Électrification rurale : le monde rural réclame plus et mieux

0
1056

Davantage d’électricité et encore plus, c’est que réclame le monde rural des départements de Saint-Louis et Louga à la Commission de régulation du secteur de l’électricité (Crse). Au dernier jour d’une mission axée sur le suivi de l’état de mise en œuvre de l’harmonisation tarifaire et ses effets sur l’électricité rurale dans les régions de Saint-Louis et Louga, organisée du 21 au 25 mars, les populations ont dit tout leur bonheur d’avoir de l’électricité, non sans réclamer l’harmonisation des prix de l’électricité, l’accès universel à l’électricité, les éclairages publics, la baisse des frais de raccordement qu’elles jugent tout à fait élevés.

Par JEAN PIERRE MALOU

Au terme de la première mission de suivi de l’état de mise en œuvre de l’harmonisation tarifaire et ses effets sur l’électricité rurale dans les régions de Saint-Louis et Louga, organisée du 21 au 25 courant, partout où la délégation de la Commission de régulation du secteur de l’électricité (Crse) est passée,  les populations ont exprimé leur gratitude à l’Etat, tout en l’encourageant à améliorer le dispositif dans l’intérêt des usagers. La délagation du Crse était composée de l’Agence Sénégalaise de l’électrification rurale (Aser), de la Compagnie Marocco-Sénégalaise d’électricité (Comasel), de l’Association des consommateurs et du Collectif des journalistes économiques Sénégalais.  Au dernier jour de cette mission dans le département de Louga, arrondissement de Sakal, les populations de ladite localité historique autrefois appelée Walo et dans bien des villages bénéficiaires de l’électrification rurale dans la région de Saint Louis, les usagers ont tenu à exposer leurs vives préoccupations. Parmi celles-ci, on note entre autres l’harmonisation des prix de l’électricité, l’électrification de tous les villages conformément à l’objectif du gouvernement de fournir à tous les citoyens un accès à une électricité fiable, en quantité, en qualité et à un prix abordable d’ici 2025. Ce, à travers la stratégie retenue d’électrifier les 13 819 localités non électrifiées en zone rurale, soit environ 3 millions d’habitants, et les zones péri-urbaines, représentant un potentiel de 420 321 abonnés pour Senelec. Dans le village de Ndiobène Mbatar, situé à 4 km de la route principale dans la commune de Sakal, Bala Diop, représentant du chef de village, après avoir salué les efforts de l’Etat à travers l’Aser, a demandé aux autorités de travailler à l’harmonisation des prix de l’électricité.

« Nous saluons vos efforts d’électrification rurale ».  Car, « l’électricité n’est plus une affaire de luxe, mais bien entendu une nécessité, un impératif de développement », s’est-il ainsi adressé aux hôtes du jour. Makhtar Diop, premier adjoint au maire de la commune de Thiolom Fall, région de Louga, département de Kébémer, posant sa récrimination dira pour sa part : « Notre grande préoccupation, c’est comment faire en sorte qu’il y ait équité sur les prix de l’électricité entre les villes et les campagnes. Nous ne pouvons accepter cette iniquité entre le monde rural, très pauvre et le monde urbain plus riche…J’accompagne plusieurs villages dans le processus d’abonnement à l’électricité. Mais, il est inacceptable que le consommateur paie 500 FCFA là où celui du monde rural paie 2000 FCFA».

Et de poursuivre : « il est constatable que la baisse est effective après plusieurs complaintes, pour ceux qui ont opté pour le service S4 passant de 12 000 FCFA à 7000 FCFA. Mais, il n’est pas acceptable pour quelqu’un qui dispose seulement de moins de 4 lampes à devoir payer tous les mois la somme de 7000 FCFA même s’il ne consomme pas pour des raisons diverses ». Dans la foulée, il précisera : « Ce que nous demandons à Comasel, c’est de faire comme la Senelec ».

Autrement dit : « Payer seulement ce que l’on a consommé ». Pis encore, a-t-il fait comprendre : «Comasel oblige tous les abonnés à acheter au débout de chaque mois du courant. Ça commence du 1er au 30 du mois. Et si par nécessité, vous achetez en milieu du mois où à une semaine du mois le courant, vous êtes tenu de vous réabonner en débout du mois qui suit. A défaut, vous payez le mois prochain, vous payez d’abord les 30 jours non consommés avant d’avoir droit à un réabonnement». Un mal-vivre que les populations ne peuvent supporter. Aussi supplient-elles l’Etat d’y remédier rapidement parce qu’elles sont « à bout de souffle».

Autre complainte, c’est l’extension du réseau électrique. « Nous sommes confrontés à un problème de couverture d’électricité des villages environnants. Beaucoup de maisons, voire de villages n’ont pas accès à l’électricité. Et pourtant, la distance entre les uns et les autres est seulement de moins de 2 km. Et ceci est un réel problème pour les responsables. Parce qu’ils n’ont pas les moyens de le justifier. Ce n’est pas sans conséquences entre les responsables de la localité. Donc, nous vous demandons d’y apporter des réponses pour le bien de tous ».

Pour ce qui est des lampes publiques, les complaintes ne sont moins légères. Aussi dira le chef de village de Ndiobène Mbatar : «nous constatons pour le déplorer le non éclairage des espaces publics. Les lampes publiques sont installées depuis lors mais elles ne s’allument jamais. Ce qui est un vrai souci pour nous. Donc, nous demandons que ces lampes postées pour éclairer les villages à la tombée de la nuit soient fonctionnelles ». Les populations ont aussi demandé à l’Etat de revoir à la baisse les frais de raccordement qu’ils trouvent très chers pour le monde rural dépourvu de moyens financiers.

Rimbakh Gandio voit noir

Dans le département de Saint-Louis, arrondissement de Rao, communauté rurale de Ndiébène, le village Rimbakh Gandiol, niché dans le chef-lieu du centre de Ndiébène Gandiol a accueilli, mardi dernier, la délégation composée de représentants de l’Etat, de l’Agence Sénégalaise d’électrification rurale (Aser) et de la Compagnie Marocco-Sénégalaise d’électricité (Comasel). Au menu de la consultation populaire, il était question de recueillir les sentiments des usagers de l’électrification rurale fournie par le concessionnaire Comasel.

De ces échanges avec les consommateurs, il est ressorti que la recharge obligatoire, l’achat forfaitaire, la cherté des frais d’abonnement, du prix kilowatt/heure et la facturation mensuelle plombent les ménages. Ardo Amadou Ghéladio Dieng, 2ème adjoint au maire, par rapport à la recharge obligatoire dira que c’est une situation difficilement acceptable tant bien que compréhensible par rapport aux charges afférentes à l’électrification rurale.

Mais, soutient-t-il : « L’Etat doit faire des efforts supplémentaires pour asseoir sa politique d’électrification rurale ». « Jusqu’à présent, la facture est salée, puisqu’il est question de payer mensuellement. Ce qui implique la recharge obligatoire ». Pis encore, dénonce-t-il : « Lorsque vous êtes en rupture d’électricité, vous êtes obligé de payer une autre charge obligatoire ». Et donc, si vous consommez beaucoup de courant, vous êtes tenu « de faire deux, voire trois recharges obligatoires dans un mois ».

A défaut, dira-t-il, « vous êtes exposé à une rupture d’électricité ». A cela, puisque que les tranches 1, 2, 3 et 4 appliquées par la Senelec en zone urbaine ont été converties dans le monde rural en service S1, S2, S3 et S4 et ne militent pas favorablement pour les consommateurs ruraux, Comasel en concertation avec ses partenaires est dans l’optique de supprimer S2 et S3 pour limiter la puissance souscrite de l’abonné. En clair, « aujourd’hui, seuls les services S1 pour les faibles consommations et S4 pour les grandes consommations sont maintenus ».

Mais à ce niveau, regrette-t-il « si vous voulez migrer vers S4 ou alors vers S1, vous êtes tenu de faire plus de 100 km sur Ndioum ou se trouve la seule agence ». Ce qui constitue une véritable peine pour les usagers. Pour ce qui est des frais d’abonnement, selon information, il revient au requérant (demandeur) de prendre en charge l’ensemble des installations relatives à sa concession. Et ce matériel « n’est pas à la portée de qui veut », dira-t-il. Concernant le prix de l’électricité, les ruraux trouvent que les prix sont chers. Puisqu’ils sont forfaitairement vendus.

MEDINA MOUNTAGA EXPRIME SES DOLEANCES

Situé à 84 km sur l’axe Saint Louis Dagana, le village de Ronkh, bénéficiaire du réseau de la Compagnie Maroco-Sénégalaise d’électricité (Comasel), a exprimé ses doléances. Le chef du village, répondant au nom de Hamed Ba, dans ses propos a émis le souhait de voir l’Etat du Sénégal faire mieux. Ce, en les aidant à payer le courant tous les deux mois comme la Senelec, Sen’Eau. « Nous payons le courant tous les mois. Si à la mi-mois vous démarrez la consommation, on vous oblige de payer à la fin du mois. Et si vous tardez à payer les pénalités, vous sommes réclamés ».

A ceci : « La recharge obligatoire des abonnées, faute de quoi vous êtes systématiquement coupés du réseau d’électricité ». Pis encore, pour le paiement, poursuit-il : « Nous sommes obligés de faire 50 km pour aller payer les factures. Ce qui constitue une dépense supplémentaire à nos maigres moyens financiers ».

En réalité, l’absence de paiement en ligne constitue un gros problème pour les consommateurs. Habitant à des dizaines de kilomètres et n’étant pas dans les dispositions de se déplacer régulièrement à cause de leurs activités agricoles, les usagers réclament l’accès aux services de paiement à temps réel comme l’autorisent la Senelec et la Sen’Eau, Woyofal etc.  Depuis trois ans déjà que cette localité bénéficie de l’électrification rurale, son éclairage public reste défaillant.

« Nous avons un grand problème, c’est celui de l’éclairage public. Les lampes sont installées mais, il n’y a pas d’éclairage. Nous avons fait pieds et mains auprès des autorités compétentes mais notre réclamation n’a fait objet d’aucun traitement favorable. Nous demandons au pouvoir public, précisément le président de la République, d’accéder à notre requête», dira Amadou Ba.

Relativement à l’expiration du forfait, il est constaté qu’avec Comasel au lieu de compter 30 jours de consommation, la validité de l’électricité s’arrête à la fin du mois. En clair, si l’on renouvelle son courant le 15 du mois, on est obligé d’acheter à nouveau dès le 1er suivant, au lieu d’attendre que cela fasse une durée de 30 jours. Ce qui semble bien incompréhensible, voire inacceptable pour ces usagers. D’où la question de l’équité et d’égalité entre les usagers par rapport aux clients des autres réseaux comme la Senelec, Woyofal.

Leave a reply