El Hadji Hamidou Kasse : «Ce serait très dangereux de tomber dans l’anarcho-démocratie»

0
152

Le philosophe El Hadji Hamidou Kassé sort à nouveau du bois. Après la tribune intitulée «Au nom de la République et de la Démocratie» dont il a été co-signataire, l’ancien chargé de la communication du Président de la République, s’est confié à Sud Quotidien dans une interview exclusive où il avertit d’emblée que «ce sera très dangereux pour le Sénégal de tomber dans l’anarcho-démocratie».  

Monsieur le ministre, l’opposition sous la bannière de Yewwi projette une manifestation aujourd’hui. Avez-vous des craintes?

 

Des craintes d’affrontement, oui. Mais, je pense que les responsables de Yewwi seront visités par la voix de la retenue, de la mesure et de lucidité. Quel État responsable accepte d’être défié en permanence? Faisons, tout de même, confiance à la raison.

L’escalade verbale a atteint un niveau de plus en plus inquiétant entre les acteurs politiques en perspective des Législatives du 31 juillet. Qu’est ce qu’il faut pour baiser la tension ? 

Il faut respecter les règles du jeu. C’est la seule solution en cette veille d’élection. N’oublions pas que le Sénégal a traversé des périodes de tension à chaque veille d’élections. Nous avons à chaque fois franchi le cap même si les uns ou les autres ont maintenu fermes leurs positions. Nous savons tous que le système électoral Sénégal est transparent. Nous pouvons contester tel ou tel aspect et nous inscrire dans une perspective de dialogue post électoral pour envisager, le cas échéant, des consensus autour de tel ou tel aspect de notre loi électorale.

Des membres de la société civile mais aussi certains membres de votre parti appellent à des élections inclusives. A cet effet, d’aucuns parlent d’une décision politique pour sauver la situation ? Êtes vous de cet avis ? 

Les élections sont bien inclusives. La loi électorale impose deux dispositions contraignantes pour la participation aux élections : la parité et le parrainage. Toutes les listes qui ont respecté ces dispositions sont validées. C’est très clair. De deux choses l’une. Ou on accepte les règles du jeu et donc le cadre légal de validation des listes, ou on tord le cou aux institutions et mécanismes impersonnels de validation des listes, donc on recourt à la manœuvre politique et en ce moment on n’a plus besoin de cadre légal pour l’organisation des élections. Ce serait très dangereux pour ce pays de tomber dans l’anarcho-démocratie. Et tous ceux qui soutiennent qu’il faut faire primer, dans le cas d’espèce, une solution politique ou ils n’ont pas conscience du risque qu’ils font courir à notre pays ou ils le font dans le but manifeste d’installer la chienlit pour des objectifs inavoués.

Des leaders de Yewwi maintiennent leur volonté de manifester le 29 juin avec sans autorisation. Mercredi dernier, il y a eu un concert de casseroles et de Klaxons. Qu’est ce qu’il faut pour une désescalade ? 

Un groupe d’intérêt politique pense que sa volonté est la seule qui compte. Dire «avec ou sans autorisation», c’est une formule galvaudée. Quel État responsable peut accepter cette forme de défiance ? Il ne m’appartient pas d’autoriser ou non une manifestation. En revanche, en tant que citoyen, j’exige de l’Etat la sécurité et surtout la préservation des équilibres qui nous permettent de vivre en société. Nous avons une partie de l’opposition qui a manifestement opté pour le rapport de force «sur le terrain», disent-ils. C’est une posture démocratiquement insoutenable. Que faire pour une désescalade? Eh bien, il faut juste que les tous les acteurs politiques respectent les règles du jeu et que les scénarios du chaos soient définitivement abandonnés.

Des leaders de l’opposition étaient en prison pour participation à une manifestation non autorisée. D’autres ont été simplement empêchés de sortir de chez eux. Finalement est ce que ce n’est pas l’Etat qui trouble l’ordre public ? 

La puissance publique détient sans doute des informations que vous et moi n’avons pas, surtout dans un contexte où des acteurs du champ politique appellent ouvertement à la violence contre leurs adversaires. Un État, s’il est vraiment responsable, anticipe et prend les dispositions pour la sécurité des citoyens, qu’ils soient du pouvoir ou de l’opposition. Je suis profondément attaché à la liberté. Mais la liberté, c’est la «nécessité comprise», comme le dit un éminent penseur politique. En d’autres termes, le respect des règles convenues est un aspect de la liberté. Autrement, c’est un état de guerre généralisée. Ce sont ainsi les tenants du scénario du chaos qui sont des fauteurs de trouble. J’en appelle à la responsabilité de la partie de l’opposition qui pense la politique comme un système de violence. Après tout, on sait que ce n’est pas le chaos qui a eu raison du pouvoir socialiste et celui libéral. Je pense et je souhaite que la raison l’emportera sur l’impulsion négative.

Des insulteurs publics et autres supposés influenceurs ou féministes traitent le chef de l’Etat de tous les noms d’oiseaux. D’autres également chargent des leaders de l’opposition. Souvent ce sont leurs parents qui sont insultés dans les réseaux sociaux. Qu’est ce qu’il faut pour arrêter tout ça ? 

L’injure publique est devenue hélas un aspect d’une nouvelle culture politique qui repose sur la désignation d’un camp du mal et prône la violence pour dénouer les adversités politiques. Observez ce qui se passe dans le monde entier et vous verrez que ce sont là des manières de voir et de faire de l’extrême-droite. Aujourd’hui encore, les insurgés du Capitol sont sous le coup d’une inculpation du fait des appels à la violence d’un leader (Donald Trump, Ndlr). Que faire? Ce serait simple de n’entrevoir que la logique du camp contre camp. Il faut, à mon avis, que les acteurs politiques fassent le deuil du discours systématiquement guerrier, car la politique ce n’est pas la guerre. Ensuite, il faut que l’espace public soit animé par des débats programmatiques, des débats d’orientation, des débats socialement utiles et non par des bravades médiatiquement vendables. Nous mettons en œuvre depuis 2012 des politiques publiques dont les performances sont incontestables. Nous aimerions bien que le l’opposition nous affronte sur ce terrain et présente une alternative au peuple sénégalais.

Effectivement, nous n’avons plus de discours programmatiques dans les sorties de nos hommes politiques. Comment en est on arrivé à cet stade de débat au ras de pâquerettes ? 

Je viens de vous le dire. Nous assistons à l’émergence de discours crypto personnels qui n’ont que faire du débat politique. La démarche de certains groupes est de surfer sur la misère de ceux qui n’ont rien, d’exacerber les frustrations et les peurs, de réveiller les pulsions les plus violentes en chacun de nous et de pousser à des sentiments de détestation entre les uns et les autres. C’est la base même de la violence dans un contexte où la crise du référentiel marxiste qui, avec le référentiel libéral, structurait le débat politique, nous installe dans ce que le philosophe Alain Badiou appelle la «désorientation générale». Ça, c’est de façon générale.

Dans notre pays, il serait souhaitable que le rapport entre le pouvoir et l’opposition soit animé par des débats contradictoires sur les orientations. Les droits démocratiques de manifester et de s’exprimer doivent s’exercer dans la limite des formes convenues de l’idéal républicain, c’est-à-dire le respect de la règle commune, la résolution des contradictions par la voie pacifique et la quête de consensus par la conversation. A l’intérieur d’un même pays, nous devons aborder nos divergences sous l’angle de contradiction au sein du peuple et reposer leur résolution sur les lois et règlements en vigueur, mais aussi sur la conversation.

Monsieur le ministre, nous ne savons toujours pas si le Chef de l’état sera candidat pour un 3ème mandat. Comment le Sénégal en est il arrivé là après la tentative de Me Abdoulaye Wade ? 

Écoutez, ce qui importe, encore une fois, c’est la règle fondamentale qui régit notre lien social communautaire. Je rappelle que tous les Sénégalais sont absolument libres d’être candidats à une élection pourvue de remplir toutes les conditions requises. C’est limpide. Le Président lui-même a dit qu’il respecte la Constitution du Sénégal et qu’au moment opportun, il se prononcera. Nous n’accepterons pas que l’épouvantail d’une question qui ne se pose pas encore soit le prétexte de déploiement d’un scénario du chaos qui expose notre pays au risque de déstabilisation.

Le Sénégal a toujours été considéré comme un havre de paix, une démocratie avancée avec deux alternances. Et on se fait encore peur avant 2024. Apparemment les leçons Diouf, WADE n’ont pas été sues ? 

Le Sénégal reste aujourd’hui encore un havre de paix en dépit des agitations d’une partie de l’opposition. C’est juste que ce qui n’a jamais existé depuis le début des années 80 du siècle dernier, en l’occurrence les appels à la violence, devient aujourd’hui une réalité. Les acteurs politiques, pouvoir et opposition confondues, ont toujours tracé des limites malgré l’âpreté des combats. Nous devons bien comprendre cette nouveauté et demander à l’Etat d’être fort pour maintenir notre pays dans les standards démocratiques, la paix et la stabilité.

L’Afrique est divisée sur le nombre de mandats à la tête d’un état. D’aucuns estiment que deux mandats sont largement suffisants. Certains soutiennent en revanche, nos pays sont encore en construction, qu’il ne fallait pas limiter les mandats. Qu’en pensez vous ? 

Il appartient aux Africains de débattre de ces questions. L’histoire de ces cent dernières années nous montre clairement que la politique doit éviter le dogme. Les expériences que nous avons vécues durant tout le siècle dernier, avec l’ouverture d’une nouvelle séquence ponctuée par la révolution soviétique de 1917, indiquent clairement que rien n’est fermé, qu’en politique tout est à penser et à repenser.

Les partis politiques n’ont ils pas failli à leur mission d’encadrement, de formation et de renouvellement de l’élite ? 

Oui, je pense que les missions d’encadrement et de formation dépérissent au sein des partis. Le Sénégal a bien connu des pôles d’idées. La Gauche dans sa pluralité (principalement le Pai, le courant d’obédience maoïste porteuse de And-Jëf, La ligue démocratique, le trotskisme avec l’OST et la LCT), le travaillisme (Pds), le socialisme et le courant national démocratique (Rnd) ont proposé des orientations stratégiques en débats. Les militants ont été très tôt formés aux joutes inévitables sur les campus, dans les syndicats, dans les associations de jeunes et partout où la vie politique se déployait. Sans doute qu’en ce moment, les référentiels idéologiques étaient vivants. Aujourd’hui, le libéralisme lui-même est dans une opacité référentielle manifeste. C’est ce que je désignais sous le vocable badiousien de la désorientation. Néanmoins, nous devons problématiser, chacun en ce qui le concerne, nos propres expériences et nos orientations politiques pour construire des référentiels. Au sein de l’APR, cette tentative est bien soutenue par des cadres qui ont travaillé autour du Président Macky Sall. L’inspiration originelle qu’est Yoonu Yokkute, le PSE, les notions de République, d’égalité et de justice, d’équité territoriale, notre politique étrangère, notre stratégie de diversification des partenaires  et l’expérience de mise en œuvre des politiques publiques constituent autant de matériaux pour construire un référentiel riche, à la fois idéologique et politique à la hauteur des défis du moment. Et c’est cela qu’il faudra transmettre aujourd’hui et demain aux générations montantes qui en feront non pas un «dogme» mais un «guide pour l’action».

Recueillis par Abdoulaye THIAM

Leave a reply