Emeutes politiques et sociales au Sénégal suite a l’affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr: Quand l’histoire bégaie du côté tragique

0
162

La démocratie sénégalaise a connu des crises politiques et sociales d’une grande ampleur marquées par des mouvements sociaux de contestations violentes et de mobilisations collectives engageant les populations, les sociétés civiles, les acteurs politiques et plus particulièrement la jeunesse urbaine. Des tumultes notés à différents moments de l’histoire du pays et ailleurs en Afrique, écartant ainsi la thèse de l’exception sénégalaise, évoquée par certains observateurs, au lendemain des émeutes violentes de mars 2021 au Sénégal. 

Par Jean Michel DIATTA

Les manifestations violentes enregistrées au Sénégal du 3 au 8 mars 2021, faisant une dizaine de morts du côté des manifestants et des centaines de blessés, ont été qualifiés «d’inédites» par certains observateurs, voire même par Amnesty International (https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/actualites/senegal-flambee-de-violence-manifestations-8-morts).

“Le chaos”. En deux mots, plusieurs quotidiens, à savoir WalfQuotidien, Enquête, Vox Pop, l’Observateur, Source A, etc. résumaient la situation au Sénégal le 3 mars 2021, jour d’arrestation pour «troubles à l’ordre public» et «participation à une manifestation non autorisé» de l’opposant Ousmane Sonko. Le leader du parti Pastef/Les Patriotes accusé de «viols répétés» et «menaces de mort» par la «masseuse» Adji Sarr, était en route pour répondre à la convocation du juge du 8ème cabinet.

« Inédit » ? L’idée de nouveauté collée à ces événements ne plaît pas à des acteurs et témoins de l’histoire politique du pays. Le Dr Dialo Diop, secrétaire général honoraire du Rassemblement national démocratique (RND), le parti créé en 1976 par feu Cheikh Anta Diop, est de ceux-là.

«Seule la méconnaissance de notre propre histoire peut expliquer pareille affirmation. En effet, aussi bien localement au Sénégal et en Afrique de l’Ouest que dans l’ensemble de notre continent, on ne compte plus les soulèvements spontanés de masses populaires non armées, en révolte contre les abus en tous genres de dirigeants incompétents, autoritaires et corrompus», s’agace-t-il.

UN CONTINENT NOIR MARQUE PAR DE NOMBREUSES REVOLTES SAGLANTES

Pour étayer son propos sur l’existence de révoltes précédentes contre «des régimes dépendant de l’étranger, illégitimes et violents», Dialo Diop dont le parti se réclame du nationalisme africain ou panafricanisme, cite pêle-mêle quelques exemples.

«Avant comme après les fumeux « Printemps arabes » des années 2010, de nombreux pays africains ont connu de telles insurrections citoyennes pacifiques, depuis les « Trois Glorieuses » au Congo Brazzaville qui ont eu raison de l’abbé Fulbert Youlou dès 1963, jusqu’à la fuite du traître Blaise Compaoré hors du Burkina Faso en 2015, en passant par nos compatriotes maliens qui ont laissé plus de cinq cents jeunes victimes dans le renversement du dictateur putschiste Moussa Traoré en 1991, ou encore le sacrifice de l’adolescent Hector Petersen à Soweto, le 16 juin 1976, (soit un quart de siècle après le massacre de Sharpeville), qui annonçait près de deux décennies de soulèvement ininterrompu, jusqu’à l’abolition de l’apartheid en 1994…»

Dialo Diop, RND

LE SENEGAL TRAINE SES CASSEROLES

Au Sénégal, avec les événements violents de la semaine du 3 au 8 mars 2021, c’est l’histoire qui semble se répéter aux yeux de Dialo Diop, en plus dramatique.

«Le Sénégal, pour sa part, a vécu le jour de l’élection présidentielle du 1er décembre 1963 et en plein Dakar un massacre de centaines de citoyens sans armes par des tirs d’hélicoptères de l’armée régulière, même si le bilan officiel n’a reconnu qu’une cinquantaine de morts !», se souvient-il.

Ce soulèvement populaire de 1963 réprimé dans le sang avait été provoqué par la candidature unique du président Léopold Sédar Senghor, chef de l’Union progressiste sénégalaise (UPS), à la première élection présidentielle du Sénégal alors indépendant depuis trois ans. Pour être candidat, le parrainage de dix députés au minimum était nécessaire. Or, aucun parlementaire n’a osé soutenir la candidature d’une figure de l’opposition regroupée sous la bannière «Démocratie et unité sénégalaise».

«De même, la lutte contre le troisième mandat d’Abdoulaye Wade nous a imposé une insurrection pacifique le 23 juin 2011, avant de nous coûter finalement une douzaine de morts au moins», renchérit Dialo Diop, frère de l’activiste sénégalais Oumar Blondin Diop, un jeune «gauchiste», figure emblématique du mouvement contestataire post-soixante-huitard qui défia le président sénégalais Léopold Sédar Senghor. Il fut retrouvé mort dans sa cellule, «suicide» par pendaison, selon l’administration pénitentiaire, à la prison de l’Ile de Gorée, dans la nuit du 10 au 11 mai 1973.

Les violentes manifestations post-électorales de février 1988, marquées par des séries de casses et de heurts, sont à ranger dans ce lot. Des voitures brûlées, des magasins saccagés, des stations d’essence en proie aux flammes, tel était le décor du moment. Conséquence : Me Abdoulaye fut arrêté le 29 février 1988 et plus de 200 personnes ont été interpellées.

MAI 1968 : L’ARMEE REFUSE DE TIRER SUR LES MANIFESTANTS

Le mouvement de Mai 1968 est également un événement qui peut conforter Dialo Diop dans sa position avec la vague de contestations estudiantines et syndicales transformée en situation quasi insurrectionnelle dans plusieurs quartiers de Dakar dont la Médina et le centre ville. Les émeutes, qui s’étendirent aux lycéens et aux syndicats de travailleurs, bénéficia du soutien de franges importantes de la population, tandis que l’État pouvait compter sur la loyauté de l’armée, le soutien des marabouts et de certaines populations rurales.

Devant le chaos ambiant, des mesures d’exception furent prises : l’état d’urgence fut décrété et la situation revint au calme quand l’armée reçut l’ordre de tirer. Ce qu’elle refusa.

«Autant de pâles copies locales des sinistres “Tontons macoutes“ duvaliéristes à Haïti»,

Dialo Diop, RND

Par ailleurs, la présence de nervis aux côtés de la police nationale (démentie par le ministre de l’Intérieur Antoine Félix Diome) dans les violentes manifestations de mars 2021, armés de gourdins et auteurs d’exactions sur des manifestants, a suscité un tollé d’indignations du côté de la société civile (https://www.sudonline.sn/la-societe-civile-met-en-demeure-l-etat_a_51130.html). Une donne qui ne laisse pas indifférent l’ancien secrétaire général du RND offusqué par cette «prétendue exception sénégalaise qui nous distinguerait des pays frères africains» répandue dans l’opinion.

«C’est un goût amer de déjà vu que peuvent laisser les sinistres événements de la semaine écoulée à travers tout le pays, dominés par des arrestations massives et le meurtre de sang-froid d’enfants et d’adolescents aux mains nues, par des forces de police et de gendarmerie surarmées et secondées par des nervis et miliciens  partisans, rappelant étrangement les « comités d’action de l’UPS“ ou les « calots bleus » du PDS ! Autant de pâles copies locales des sinistres “Tontons macoutes“ duvaliéristes à Haïti», peste-t-il.

AMNISTIE AGITEE POUR L’AFFAIRE SONKO, KARIM ET KHALIFA

Et si Macky suivait les pas de Senghor et Diouf ?

Après les appels à l’apaisement et l’intervention des religieux, le calme est revenu sur l’ensemble du territoire national. Qui plus est, ces interventions semblent avoir «grippé» l’action judiciaire enclenchée contre le leader de Pastef Les Patriotes, placé sous contrôle judiciaire.

Les interventions diverses pour favoriser la décrispation politique remettent néanmoins au goût du jour la manière de solder les soubresauts dramatiques qui surviennent au Sénégal depuis les indépendances. Les Présidents Senghor et Diouf ont eu recours à des lois d’amnistie pour remettre les compteurs à zéro ou passer l’éponge en espérant enclencher une dynamique de concorde nationale.

Senghor enterre les «délits» de Mai 1968

Par exemple, le Président Léopold Sédar Senghor a privilégié l’amnistie contre de multiples «infractions ayant eu, à quelque titre que ce soit, un caractère politique», à travers la loi du 25 mars 1976. C’est ainsi que tous les délits commis durant les troubles politiques et sociaux de l’année 1968 ont été effacés. Il en est ainsi de la loi votée auparavant pour enterrer les transgressions du même ordre commises entre le 4 avril 1960 et le 24 février 1967, parmi elles la tuerie du 1er décembre 1963.

Diouf efface les troubles politiques de 1988

Pour sa part, le président Abdou Diouf avait utilisé la loi 91-40 du 19 juillet 1991 pour amnistier «de plein droit toutes les infractions criminelles ou correctionnelles commises entre le 1er août 1987 et le 1er juin 1991, tant au Sénégal qu’à l’étranger, non seulement en relation avec les évènements dits ‘’de Casamance’’, mais aussi les infractions commises entre le 19 mai 1988 et le 8 avril 1991». L’intervalle temporelle prend ainsi en compte, sans les nommer, les troubles politiques de 1988 qui avaient occasionné plusieurs morts et d’importants dégâts matériels avec comme protagonistes de premier plan Abdou Diouf et le chef de l’opposition Abdoulaye Wade.

A Macky le tour ?

Va-t-on vers l’amnistie de toutes les infractions d’ordre politiques commises sous le régime de Macky Sall ? Le moins que l’on puisse dire, les appels au rétablissement des droits civiques et politiques de Karim Wade et Khalifa Sall via une loi d’amnistie sont de plus en plus nombreux. Ce qui impliquerait peut-être l’effacement de «dossiers noirs» auxquels le régime en place serait lui-même prisonnier.

Par Jean Michel Diatta

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :