(Dossier) Insensibilité et souffrance d’humanité, les règles dans les services publics

0
240

Charte du malade affichée dans toutes les structures de santé publiques mais souvent foulée au pied, plateau technique qui laisse à désirer, personnel insuffisant et démotivé, accueil et prise en charge défaillants, surtout l’appréciation des urgences, etc. l’affaire Astou Sokhna, du nom de la patiente décédée par  «négligence médicale» au niveau du service de la maternité de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga, a remis au goût du jour la problématique du non-respect ou de la violation, c’est selon, des droits usagers dans des structures et services publics au Sénégal.

Au-delà de la Santé, des secteurs de l’Education, aux différents services publics et parapublics en passant par l’Administration, la Police… la négligence et le manque de sensibilité des agents envers les usagers qu’ils sont sensés servir, avec respect, est décrié partout. Qu’est-ce qui explique ce comportement inhumain qui semble désormais érigé en règle partout ou presque ? Eléments de réponses avec Docteur Souleymane Lo, Sociologue, et Professeur Serigne Mor Mbaye, Psychologue.

 

DR SOULEYMANE LO, SOCIOLOGUE

«Le cas de cette femme… suscite la question de la sensibilité des agents de santé face à l’enjeu de la vie des malades»

 

«Il semble évident que les relations sociales doivent partout être observées de la même manière par les membres de la société. Le respect, la considération de l’autre, l’amour, la sympathie et l’empathie sont tant de compétences sociales que chacun d’entre nous doit refléter en interaction avec son vis-à-vis, quelque soit sa situation sociale, économique et ou religieuse. Mais, l’indignation des uns face aux comportements des autres laisse entendre voire de comprendre que ces compétences sociales sont soient absentes soient souffrent d’application dans certains milieux parmi lesquels la Police et les structures de santé sont citées le plus souvent. En ce qui concerne les structures sanitaires où le comportement des agents de santé, toute catégorie confondue, inquiète plus d’un au point que leur client, le patient s’en désole, s’il n’en paie par sa vie. Recensement, le cas de la femme morte dans des conditions jugées inacceptables de non prise en charge voire de «non-assistance à personne en danger», suscite la question de la sensibilité des agents de santé face à l’enjeu de la vie des malades.

À cette souffrance de sensibilité dont ces agents seraient atteints, il faut chercher l’explication, d’une part dans la formation qu’ils ont reçue et d’autre part dans les conditions difficiles dans lesquelles le service sanitaire est rendu. En effet, c’est pendant la formation qu’ils ont été déjà déshumanisés dans le rapport qu’ils doivent entretenir d’avec le soigné. C’est par l’expérience des labos où l’expérimentation médicale dans tous ses sens, s’exécute sur des êtres inanimés, appelés cobayes, que ce personnel de santé arrive à se départir, malgré lui, de cette faculté hautement humaine qu’est la sensibilité par laquelle on éprouve le mal et la souffrance de l’autre. Alors que le cobaye sur lequel on apprend est par essence insensible à toute action si violente qu’on puisse exercer sur lui. Sous cet angle, la pratique de cet apprentissage laisse des séquelles sur la conscience professionnelle de l’individu et a ceci de fâcheux qu’elle donne à l’agent de santé l’illusion du cobaye face à l’humain qu’il soigne.

Sur le même dossier : Drames en série : quand les hôpitaux font peur

Quant aux conditions, il faut y comprendre l’insuffisance du plateau technique qui ne donne pas aux agents de santé des marges de manœuvre face à des cas nécessitant une prise en charge d’urgence. Mais sur le plan de la rémunération de ces agents, on peut y déceler l’instabilité psychologique dont ils sont frappés dans l’exercice du métier. L’esprit humain a besoin de tranquillité, à plus forte raison celui d’un agent sanitaire. Alors, le fait que certains d’entre eux ne parviennent pas à assurer la dépense quotidienne, tout en étant soumis à une activité du genre, pourrait avoir comme conséquence de tels résultats déplorables, malgré eux, parce qu’ils ne les cherchaient pas à dessein. Somme toute, connaître les causes est déjà une piste de solution, si l’on veut réformer le système de la santé depuis les conditions de formation. En outre, il faut faire assister le personnel soignant par un autre personnel soignant notamment des psychologues et des sociologues susceptibles de le réintégrer  dans le corps social après la formation et ou de le soulager des angoisses existentielles qu’il traverse toute chose égale par ailleurs.»

SEYNABOU BA STAGIAIRE

Leave a reply