(Éclairage) Une «invasion», mille contours !, Pr Moussa Diaw de l’Ugb sur le coup de force Russe en Ukraine

0
356

Plus d’un mois s’est écoulé depuis que les forces russes ont pris position en Ukraine. Cette « invasion », comme l’appelle la communauté internationale, a causé de nombreux dégâts matériels et chassé pas poussé pas mal d’Ukrainiens hors de leur territoire national. Pour maintenir sa résistance et repousser les attaques russes, l’Ukraine se tourne vers les Occidentaux à la porte desquels il frappe sans repos ni répit.  Et à l’heure actuelle, alors que des pourparlers sont menés en sourdine entre les deux belligérants, beaucoup se demandent si  le président russe, Vladimir Poutine, a réussi son coup. Une question sur laquelle le Pr Moussa Diaw, enseignant chercheur à l’UGB et spécialiste des relations internationales, apporte des éclairages. Non sans manquer de toucher les racines d’un conflit aux implications géostratégiques et multiformes.

L’Ukraine vit au purgatoire depuis le 24 février dernier. Sous le coup des bombardements russes, plusieurs de ses villes dont Mariupol, Odessa, Kharkiv et bien d’autres ne sont plus qu’un tas de débris. L’opération russe dite de « démilitarisation » et de « dénazification » de l’Ukraine a été le casus belli de ce conflit. De surcroit, le président Vladimir Poutine a  confirmé dans une allocution télévisée sa volonté de reconnaitre l’indépendance des régions séparatistes pro-russes de Donetsk et de Lougansk situé dans le Donbass (à l’Est de l’Ukraine). A ce jour, des millions d’Ukrainiens comme ceux de la diaspora se sont éparpillés dans les pays limitrophes, alors que d’autres restent terrés chez eux ou dans les sous-sols des gares ferroviaires. Et malheureusement, des milliers de morts sont à déplorer des deux côtés, même si chacun, dans la bataille de chiffres, tente de fragiliser l’autre.

De leur côté, les pays occidentaux presque impuissants face à Poutine ont hésité à sévir, comme promis, contre la Russie pour réprimer ses actions. Parmi les nombreuses sanctions engagées, on relève le gel des avoirs russes dans les banques européennes et américaines ; l’exclusion du système S.W.I.F.T (Society for worldwide Interbank Financial Télécommunication); les sanctions individuelles visant les oligarques russes ; l’exclusion de toutes compétitions internationales des sportifs russes ; l’interdiction de survoler l’espace aérien de l’U.E comme la diffusion des médias russes au sein de l’U.E etc. Mais, ces sanctions à n’en pas finir ne semblent constituer un moyen de dissuasion effectif puisque Moscou n’entend nullement revenir sur sa décision d’invasion. Elle qui, prenant l’exemple sur la Corée du Nord qui vit depuis environ quinze ans sous sanctions ou encore le Cuba (60 ans sous embargo américain), compte bien s’adapter à la situation. Et, en représailles aux sanctions infligées par l’Occident, l’homme fort du Kremlin a décidé de nationaliser toutes les entreprises étrangères présentes  en Russie. Nonobstant ce fait, l’offensive russe n’a jusqu’ici toutefois pas permis au pouvoir russe d’annexer des villes stratégiques comme Marioupol, comme ce fut le cas en 2014 avec la Crimée, notamment pour son port Sébastopol. La Russie qui dit récemment vouloir se concentrer dans la conquête de l’Est aurait-elle en face une Ukraine résistante et déterminée ?

Pas de reculade russe sans garanties substantielles

Pour le Pr Moussa Diaw, enseignant-chercheur à l’UGB et spécialiste des relations internationales, « La Russie, avec le déclenchement de son opération militaire, ne s’attendait pas à une telle résistance du côté des Ukrainiens d’où l’importance des pertes russes en dépit  de leur supériorité sur le terrain. Il y a une forte détermination  des Ukrainiens à défendre leur pays». Et de faire savoir, à l’entame de ses explications, que cette « nouvelle donne » a ralenti la progression des forces russes. Selon lui, le président Poutine reste englué dans cette guerre : « c’est la raison pour laquelle il ne peut plus reculer sans des garanties substantielles ». A la question de savoir si la Russie a atteint un quelconque objectif depuis la présence de ses forces armées sur le sol ukrainien, l’enseignant dira : « On peut dire que la Russie a réussi une étape en occupant l’Ukraine pour la forcer à négocier la non-intégration à l’OTAN, gage qu’elle a pratiquement obtenu au regard des déclarations des membres de cette organisation qui ne sont plus enclins à accepter l’adhésion de l’Ukraine ». Ensuite, poursuit-il, « par ses menaces d’utiliser les armes de dissuasion, la Russie apparait comme une puissance qui s’impose dans l’espace mondial. Par conséquent, les rapports de forces ont changé et les relations internationales se déclineront en fonction des logiques de puissance et de sécurité. Le changement de paradigme s’impose dans la nouvelle lecture de la configuration mondiale ». Concernant une potentielle désescalade, le professeur laisse entrevoir cependant que le calme ne pourrait intervenir que lorsque la Russie aura de sérieuses garanties quant à sa sécurité non négociable. Pour cela, a-t-il fait comprendre, l’Ukraine et ses soutiens devraient parapher un traité qui va sceller définitivement cette préoccupation.

Une guerre asymétrique

Interpellé par ailleurs sur les chances qu’a la Russie de conquérir des villes comme Marioupol, il précisera que « la question demeure entière car on peut encercler une ville sans la contrôler tellement la résistance est féroce ». En tout cas, a-t-il  lancé en perspective, « les Russes devront faire face dans cette guerre asymétrique à une forme de guérilla urbaine orchestrée par les Ukrainiens et leurs soutiens. La Russie, se désole-t-il, « paiera un lourd tribut dans cette guerre qui commence à durer et à compromettre les prévisions des stratèges militaires russes». Rappelant enfin les motifs du conflit entre ces deux nations géographiquement unies mais que les idéologies séparent, Pr Diaw dira que « La Russie a envahi l’Ukraine pour des raisons géostratégiques dans la mesure où cette dernière souhaitait intégrer l’OTAN. Cette volonté de se rapprocher des pays démocratiques a été mal perçue par la Russie qui voyait dans cette vocation une menace politique, idéologique et sécuritaire ». Selon lui par ailleurs, le président Poutine «redoute la présence de l’OTAN qui menacerait sa sécurité et en même temps, il n’accepterait pas que ses voisins puissent construire des régimes démocratiques». Cela pourrait, a-t-il dit, inciter les Russes à exiger plus de liberté et naturellement l’instauration d’un régime démocratique. « De plus, les proximités identitaires avec les localités comme la Crimée et le Donbass renforcent les prétentions territoriales de la Russie », a-t-il conclu.

KHADIDIATOU MENDY (STAGIAIRE) & MD

Leave a reply