(Dossier) «Un intellectuel, son courage devrait lui permettre…de pouvoir partager son point de vue», Dr Abdou Khadry Sanoko, sociologue

0
200

De nos jours, aussi bien dans les débats politiques que dans les médias et autres réseaux sociaux, les injures semblent une norme. Qu’est-ce qui explique cette banalisation ?

 

C’est ce que j’appelle la crise de la pédagogie publique. Aujourd’hui, dans le monde en communication, c’est le manque d’arguments. Quand on parle de crise pédagogique, ça renvoie foncièrement à ce qu’on appelle la propension de la violence langagière. Et cette violence langagière là, comme on dit en vérité, quand on est à court d’arguments, quand on est faible d’esprit, fondamentalement on a tout le temps recours à tout ce qui est invectives, quolibets,  attaques personnelles. Ça veut dire que c’est le propre quelque part des gens qui sont très limités intellectuellement.

C’est pour cette considération que des gens pensent que quand vous violez l’intimité de quelqu’un, quand vous vous attaquez, si vous voulez, à des aspects un peu personnels des gens, vous arrivez à les déstabiliser. Et dans la pédagogie publique, ce qui est admis et accepté, c’est un débat d’arguments, c’est un débat d’idées. Et d’ailleurs, on le dit, dans un débat, les grands parlent des idées et les petits parlent des hommes.

Maintenant, dans la perspective pédagogique, les gens ont l’habitude aujourd’hui d’observer que le débat vole très très bas ; mais c’est un débat aussi qui, si vous voulez, met en face ou en lisse des gens dont la hauteur intellectuelle est extrêmement étriquée. Dans un débat, pédagogiquement, si vous n’arrivez pas à brandir des arguments paisibles de haute intensité, fondamentalement, vous êtes obligés d’avoir recours aux invectives, aux insultes et aux conjectures. Bref au potin… C’est ça maintenant qu’on appelle «débat de bas caniveaux» et fondamentalement tous les gens qui s’y prennent obéissent ou répondent à ce profil de personne même, quelque part, dont  l’équilibre psychique est plus ou moins douteux.

Des insulteurs et adeptes d’invectives semblent être les plus suivis dans les médias et réseaux sociaux et sont soutenus par des politiques et autres pontes tapis dans l’ombre. N’est-ce pas là une caractéristique de notre société «malade» ?

C’est parce que ils produisent un langage accessible. Vous savez, le langage est tellement peu savant voire tautologique qu’il peut être suivi… C’est ce que les philosophes appellent la «Diánoia». Il y a une grande différence entre la «Diánoia» et la «Doxa». La Diánoia, c’est le monde sensible ; la Doxa, c’est le monde intelligible. Le monde intelligible est le monde consacré par les personnes épanouies dans l’intellectualisme.

Maintenant, le discours extrêmement prisé par le bas peuple, pour ne pas dire la «plèbe» comme auraient dit les Grecs, mais c’est un discours où ça vole très bas partout, où ce n’est pas trop élevé, les gens s’invectivent tout le temps… J’ai l’habitude de dire que les réseaux sociaux, c’est des truchements extrêmement prisés par les troubadours, qu’ils me pardonnent de les catégoriser ainsi, mais c’est véritablement des troubadours. On n’est jamais entend dans certains termes ; même en répondant à ce genre d’invitation on peut être décrédibilisé parce que c’est ce que j’appelle le débat tautologique ; c’est du genre «dire que la mer contient de l’eau salée», mais ça tout le monde le sait.

Une analyse et une argumentation scientifique, ça se construit à travers une certaine logique et une certaine démarche épistémologique. Et comme maintenant les réseaux sociaux adorent le savoir populaire, communément appelé  le savoir du sens commun, où tout le monde est expert, tout le monde et même des tradi-praticiens se permettent de porter les mentaux d’analystes, quelque part c’est compréhensif. Je ne leur reproche pas cela parce que c’est un canal très accessible, où tout le monde peut passer et se construire une certaine notoriété. Bon voilà, même pour se faire du buzz, ils éprouvent un grand plaisir de porter un certain habillement et de le mettre sur Snap puis en ligne. Donc aujourd’hui, c’est des agents de la socialisation qui sont devenus des canaux que les Sénégalais n’utilisent pas pour se parfaire mais pour s’abrutir… et pour se crétiniser.

 

Des personnalités dont les voix sont bien écoutées se taisent et la parole est donnée à ceux qui n’ont rien à dire. Est-ce une bonne posture de garder le silence face à ces dérives à cause de la peur des invectives et insanités, en retour ?

Je les comprends parfaitement. Aujourd’hui le débat public est une arène où on subit foncièrement du terrorisme intellectuel. Quand les gens veulent tenir un discours différent des leurs, où vous voulez développer un argumentaire à ces individus, quand vous voulez vous mettre à équidistance avec les partis ou quoi que ce soit, avec les écrits, vous récoltez quoi ? Des insultes, des menaces…

Maintenant, tout le monde n’est pas courageux. Il y a des gens qui préfèrent nettement être dans leur confort intime, gérer leurs familles et ne pas aussi s’exposer. Les gens s’exposent bêtement ; ils préfèrent ne pas danser avec les loups, comme on dit. Parce que véritablement les gens avec qui vous avez affaire, c’est des gens incultes, violents souvent et colporteurs des choses qui n’ont jamais existé ; mais juste pour ternir votre image. Certains préfèrent rester dans l’anonymat pour ne pas trop s’exposer ou exposer leurs familles.

Maintenant, moi je trouve qu’un intellectuel, son courage devrait lui permettre, quel que soit les tentatives d’intimidation, de rester droit dans ses bottes et de pouvoir partager,  à chaque fois que le besoin se fait sentir, son point de vue. Il a l’obligation de partager son savoir avec sa communauté. Des intellectuels aussi pareil ; certains décident de raser complètement les murs pour se protéger. On peut les comprendre.

Seynabou BA (Stagiaire)

Leave a reply