(Dossier inondation) Keur Massar : quitter pour fuir les eaux

0
586

Au quartier Mame Abdou Aziz, non loin de la cité Camille Basse, devenue tristement célèbre ces dernières année parce qu’étant l’épicentre des inondations à Keur Massar,  Maïmouna vit dans une maison qui fait face à un bassin de rétention. La présence des typhas est permanente, à cause de l’humidité du sol. Pour arriver à sa maison, il faut passer par un jalonnement des briques humides. Maïmouna,  trouvée dans la journée du 13 mars chez elle, s’est résignée, malgré le quotidien qui l’accable.

«Nous vivons en permanence avec les moustiques. Je pense à la pluie car, je suis sûre que je vais quitter ma maison pour aller me refugier quelque part. Avec les difficultés du quotidien, on ne peut pas, après avoir construit nos maisons, les abandonner et vivre en location».

Et pourtant, c’est une routine de quitter sa maison à chaque hivernage. «L’année dernière, à cause de la présence de l’eau, ma famille et moi vivions dans une seule pièce que j’ai construite sur la terrasse. Mais finalement,  j’étais obligée de me rabattre sur mes voisins. J’ai perdu tout mon mobilier de maisons», tonne-t-elle.

Les investissements annoncés pour la réalisation d’infrastructures de drainage, elle n’y croit pas. «Quand j’entends les autorités, à la télé, dire que la situation est sous contrôle à Keur Massar, je n’en reviens pas. Les milliards qu’elles évoquent dans les medias me font tiquer».

Au quartier Dabakh Malick, les réceptacles des eaux ne sont pas pris en compte par les travaux de la phase d’urgence qui ont été entamés, sur ordre du président de la République, Macky Sall, suite aux inondations de 2020. Sokhna Mbaye, trouvée assis devant sa boutique de produits cosmétiques, a déménagé de son habitation à cause des eaux de pluie. «Notre maison est toujours envahie. Les fosses septiques sont toujours pleines. Quand nous acquérions le terrain, la situation n’était pas comme elle l’est actuellement. Nous avons abandonné la maison et vivons en location», dit-elle ; et c’était au mois de mars, en pleine saison sèche.

 

Lire l’intégralité du dossier : (Dossier) Inondation – Keur Massar : des inquiétudes qui résistent aux milliards

 

Pour Nourou Niang, les autorités ne se sont jamais souciées de ce bassin. D’après lui, aucun dispositif de pompage n’y a été mis en place, à part celui des populations. Le directeur de l’Agence de développement municipal (ADM), Cheikh Issa Sall, dont la structure assure la coordination des travaux, a dit n’avoir pas connu l’existence du bassin, si l’on en croit Nourou Niang. Le ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires, Oumar Gueye y est venu, dit-il, a fait un inventaire des besoins, sans qu’aucune action concrète ne soit posée.

Cette psychose est aussi perceptible dans plusieurs autres quartiers comme les Parcelles Assainies. Bref, dans de nombreux quartiers de  Keur Massar, c’est la hantise des inondations. Ceux-là qui se disent mis à l’écart de la phase d’urgence du PROGEP, à l’image de Mame Abdou Aziz, craignent l’arrivée de la pluie. L’heure est à la recherche du point de chute, comme chaque année.

Fatou NDIAYE

Leave a reply