Élections locales prochaines : Benno face au danger des listes parallèles «non autorisées»

0
254

La coalition majoritaire, Benno Bokk Yaakaar est dans une zone de forte turbulence. La dynamique unitaire de cette coalition initiée en 2012 par l’actuel chef de l’Etat et qui a battu le record de longévité s’est effondrée sur la table des investitures aux élections locales du 23 janvier 2022 prochain provoquant un peu partout des listes parallèles poussant le chef de l’Etat à monter au créneau pour clarifier sa position sur cette situation.

La vague des listes parallèles qui polluent l’atmosphère de la coalition majoritaire, Benno Bokk Yaakaar (Bby) dans presque toutes les quatorze régions du pays empêche-t-elle au chef de l’Etat, Macky Sall par ailleurs président de ladite coalition de dormir à moins de trois mois des prochaines Locales ? En tout cas, depuis Paris où il séjourne pour les besoins du Sommet sur la paix, le président Sall est monté au créneau le samedi 13 novembre dernier, pour tirer les choses au clair concernant son silence sur cette prolifération au sein de la majorité de listes de candidatures pour les Locales du 23 janvier 2022 prochain lors d’une rencontre avec ses partisans de la capitale française. Et, c’est pour avouer n’avoir «autorisé des listes parallèles » que dans certaines zones où il est sûr de la victoire de la majorité, dit-il, pour « éviter la dispersion des voix » en citant Kolda et Bignona. Poursuivant son propos, Macky Sall précisera en revanche dans la foulée qu’il «y a d’autres listes parallèles qui n’ont pas reçu mon onction».

Toutefois, il faut dire que cet «appel de Paris» du président Sall ne semble pas trouver écho favorable auprès de ses camarades qui pensent « qu’il ne revient à aucune autorité à Dakar de choisir le maire » de leur localité à l’image de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Mary Teuw Niane, candidat de la coalition dénommée « And Ak MTN Liggey Ndar » à la mairie de Saint-Louis. D’ailleurs, ce dernier, réagissant sur cette sortie du chef de l’Etat, a indiqué que « ma liste en tout cas n’a pas eu d’autorisation quelle qu’elle soit puisque je n’ai jamais parlé avec le Président sur les questions liées aux élections locales».

Outre Saint-Louis, plusieurs autres localités sont également confrontées à ce problème des listes parallèle au sein de la coalition majoritaire. Il en est ainsi à Dakar où le ministre-chef de cabinet du chef de l’Etat, Mame Mbaye Niang va briguer la mairie de Dakar avec sa propre coalition contre la liste Benno Bokk Yaakaar dirigée par le ministre de la Santé désigné par le chef de l’Etat.

Dans le département de Keur Massar, le ministre du Commerce, désignée par le chef de l’Etat, tête de liste de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) dans la commune de Keur Massar Nord fera face, en plus de l’opposition, à une liste parallèle dirigée par son camarade de la coalition Benno Bokk Yaakaar, Oumar Top, candidat  de la coalition «ADT».

Dans la commune de Fatick, le maire Matar Ba, par ailleurs ministre des Sports, candidat de Benno fera face à une liste parallèle : And Nawle Suxali Sunu Gox dirigée par ses camarades de parti: Sory Kaba, ancien Directeur des Sénégalais de l’extérieur et Sémou Diouf, PCA de l’Aprosi. A Kaolack, le duo Mohamed Ndiaye «Rahma» et Pape Demba Bitèye désignés par le chef de l’Etat pour la commune et le département feront face à Serigne Mboup tête de liste d’And Nawlé And Liguééy pour ne citer que ces cas puisque la liste est loin d’être exhaustive.

Ce qui permet de dire que la prolifération des listes parallèles au sein de la majorité présidentielle risque d’émietter l’électorat du camp au pouvoir, face à une opposition qui fait des élections locales de janvier 2022, un tremplin pour la liquidation politique du camp au pouvoir.

NANDO CABRAL GOMIS

Comments are closed.