(Éclairage) Gel des prix des denrées au Sénégal : Le véto du conflit ukrainien, par Moustapha DIAKHATE, Expert et Consultant en Infrastructures

0
516

La hausse généralisée des prix à la consommation partout dans le monde vient perturber les programmes de relance économique post- covid  de tous les gouvernements.

« L’inflation, cette hausse des prix qui terrorise les consommateurs  » surgit partout ainsi  les principales économies du globe voient leurs indices des prix à la consommation grimper, à commencer par les Etats-Unis où le record de 1990 a été battu, avec des prix qui ont augmenté de plus de 6% sur un an, en Europe l’inflation  était à 2,2% en moyenne en 2021. Et en Afrique surtout dans la zone UEMOA Le taux d’inflation, en glissement annuel, s’est situé à plus de  3% en moyenne sur l’année 2021, donc plus que la croissance économique dans notre zone. Donc pas de richesse produite au Sénégal et en zone UEMOA  depuis la survenue de la Covid 19.  

Les pays comme le Sénégal où le secteur industriel ne contribue qu’à hauteur de 15% en moyenne au produit intérieur brut, nous importations  plus de  600 milliards  de produits alimentaires chaque année, le  même montant  voire même plus pour les importations de produits pétroliers bruts et raffinée, ainsi notre pays est d’une vulnérabilité extrême pour tout frémissement constaté  sur le marché  international des  céréales surtout pour le blé et le pétrole.  

La crise qui s’est déclenchée dans l’ex-Union soviétique avec l’invasion quasi imminente de l’Ukraine par la Russie aura pour principales conséquences des hausses brusques sur le prix du blé-matière première de choix pour le pain- et surtout pour le pétrole et le gaz. Le baril de pétrole dépasse aujourd’hui les 100 dollars. Les approvisionnements de ce produit stratégique et essentiel  pourraient être perturbés surtout pour L’Europe qui achète 40 % de son stock de gaz à la Russie. Aussi la crise en Ukraine aura des conséquences directes sur la baguette de pain et la production d’engrais pour l’agriculture mondiale, en effet l’Ukraine est le grenier à blé du monde.

Dans ce contexte, les mesures de gel de prix des denrées comme le riz, l’huile; et subsidiairement le sucre pris par le gouvernement du Sénégal  sont certes salutaires mais auront un impact très limité dans le temps surtout avec le prix du carburant et des combustibles pétroliers et gaziers dont la corrélation avec les prix aux consommateurs est très forte. En l’absence d’une production locale de riz et surtout d’une consommation de produits locaux les consommateurs et les automobilistes risquent de voir leurs pouvoirs encore affectés très négativement ; le tout dans un contexte de croissance économique réelle faible voire négative au Sénégal et dans tout l’espace UEMOA.  

 

L’actuel chef de l’Etat du Sénégal  et Président en exercice de l’Union Africaine  de tout le continent est rattrapé par des choix économiques contradictoires  qui ne lui donnent plus de marge de manœuvre sinon des slogans et effets d’annonce qui ne rassurent plus les masses de populations qui sont déjà essoufflées par la pandémie et de ses effets désastreux sur leurs vies de  tous les jours.  

Le rêve d’une Russie de l’Atlantique à l’Oural du Président Russe  met à nu le pilotage à vue des économies africaines désarticulées ; extraverties ; surendettées et sans aucun ancrage dans une économie mondiale industrialisée et  innovante qui ne rémunère plus correctement les matières premières brutes et produits de base que notre continent produit et exporte.

L’impératif d’une refondation de nos économies dans un continent de plus d’un milliards d’habitants est plus qu’urgent ; voici un chantier titanesque du Président en exercice de l’Union Africaine. L’arrimage à l’Occident nous affaiblit et nous appauvrit voici le cri de cœur.  

   

Moustapha  DIAKHATE                                         

Expert et Consultant  en Infrastructures

Ex-Conseiller Spécial PM

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :