Elimane Haby Kane, président de Legs Africa : « L’absence de sanctions administratives puis judiciaires a ouvert la boite à pandore»

0
177

Le consultant en gouvernance et développement international, sociologue et manager, par ailleurs président de Legs Africa (Leadership, Ethique, Gouvernance, Stratégies pour l’Afrique) est d’avis que l’absence de sanctions est à la base du carnage financier continu au Sénégal. «Les gens allaient réfléchir plusieurs fois avant de commettre un forfait s’il y avait des sanctions systématiques administratives puis des sanctions judicaires ». Et Elimane Haby Kane d’arguer : « Quand les rapports sont publiés et que des personnes sont épinglées pour faute grave, pour non-application de la loi, pour détournement et enrichissement illicite entre autres, on devrait prendre des sanctions conservatoires immédiates au plan administratif avant même les poursuites judiciaires. Car, s’il y avait des sanctions conservatoires immédiates contre ces larcins, ils ne récidiveraient pas. Mais, il n’y a jamais rien. Au contraire, dans certains cas, si ces personnes incriminées sont des politiciens, elles sont adoubées, renforcées par des nominations à des postes plus importants. On a même vu des rapports dans lesquels, l’organe de contrôle recommande des sanctions administratives à prendre immédiatement du genre le relèvement à son poste contre par exemple des Directeurs généraux qui ont commis des fautes de gestion mais cela n’a jamais été fait par l’autorité ». Or, relève-t-il, « Dans le cas des fautes de gestion graves, la sanction administrative conservatoire devait être automatique. Quand le Premier ministre de l’époque nous avait reçu après la publication du rapport de la Cour des comptes sur la gestion du Covid-19, je lui avais clairement recommandé devant ses ministres et d’autres membres de la société civile, de demander au président de la République de prendre des sanctions administratives conservatoires contre toutes les personnes qui ont été incriminées dans ce rapport en attendant les poursuites judiciaires. Mais, il n’a jamais fait ça. Et c’est ça qui encourage ces pratiques de mal gouvernance. Car, s’il y avait des sanctions systématiques administratives puis des sanctions judicaires, les gens allaient réfléchir plusieurs fois avant de commettre un forfait ».

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply