(Dossier) Modernisation de l’agriculture, via la dotation subventionnée de matériels : Macky mis au défi

0
1646

Engagé depuis un septennat et bientôt un quinquennat dans une politique forcenée de modernisation de l’Agriculture sénégalaise, le président Macky Sall est contraint de constater le gap énorme entre dotation aux producteurs de matériels agricoles subventionnés par l’Etat et atteinte des objectifs de productivité et de compétitivité pour asseoir l’autosuffisance alimentaire ou autre souveraineté alimentaire. Pour cause, le matériel distribué échappe généralement aux mains des petits producteurs et se retrouve quelquefois même dans des horizons ex-territoriaux. D’où l’alerte lancée par les acteurs à la base afin que le matériel agricole à réceptionner ce jour, samedi 04 février, ne suive pas la trajectoire de ses devanciers. Histoire de ne pas ressusciter les impairs de la Goana (Grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance) ou autre plan Reva (Retour vers l’Agriculture) de Me Abdoulaye Wade.

Dotation étatique en matériels agricoles : les ayants droit se cherchent

L’agriculture Sénégalaise peine encore à répondre aux attentes pour la souveraineté alimentaire. Et ce, en dépit de tous les efforts financiers et techniques à coût de milliards de francs CFA consentis par les différents gouvernements. D’où l’impératif de revoir les vrais ayants droit de ce nouveau programme de 83 milliards de francs CFA que va lancer, ce samedi, le chef de l’Etat, Macky Sall. 

Ce samedi 04 février,  le président de la République, Macky Sall va procéder au lancement d’un programme d’acquisition de matériels agricoles d’une valeur de 83 milliards de francs Cfa. Ils sont constitués de tracteurs équipés d’accessoires, de moissonneuses, batteuses, de kits d’irrigation et de construction d’infrastructures de stockage entre autres cadre avec les nouvelles orientations du ministère de l’Agriculture, de l’équipement rural et de la souveraineté alimentaire.

Cette dynamique est la énième du genre sous le magistère du président Macky Sall. Dans un passé récent (2021), le président Sall, grâce au soutien de la Banque africaine de développement avait fait bénéficier à une centaine d’agriculteurs répartis en fédérations paysannes, coopératives et groupements d’intérêt économique des différentes régions du Sénégal, quelques 129 tracteurs et 67 motoculteurs multifonctionnels. Une remise de matériel agricole qui, disait Macky Sall, « entre dans la poursuite des efforts de modernisation de la filière agricole ». Ledit projet avait mobilisé « 5,2 milliards de francs CFA dont 2 milliards par le ministère de tutelle, une ligne de crédit concessionnel accordée par la Direction générale à l’entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes (Der/FJ) et la Banque agricole (LBA) d’un montant de 1 225 000 000 F CFA et 750 000 000 F CFA provenant de la LBA. Le reste, soit 1 200 000 000 F CFA, mobilisé par la Der/FJ, sera affecté au renouvellement de petits matériels agricoles au profit de 600 petits producteurs », détaillait ainsi le président Macky Sall.

En 2018, dans le cadre de l’atteinte des objectifs du Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture Sénégalaise (Pracas), le chef de l’Etat avait réceptionné plus de 1000 unités de matériels agricoles et équipements de génie civil, avec le concours du patron de Tse, Cheikh Amar, d’un coût global de 32 milliards de francs CFA. Le chef de l’Etat faisait entendre par cet engagement qu’il vise à renforcer l’agriculture moderne, en la rendant plus adaptée, inclusive et intégrée, fondée sur le savoir et le savoir-faire suivi de technologie. Plus que jamais déterminé à moderniser l’agriculture Sénégalaise, Macky Sall disait aussi : « J’ai décidé d’ajouter annuellement un budget de 5 milliards F CFA dédié exclusivement à l’acquisition de divers matériels de culture attelée au bénéfice de petites exploitations agricoles et familiales. Cette dotation servant à subventionner à hauteur de 70%, l’acquisition de matériel et outillage agricole pour les bénéficiaires, a permis de récolter entre 2013 et 2017, 65. 063 unités, auprès des industries locales ». Pour rappel, c’est en 2013, soit un an après son élection à la magistrature suprême que le Premier ministre d’alors, en l’occurrence Abdoul Mbaye dans sa déclaration de politique générale du 28 octobre 2013 annonçait que le gouvernement accordait une grande importance à la nécessité d’accélérer le processus de transformation de l’agriculture pour accroître la productivité et la compétitivité afin que celle-ci devienne le moteur de l’économie sénégalaise. Et c’est pour atteindre ces objectifs macroéconomiques qu’un Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture Sénégalaise (Pracas) avait été lancé.

Des milliards et des objectifs, pour de piètres résultats !

Après tant d’années d’investissements à coût de milliards de francs CFA avec des objectifs bien définis pour une agriculture moderne capable d’assurer les besoins agricoles du pays, le Sénégal semble bien loin de tous ses efforts financiers et techniques pour révolutionner son secteur primaire, le plus dynamique, et qui demeure la principale base d’un développement agroindustriel et artisanal.

De constat, l’agriculture Sénégalaise souffre d’un manque criant de matériels agricoles. Et pourtant, ose-t-on se poser légitimement la question de savoir est-ce possible aujourd’hui de répertorier tout ce matériel mis à la disposition d’agriculteurs pour en avoir le cœur net sur les réels bénéficiaires ou ayants droit. Quel a été leur niveau de production durant toutes ces années ? Qu’est-ce qui devrait continuer à en bénéficier ? Qui sont les nouveaux bénéficiaires ou ayants droit ? D’ailleurs, il se susurre tout bas que le matériel agricole destiné aux agriculteurs Sénégalais s’est retrouvé dans les pays riverains du Sénégal. Autrement dit, des Sénégalais se sont permis de vendre ces équipements agricoles subventionnés à d’autres hors du territoire Sénégalais.

Le 14 juillet 2021, l’ancien ministre de l’Energie, Thierno Alassane Sall, chahutant la tournée économique du président Sall en visite dans le Nord du pays disait dans l’émission Objection de Sud Fm qu’il n’a pas besoin d’aller dans cette partie du pays pour savoir ce sont devenus les tracteurs qu’il avait si coûteusement achetés à coup de milliards et dont certains auraient été vendus en Mauritanie par des agents économiques qui, comme disait Moustapha Cissé Lo, ancien député apériste, ne font même de l’agriculture. Il s’agit de politiques à qui on distribue gracieusement ces tracteurs et qui les revendent. En annonçant le lancement d’un énième programme pour la souveraineté alimentaire, le président Macky Sall ne devrait-il pas donner des orientations claires au ministère de l’Agriculture pour que les vrais agriculteurs y aient droit ?

JEAN PIERRE MALOU  

 

Leave a reply