(Dossier) «Malheureusement…c’est toujours à la femme à qui la société demande des comptes», Dr Souleymane Lo, sociologue

0
379

«Dans la religion musulmane, dit-on souvent, que la finalité du mariage n’est point exclusivement la procréation mais plutôt le moyen par lequel la famille se fonde. Parlant de famille, on entend l’idée d’un ensemble de personnes issues de l’union d’un couple entre l’homme et la femme dont l’élément multiplicateur demeure la maternité. En effet, sans la maternité, c’est-à-dire la naissance de l’enfant devant symboliser le gage de la perpétuité de la famille, le mariage qui ne s’en sote pas ainsi, devient, au regard de la société, un désespoir voire une malédiction  à la survie de la société.

 

C’est dans cette perspective que l’enfant est appréhendé comme une bénédiction qui confère à ses géniteurs la place qu’ils sont censés occuper dans la sphère sociale où le respect surtout dû à une femme est fonction de sa capacité à enfanter. Parce que c’est la femme qui enfante que, naturellement, il est admis de croire, même à tort, que toute infertilité lui incombe sans partage. En effet, cette infertilité est synonyme de culpabilité chez la femme qui n’arrive pas à faire preuve de maternité pendant un certain temps de son mariage.

 

Au Sénégal, la tradition tient tellement à cette preuve de lendemain meilleur qu’on pense que l’anniversaire du mariage doit se fêter à trois, sous présidence de l’enfant, le prince ou la princesse qui témoigne de la virilité du père  et de la capacité de procréation de la mère. En sus, l’héritage le mieux réussi est évidemment celui qui s’adresse aux enfants et non aux  parents du couple. Ainsi, l’enfant est de tout ce qui fait valeur au sein d’un couple autant qu’il constitue la caution de la femme pour son entrée dans le cercle restreint des femmes ayant droit à la parole. C’est également pour l’homme une fierté d’être admis parmi les paires et d’espérer d’être  relevé des corvées une fois à  l’âge adulte.

 

«L’ESPRIT ORDINAIRE PENSE SOUVENT QUE LA VIRILITE DE L’HOMME FAIT FOI DE FERTILITE, OR…)

 

Malheureusement, dans cette pénible épreuve de stérilité, c’est toujours à la femme à qui la société demande des comptes. En effet, l’homme, sauf s’il ne démontre pas d’une impuissance physiquement sexuelle, est à l’abri des questionnements et de l’inquisition des proches quant à l’absence de nouveau-né dans le  couple. L’esprit ordinaire pense souvent que la virilité de l’homme fait foi de fertilité. Et par conséquent, dès qu’il est attesté que l’homme tienne une bonne et solide érection, c’est alors la femme qui n’est pas apte à répondre par l’ovulation aux jets des coups de reins dignement reçus. Or, aujourd’hui, avec la science, être viril ne signifie pas forcément être fertile. Malheureusement, pour l’homme, ce serait une honte voire une humiliation que d’aller se faire soigner dès qu’il pense jouir de la capacité de ses entrejambes.

 

A lire sur le même dossier : Infertilité ou infécondité des couples : ce qu’en pensent l’Islam et le Christianisme

 

Dans un contexte de stérilité, c’est évidemment la femme qui en souffre plus. Cette souffrance n’est que le résultat de la pression familiale aussi bien sa belle-famille que sa propre famille elle-même. C’est parce que la société attend d’elle la délivrance qu’elle se sent davantage responsable de l’absence de maternité dont elle est implicitement accusée coupable.  Ainsi, sur le plan social, elle s’inscrit à fuir les regards qu’elle juge menant en violation de son intégrité et de sa dignité de femme devenue moins valeureuse que le contenu d’une poubelle.

 

Sous ce regard et du point de vue psychosociale, cela peut conduire une femme victime de la stérilité à adopter des comportements extrêmes tels que le suicide dans l’espoir de se soulager de ce fardeau dont elle n’est pourtant directement responsable. Souvent, faute de choisir d’être parmi les excusés de la vie, une telle femme peut se transformer bilieuse et acariâtre au point qu’elle finisse par détester l’enfant d’autrui car celui-ci lui rappelle son infertilité.»

 

SEYNABOU BA (STAGIAIRE)

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :