Durcissement de la peine de Sonko de 2 mois avec sursis à 6 mois avec sursis : la Cour d’appel pose le premier acte d’inéligibilité de Sonko

0
531

L’horizon s’obscurcit sur la route de la présidentielle de 2024 pour le leader de Pastef, Ousmane Sonko. En effet, statuant hier, lundi 8 mai, sur les appels introduis par le parquet, la partie civile et la défense du leader de Pastef, au jugement rendu en première instance dans le cadre de l’affaire de diffamation qui l’opposé au ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang par ailleurs responsable du parti au pouvoir, la Cour d’appel a cassé partiellement le jugement de la première instance. Dans son délibéré, le président de la Cour d’appel, Mamadou Cissé Fall après avoir confirmé les 200 millions d’amende, a retenu le délit d’injure publique qui avait été écarté en première instance mais aussi ordonné la contrainte par corps au maximum contre Ousmane Sonko et la publication de cette décision dans 5 organes de presse. Parallèlement à ces mesures fortes, le président a également corsé la peine de 2 mois avec sursis retenue en première instance contre le maire de Ziguinchor qui se retrouve ainsi avec 06 mois avec sursis. Il faut dire que cette peine constitue une grande menace sur la candidature du leader de Pastef à la prochaine élection présidentielle de 2024. En effet, Ousmane Sonko qui dispose encore de la carte de la Cour suprême pourrait tomber sous le coup de l’article L. 30 en cas de confirmation de cette condamnation. Autrement dit, Ousmane Sonko pourrait perdre ses droits civiques pour une durée de cinq ans.

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply