Élections locales du 23 janvier, J-3 : Campagne en fast-track

0
505

A moins de soixante-douze heures de la clôture de la campagne électorale pour les élections municipales et départementales du 23 janvier, c’est le branle-bas dans tous les états-majors politiques. Les dernières forces sont jetées dans la bataille pour capter l’adhésion des suffragants alors que dans le même temps, les attaques ad hominem se densifient et des alliances se profilent subrepticement sur le dos des uns et des autres.

La conquête des plus de 550 collectivités locales mises en jeu pour les élections locales du 23 janvier prochain n’est pas partie pour être une mince affaire pour les différentes listes en course. Au nombre de 3112, ces listes vont devoir capter plus de 6 000 000 millions d’électeurs qui, dans la plupart des régions, départements et communes du Sénégal, montrent une désaffection notoire pour la campagne électorale en vue du scrutin de dimanche prochain. Raison suffisante pour les diverses coalitions et listes en lice d’accélérer la cadence à moins de trois jours de la fin de la campagne électorale pour capter le maximum de voix possibles.

Du côté de la majorité présidentielle ainsi, c’est le coordonnateur national lui-même qui est monté au créneau pour ratisser large et conforter l’assise électorale des candidats de Benno dans les diverses communes de Dakar. Présent, mardi, à la fan-zone installée par le ministre et candidate-maire Zahra Iyane Thiam lors du match de football Sénégal-Malawi, Amadou Ba qui avait raflé la mise à Dakar, lors des élections de 2017, a mis la main à la pâte dans la quête des voix.

« Nous voulons assurer au Président la victoire au soir du 23 janvier prochain. Nous ne voulons même pas que l’opposition gagne une seule commune. Nous voulons gagner les 19 communes. Dakar feip Mok na (Partout à Dakar c’est acquis). Je n’ai aucun doute que sur l’étendue du territoire, Benno Bokk Yakaar va sortir largement majoritaire », a-t-il lancé à l’endroit des militants.

Dans la foulée, il a tenu cependant à relativiser : « Nous sommes dans une élection jusqu’au dernier jour, il faut se battre. Il faut même se battre le matin en allant voter. Mais buniou nagou (restons humbles). Ce qui nous intéresse, c’est 20 sur 20 ». 

En conclusion, le coordonnateur de Benno Amadou Ba  a magnifié le programme de Zahra Iyane Thiam « étroitement lié à celui d’Abdoulaye Diouf Sarr au niveau de la ville ». Toute chose que ne démentira pas le maire sortant de Yoff, par ailleurs ministre de la Santé qui était hier en grande caravane de mobilisation à Cambérène. Histoire de conforter l’électorat « lébou » qui lui serait largement bénéficiaire.

Opposition aux aguets

Face à cette déferlante de la mouvance présidente, l’opposition se démène à maintenir le cap. Surtout du côté de Yewwi Askan Wi qui fait de Dakar la mère des batailles au même titre que la coalition Benno Bokk Yaakar, laquelle s’efforce depuis 2012 à contrôler la capitale sénégalaise. Alors qu’une grande caravane de Barthélémy Dias se préparait pour sillonner les artères de Dakar,  ses alliés confirmés ou potentiels lui témoignaient leur soutien et accompagnement. A l’instar de Bougane Guèye Dany dont la caravane s’est pointée à la mairie de Barth’ en guise de soutien officieux ou du leader du Grand Parti Malick Gakou qui a appelé encore hier, mercredi, les Dakarois à « choisir le maire du futur de Dakar incarné par Barthélemy Dias ».

En prélude à la grande caravane de la coalition Yewwi Askanwi programmée à Dakar, le Président du Grand Parti s’est en effet déplacé chez le candidat à la mairie de Dakar, Barthélémy Dias, pour lui apporter son soutien et l’encourager pour la conquête de la capitale. Dans une note reçue, l’ancien ministre progressiste et membre de YAW a tenu à rappeler que « la bataille de Dakar constitue un enjeu de taille pour Yewwi et Benno. Et qui gagne Dakar gagne le Sénégal », a réitéré Malick Gakou en donnant rendez-vous, le 23 janvier, pour une victoire de leur coalition.

Mobilisation au forceps sur fond de deal

La ruée générale vers les électeurs, en ces derniers jours de campagne, n’est pas spécifique à Dakar. Dans tout le territoire national, les candidats renforcent vaille que vaille leurs actions pour capter les voix des suffragants, à travers meetings, caravanes et porte-à-porte (voir par ailleurs). Dans le même temps aussi, les attaques verbales entre adversaires politiques ses font plus prégnantes. Quand d’autres candidats préfèrent, eux, tisser subrepticement des alliances pour renforcer leur électorat. A l’instar du maire sortant de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, dont on annonce l’officialisation de son compagnonnage avec Doudou Kâ des Aéroports du Sénégal (Ads).

En meeting au quartier d’Alwar, Abdoulaye Baldé informait en effet de son « alliance » avec Doudou Kâ en direction des élections municipales du 23 janvier prochain à Ziguinchor. Une manière pour le candidat à sa propre succession de chercher à dribbler à la dernière minute ses adversaires à la mairie de Ziguinchor, dont en premier Ousmane Sonko de Pastef et de Yewwi Askan Wi.

 M DIENG

Comments are closed.