Effectifs pléthoriques, abris provisoires, manque de blocs d’hygiène… : l’Assemblée nationale audite l’école

0
220

En séance plénière hier, jeudi 24 janvier, pour le vote du ministère de l’Education nationale, les députés sont revenus sur les différents maux qui touchent l’école sénégalaise. Entre déficit d’enseignants, manque de blocs d’hygiène, défaut d’eau, entre autres, les problèmes de l’école ont été passés en revue.

Les problèmes qui gangrènent le secteur de l’éducation préoccupent les députés. Ils ont été nombreux hier, jeudi 24 novembre à interpeler le ministre de l’Education nationale, Cheikh Oumar Anne sur les maux de l’école sénégalaise lors du vote du budget 2022-2023 de son département. Le déficit d’enseignants, le manque d’équipements dans les écoles, d’eau, de blocs d’hygiène, de salles de classe ont été cœur des débats. Parmi les sujets sur lesquels le ministre de l’Education nationale a été interpellé, il y a également les effectifs pléthoriques dans les écoles, les abris provisoires, l’usage de la drogue dans les écoles, la prolifération des écoles privées qui pour la plupart « ne respectent pas les normes », selon les députés. Devant le ministre de l’Education nationale, les parlementaires ont plaidé pour le changement des programmes scolaires, l’introduction des langues locales dans le système éducatif Sénégal mais aussi l’accompagnement des « daaras ». « Il serait très important de construire un lycée d’excellence dans le département de Podor pour mieux fixer les élèves. Les abris provisoires, nous souhaitons qu’ils soient remplacés par de belles salles de classe pour favoriser l’accroissement du taux de scolarisation dans le Diéri, zone sylvo-pastorale. Il serait bien de créer de nouvelles écoles dans cette zone, créer des daaras modernes Cheikh Oumar Foutiyou Tall. Le déficit en personne est criard et dépasse 100 enseignants dans l’IEF de Pété, des écoles qui n’ont pas de blocs d’hygiène, de murs de clôture », a indiqué le député Demba Ba. Pour sa part, le député Samba Dang est allé dans le même sens. « Nous réclamons l’achèvement de la construction de l’IEF dans le département de Birkilane, la mise en place d’une salle informatique, l’éradication des abris provisoires dans les communes et il faut également accompagner les élèves qui sont dans l’enseignement coranique surtout par rapport à la formation professionnelle », a fait savoir le parlementaire. Dans sa communication, le député Babacar Mbaye invite à un changement de paradigme pour orienter l’école au service de l’emploi. « La question pour moi : est-ce que l’emploi ne devrait pas devenir la centralité du système éducatif en commençant d’abord par réinventer notre école. 3 ans en préscolaire, 6 ans à l’école primaire, 7 ans en secondaire, c’est trop. Nous avons le devoir aujourd’hui de ne plus être dans le modèle occidental. Il nous faut inventer notre propre modèle. Je ne vois pas pourquoi on devrait mettre autant de temps dans le même circuit. Est-ce qu’on ne devrait pas réduire le circuit scolaire d’un an ou de deux ans et connecter un peu le supérieur à l’école secondaire avec les ENO parce que nous avons le devoir de faire une école orientée au service de l’emploi », a soutenu Babacar Mbaye. En effet, il faut préciser que certains députés de l’opposition ont profité de l’occasion pour revenir sur le rapport de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption qui avait épinglé la mauvaise gestion de Cheikh Oumar Anne alors directeur du Centre des œuvres universitaires de Dakar.

MARIAME DJIGO

 

Leave a reply