Empreinte carbone du numérique en France: les écrans pointés du doigt

0
158

Les terminaux numériques, c’est-à-dire les écrans de nos smartphones, des téléviseurs ou des ordinateurs, sont à l’origine de la grande majorité de la pollution numérique en France. C’est le résultat d’une étude que viennent de publier l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (l’Ademe) et l’Autorité de régulation des communications électroniques des postes et de la distribution de presse (l’Arcep).

Le numérique représente 2,5% de l’empreinte carbone de la France. L’Ademe a évalué la quantité de CO2 rejeté. Ce sont 16,9 MT équivalents de CO2 qui sont émises chaque année. Cela correspond aux émissions directes d’un parc automobile de plus de 12 millions de véhicules.

Si l’on ramène cela à l’échelle d’un habitant, l’impact numérique annuel d’un Français équivaut à plus de 2250 kilomètres parcourus en voiture et cela engendre 300 kg de déchets. Par ailleurs, le numérique est à l’origine de 10% de la consommation d’électricité en France.

L’étude s’est penchée sur l’impact des terminaux, des réseaux et des centres de données (les data center). Pour chacun de ces segments, une douzaine de types d’impact sur l’environnement a été analysée à l’instar de l’épuisement des ressources, l’écotoxicité ou le changement climatique.

À chaque fois, c’est la partie « terminaux » qui arrive en tête. Ils sont à l’origine, selon les critères choisis, de 64 à 92% de ces impacts, entre autres car ils sont nombreux. Les data center représentent de 4 à 22% de l’empreinte environnementale, la plus importante portant sur la consommation d’énergie. Quant aux réseaux, ils sont responsables de 2 à 14% des impacts.

Réemploi et reconditionnement

Le constat dressé, les auteurs de l’étude listent aussi une quinzaine de pistes à suivre pour tenter de limiter cet impact. Parmi les différentes pistes possibles, les auteurs préconisent le reconditionnement des téléphones portables. C’est en effet la fabrication qui a l’impact le plus important. Ces équipements nécessitent une quantité importante de matières premières ce qui génère des déchets et demande de l’énergie à l’extraction.

La fabrication elle-même requiert aussi une grande quantité d’énergie. Or, ces équipements sont souvent produits en Asie ou aux États-Unis, des régions où le mix énergétique est fortement carboné.

Résultat: acheter un téléphone mobile reconditionné plutôt qu’un smartphone neuf permet de réduire l’impact environnemental annuel de 55 à 91% selon les critères.

Les téléphones reconditionnés existent déjà. Leurs ventes en 2020 ont permis d’économiser en France environ 230 000 tonnes de matières premières. Mais, le potentiel est loin d’être exploité à son maximum. En 2020, les ventes sont estimées à 2,8 millions d’unités alors que 110 millions de téléphones mobiles dormiraient dans les tiroirs des Français, même si tous ne sont pas réutilisables.

Indicateurs de comparaison

Les auteurs suggèrent aussi de mieux communiquer auprès des consommateurs sur l’impact environnemental des produits et service avec la mise en place d’indicateurs simples pour leur permettre de comparer les produits.

Autre piste parmi la quinzaine proposée, le soutien à une offre française écoresponsable, ou encore augmenter la durée de vie des appareils et lutter contre l’obsolescence logicielle. Selon l’Eurobaromètre de la Commission européenne, les problèmes de logiciels seraient responsables du remplacement d’environ un appareil numérique sur cinq.

RFI.FR

Comments are closed.