manque d’entretien. Les mesures annoncées lors du CRD, sous la conduite du gouverneur de Dakar, doivent être mises en œuvre.

On a des inquiétudes parce qu’on a senti une lenteur dans la réalisation des ouvrages. Si des mesures fortes ne sont pas prises, nous allons vivre la même situation que les années précédentes. Des travaux dans le marigot de Mbao ne sont pas encore achevés. Et dans des zones à Keur Massar, il y a beaucoup de travaux d’infrastructures routières et les palliatifs ne sont mis en œuvre. Le curage des canalisations doit être accéléré. Le ministre Oumar Gueye avait dit, l’année dernière, que tous les points noirs ont été repérés et l’Etat à la connaissance de ce qu’il faut faire. Mais, la situation n’est toujours pas décantée».

PRECISION

Pour la réalisation de ce dossier, on a voulu visiter les infrastructures réalisées par l’Agence de développement municipale (ADM), dans le cadre de la phase d’urgence du PROGEP II.  Malheureusement, cette visite des ouvrages n’a pu avoir lieu.

1 comment

Leave a reply