(Dossier) La sédentarité : ce mal qui décime nos sociétés

5
2309

Que ce soit au bureau, derrière le volant ou à la maison, nombreux sont ceux qui passent une bonne partie de la journée en position assise ou couchée. Un acte simple à première vue, certes, mais qui peut avoir de lourdes répercussions sur la santé de manière générale. Dans nos sociétés modernes, beaucoup de personne s’y laissent aller, mais ignorent jusque-là les risques auxquels elles sont confrontées. Selon l’OMS), entre 4 et 5 millions de décès pourraient être évités chaque année si la population mondiale était plus active physiquement. Et des études montrent que rester assis pendant plus de 6 heures par jour peut augmenter le risque  de maladies graves comme le cancer, le diabète et les maladies cardiaques.

 

Par Adjaratou Marième Diaw MBAYE (Stagiaire)

 

La sédentarité se définit par le  temps resté assis ou couché hors temps de sommeil, que ce soit sur le lieu de travail, dans les transports ou devant les écrans. Et selon une étude de  l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), entre quatre (4) et cinq (5) millions de décès pourraient être évités chaque année si la population mondiale était plus active physiquement.

La sédentarité est décidément un des maux de la société actuellement car engendrant directement un grand nombre de maladies chroniques. L’être humain, par nature, est fait pour bouger. Or, le développement de la société et la place prépondérante des nouveaux outils technologiques et d’internet  n’arrangent non seulement pas les choses mais aussi et surtout font que nous bougeons moins.

Des études l’ont prouvé et ceci peut paraître anodin : rester assis pendant plus de 6 heures par jour peut avoir des retombées sur la santé et augmenter le risque  de maladies graves comme le cancer, le diabète et les maladies cardiaques. Selon une étude de l’American cancer society, 37% des femmes risquent davantage de mourir comparativement à celles qui passent moins de trois heures assises.

Vu sous l’angle familial, certaines femmes, en raison de leur obligation de mère de famille, se retrouvent dans l’engrenage de la sédentarité. Et Mère Fama en est un exemple. Mère de famille, elle a consacré toute sa vie à l’éducation de ses enfants. « Je me suis toujours consacrée à l’éducation de mes enfants. Maintenant qu’ils sont grands, je me retrouve seule à la maison. Sans aucune activité, je passe ma journée allongée devant la télé. Et, à force de ne rien faire, cela impacte sur ma santé. Pour descendre les escaliers, c’est tout un problème, pour marcher n’en parlons même pas », martèle-t-elle.

Mais il y en a pour qui  le travail rime avec la sédentarité. C’est le cas de notre interlocuteur. Juriste fiscaliste dans un cabinet de la place, sa journée, il la passe au bureau. 8 heures de temps en principe où il est assis. Une condition qui n’est pas sans impact sur sa santé. « C’est une situation pas facile du tout. Les gens pensent que c’est un privilège de rester dans un bureau climatisé tout le long de la journée. Je ressens des douleurs au dos ; raison pour laquelle, comme conseillé par les spécialistes,  je me lève toute les 30 minutes pour me dégourdir les jambes. » 

Ce temps resté assis concerne plusieurs corps de métiers notamment des tailleurs comme Alassane Niang pour qui, cette situation a des conséquences néfastes sur sa santé. « Avec le travail que je fais, je reste assis presque toute la journée. Au bout d’un moment, forcement on ressent des douleurs. Il m’arrive d’avoir des maux de dos, comme aujourd’hui par exemple. Mes jambes sont souvent gonflées et j’ai fréquemment des crampes. »

Le mode de vie sédentaire est décidément ancré dans notre société dite moderne, notre quotidien, au point de devenir un handicap pour certains. Sortir de ce cercle vicieux demande cependant une dose de volonté en prenant le temps de revoir l’organisation de notre mode de vie.