(Éditorial) Le sens du débat !, Par Babacar Touré (Sud Magazine N°2, Juin 1986)

0
256

A en croire une certaine opinion, l’Afrique est bien le continent de tous les maux. Mais, s’il est des problèmes pour lesquels on mobilise volontiers de communautés tant nationales qu’internationales, il est d’autres sur lesquels, on jette un voile pudique, tissé sans doute pour un réseau d’intérêts convergents en faveur du statu quo. Ainsi de l’unité de notre continent. Ainsi de la question des frontières qu’il illustre le morcellement de l’Afrique, l’émiettement de ses ressources et la dispersion de ses énergies.

Certes, des incidents frontaliers cycliques, alimentent à intervalles réguliers les bourses des marchands de canons et les machettes de la presse autant qu’ils renflouent la côte de tel dirigeant tout en divertissant les peuples africains de leurs préoccupations réelles. Dans bien des cas, les conflits de frontières sont suscités, entretenus et ressuscités, à l’occasion, à des fins de déstabilisation des voisins, de manipulation d’ethnies ou de nationalité utilisées comme masse de manœuvre pour assouvir des besoins hégémoniques non déclarés.

Matière à sensation et ferment émotionnel à souhait pour bien des parties, les frontières africaines matérialisent la division du continent en micro-Etats et en avortons culturels et ethnolinguistiques. Dans un espace géopolitique, où l’Etat a souvent précédé la Nation, il devient impérieux de rappeler qu’avant le fait colonial, le cours du devenir africain était notamment caractérisé par un processus d’agrégation des populations autour de certaines nationalités.

Ainsi s’esquissaient la tendance historique au regroupement des entités ethniques et l’émergence de nationalités viables, comme cela s’est passé sous d’autres cieux. Si la traite et la colonisation ont étouffé dans l’œuf ces dynamiques internes, l’Etat africain moderne n’a pas fait mieux. Au contraire, la réalité sociologique jure avec l’existence de frontières étatiques qui tentent de contenir des nationalités dans des ghettos, où par la force des lois et règlements, elles demeurent hors la loi.

La distribution des nationalités déborde les Etats. Les Haoussa, estimés entre 10 et 20 millions se retrouvent aussi bien au Nord du Niger qu’à l’Est du Nigeria. Le groupe Yoruba est présent au Bénin, au Togo, au Ghana, et au Nigeria.

Sur un autre plan, on compte environ 1200 langues africaines. Diversité égale richesse a-t-on coutume de répéter. Il n’empêche que dans un contexte d’Etats balkanisés, cette diversité a été plutôt source de division. Cependant, il faut également reconnaître que les aires linguistiques ne correspondent pas non plus avec les Etats, en particulier avec l’existence de langues macro véhiculaires comme le Kiswahili, dans l’Est africain, le Sango en Afrique centrale ou le Mandingue en Afrique de l’Ouest. On observe même des unités linguistiques plus importantes comme le groupe des langues Bantu où on compte 450 langues parlées par près de 150 millions de locuteurs.

Autant les frontières actuelles demeurent des entraves au progrès économique, politique et militaire du continent, autant elles hypothèquent toute renaissance culturelle vraiment profonde du continent. Car, comment s’assurer l’affirmation plénière des éléments d’une même nationalité si ceux- ci sont par les aléas des frontières, intégrés dans des logiques étatiques différentes, sinon opposées?

« L’avenir de l’Afrique, c’est une Afrique sans frontières ». Cette profession de foi d’un jeune étudiant de l’Université de Dakar résume à elle seule à la fois le drame et la voie du salut pour les Africains. Après l’avènement des indépendances et des Etats nains, l’Organisation de l’Unité Africaine née de la synthèse de volontés contradictoires, se présente aujourd’hui comme un instrument de gestion du statu quo, de conciliation et d’harmonisation des diplomaties africaines. Ce qu’on observe surtout, c’est le silence des dirigeants africains sur ce qui fut un grand débat à l’orée de la décolonisation : l’Unité politique de l’Afrique, ses formes et ses modalités.

C’est comme si, les intellectuels, les partis politiques, toutes ces cohortes d’élites africaines dont les responsabilités sont grandes dans la situation actuelle de notre continent s’étaient donné le mot pour éviter la propagation des éléments d’un tel débat. Comme si, les aspirations, les actions quotidiennes des larges masses africaines étaient en contradiction fondamentale avec leurs intérêts.

Oh ! Il ne s’agit pas simplement de discourir ou de faire référence à cette indispensable unité de l’Afrique dans les pétitions de principe. Il s’agit de réunir des instances appropriées pour que dans la concertation, s’actualisent les fondements du projet africain. Et que l’on s’attache à sa mise en œuvre.

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :