ÉLOGE DE LA PENSÉE CRITIQUE

0
166

La liste de Touba pour les élections locales n’ayant pas respecté la parité,  l’agitation qui s’en est suivie a mis à nu, une fois de plus, la frilosité des élites politiques et intellectuelles. Comme une omerta, il était question de ne pas s’en mêler parce que cela avait trait à Touba, c’est-à-dire une cité religieuse.

On faisait mine d’oublier qu’il s’agissait plutôt d’une question ayant trait aux élections et que par conséquent, on basculait dans le champ profane. Et par excellence, celui du débat, de la contestation, du refus de la soumission à la pensée unique. Ce qui régit le champ profane, faut-il le rappeler, relève du domaine de l’éphémère, du transitoire.

On a donc bien raison de l’interroger à l’aune des lois et des pratiques qui rythment la vie des hommes et des femmes. L’équation est de ce fait de toute simplicité : en République, la loi est générale et impersonnelle et s’applique à tous et à toutes, sauf en cas de clause d’exceptionnalité expressément  motivée par la loi.

A contrario, cela montre à certains égards que l’Assemblée nationale n’a pas fait son travail, encore moins les élites intellectuelles, car nulle part dans les discussions qui avaient cours dans l’hémicycle et portant sur la parité, il n’a été soulevé la question de l’exceptionnalité de certaines zones, eu égard à leur particularité religieuse. Et lorsque le débat s’est posé, à l’aune de la pratique, il a fallu pour beaucoup se cacher le visage, refusant ni de voir ni d’entendre, le temps de laisser passer l’orage.

A l’évidence, et nul ne peut en déroger, les principes fondateurs de la démocratie sont l’Etat de droit, la citoyenneté égalitaire, le suffrage universel, la séparation des pouvoirs, la liberté d’expression et de croyances. Ce sont là des universaux auxquels chaque modèle, nourri de sa pratique culturelle propre, de sa psychologie et de son héritage sociétal spécifiques, doit pouvoir, en usant de son génie inventif, apporter sa contribution singulière.

Et c’est cela qui se fait au Sénégal, dans ce petit pays bercé par l’islam confrérique, en l’occurrence l’islam soufi, qui installe au centre de son mode d’être une tradition de tolérance et de pluralisme qu’il faut plus que jamais protéger. Surtout en cette période où bruissent à nos portes, au Mali, en Mauritanie, au Niger et un peu plus loin au Nigéria, des pratiques d’exclusion et d’intolérance meurtrières,  faisant du coup du Sénégal un pays enclavé, n’ayant que la mer comme seule issue.

La seconde affaire qui a défrayé la chronique est liée à la publication du livre,  « L’Islam et la Culture grecque », du Pr Oumar Sangaré,  universitaire agrégé de grec et de grammaire. Que l’on soit d’accord ou non avec l’auteur, reconnaissons tout de même qu’il n’était nullement dans ses intentions de se livrer à une quelconque profanation mais à un travail intellectuel. Et là, on bascule dans le champ du débat qui refuse toute police de la pensée. A une opinion intellectuelle, il faut opposer une opinion intellectuelle contradictoire.

Argument contre argument, en posant sur la table  la preuve de ce qui est avancé, la vérité de ce qui dit, à savoir l’adéquation du discours avec la réalité. Il s’agit d’une nécessité d’autant plus impérieuse que là aussi, on sait qu’on sort du champ religieux. Car comme dit l’adage,   « Un Dieu prouvé n’est pas un Dieu mais un objet dans le monde ».

En somme, « Dieu ne se prouve pas, il s’éprouve ». Il est par conséquent important dans une société, de pouvoir faire le départ entre ce qui relève du débat et ce qui relève de la croyance qui suppose une adhésion sans faille, une osmose de la personne qui croit avec l’objet auquel il croit, contrairement au savoir qui suppose une distanciation qui interpelle et questionne.

Pour sûr, notre époque exige une approche autre et nous oblige à « une vraie attitude de confiance critique qui allie la foi profonde à l’esprit critique et créatif », comme le souligne avec pertinence Tariq Ramadan 1. Notamment pour tout ce qui est des affaires politiques et sociales.

S’inscrire en débat suppose par conséquent le courage d’assumer le débat, c’est-à-dire d’échanger puisqu’il s’agit d’être en quête de vérité. Il importe donc de  reprendre l’initiative, ce qui suppose une curiosité, une ouverture d’esprit, une acceptation de la différence. En somme une humilité fondamentale sans laquelle aucune remise en question ne sera possible, puisque  engoncée dans le cauchemardesque fauteuil de ses certitudes mortifères.  

Vieux SAVANE   
Publication Sud Quotidien du 02/06/2014

1. Tariq Ramadan. In L’Expression de Bruxelles. 11 mars 2008

Comments are closed.