En 78 ans, l’Assemblée générale de l’ONU a été marquée par des moments et résolutions historiques

0
228

– L’ancien président vénézuélien Chavez a qualifié George W. Bush de « diable », tandis qu’en 1987, le président nicaraguayen Daniel Ortega a accusé les États-Unis de financer les rebelles

AA / Ankara / Melike Pala

Lors de l’Assemblée générale des Nations unies (ONU), qui réunit chaque année plus de 190 dirigeants mondiaux à New York aux États-Unis, de nombreuses décisions qui ont façonné l’histoire ont été prises depuis 1945, tandis que des événements remarquables et extraordinaires se sont produits de temps à autre.

Parfois, des déclarations controversées sont utilisées lors des réunions, et parfois des discours qui devraient durer 15 minutes s’éternisent pendant des heures.

Anadolu a compilé les moments intéressants et controversés des 78 années de réunions de l’Assemblée générale des Nations unies.

– Le leader cubain Castro détient le record du plus long discours

Bien que l’Assemblée générale des Nations unies exige que les discours durent au maximum 15 minutes, il n’y a généralement pas d’interférence dans la manière dont l’orateur utilise le temps qui lui est imparti. C’est pourquoi le temps utilisé par certains orateurs à l’Assemblée générale ne dure pas des minutes, mais des heures.

Le discours prononcé par l’ancien président cubain Fidel Castro le 26 septembre 1960 en est un exemple.

S’exprimant à l’Assemblée générale pendant environ 4,5 heures (269 minutes), Castro a inscrit son nom dans l’un des moments historiques de ce discours en déclarant : « Si John F. Kennedy (alors candidat à la présidence des États-Unis) n’avait pas été millionnaire, analphabète et illettré, il aurait clairement compris qu’il ne pouvait mener de rébellion contre les paysans ».

– Chavez a comparé Bush au « diable »

À l’Assemblée générale, où de nombreux débats houleux ont eu lieu au cours des 78 dernières années, il y a également eu des moments où les dirigeants ont fait des remarques insultantes à l’égard des dirigeants d’autres pays et se sont accusés les uns les autres.

L’ancien président vénézuélien Hugo Chavez, dans son discours de 2006, a été enregistré comme l’un des moments intéressants lorsqu’il a déclaré : « Le diable est venu ici hier, aujourd’hui ça sent encore le soufre », en faisant référence au soufre, qui est associé au diable dans la Bible, pour l’ancien président américain George W. Bush, qui avait pris la parole le jour précédent. Chavez a ensuite déclaré qu’avec le successeur de Bush, Barack Obama, l’estrade ne sentait désormais plus « le soufre ».

En 1987, le discours du président nicaraguayen Daniel Ortega accusant les Etats-Unis de « financer les rebelles » en Amérique latine et de « soutenir la dictature d’Anastasio Somoza Debayle » au Nicaragua, avait fait quitter la salle à la délégation américaine.

« Le peuple nicaraguayen doit peut-être s’asseoir et l’écouter, mais pas moi », a déclaré Vernon Walters, alors ambassadeur des États-Unis auprès des Nations unies.

– Exemples d’autres discours mémorables prononcés à l’Assemblée générale

L’un des moments les plus remarquables de l’Assemblée générale des Nations unies, qui a été le théâtre de discours mémorables et parfois de gaffes, a été le discours de 100 minutes prononcé par le dirigeant libyen de l’époque, Mouammar Kadhafi, en 2009.

Kadhafi a critiqué le Conseil de sécurité de l’ONU en déclarant : « Il ne devrait pas s’appeler Conseil de sécurité, mais Conseil de la terreur ».

Dans son discours de 1972, l’ancien président ougandais Idi Amin, après avoir fait l’éloge de l’ancien Premier ministre britannique Edward Heath, a commis une grave erreur en le comparant à Adolf Hitler. Plus tard, Amin a corrigé son erreur en déclarant : « Je voulais dire Winston Churchill, pas Hitler. Heath ressemble à Churchill ».

– Les sessions sont ouvertes et closes avec le marteau islandais

Le marteau est devenu un symbole de l’Assemblée générale après que l’Islande l’a présenté au président de l’Assemblée générale des Nations unies en 1952 pour ouvrir et clore les sessions, adopter l’ordre du jour et voter les résolutions.

Le marteau islandais a été accidentellement brisé par le diplomate irlandais Frederick Boland en 1960, alors qu’il tentait de calmer l’ancien président de l’Union soviétique, Nikita Khrouchtchev.

À la suite de cet incident, le nouveau marteau demandé à l’Islande a été perdu en 2005 et a dû être remplacé.

– Les discours d’ouverture de l’Assemblée générale prononcés par le Brésil

Le Brésil n’est pas le pays hôte et qu’il n’est même pas membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, mais il prononce chaque année le discours qui ouvre la semaine de réunions de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations unies.

L’ancien chef du protocole de l’ONU, Desmond Parker, a expliqué la raison de cette pratique, qui existe depuis la 10e Assemblée générale de l’ONU en 1955 : « Autrefois, lorsque personne d’autre ne voulait prononcer le premier discours, le Brésil proposait toujours de le faire. Il a donc gagné le droit de parler en premier à l’Assemblée générale ».

Il a ajouté qu’après l’ouverture de la liste des orateurs, le pays qui avait été le plus rapide à imprimer son nom prenait la tête du discours et disait : « Le plus rapide gagne ».

L’ordre des interventions à l’Assemblée générale n’est pas alphabétique. Après les États-Unis, pays hôte, qui prennent la parole après le Brésil, l’ordre des interventions est basé sur le niveau de représentation de tous les États membres, l’heure de la demande d’intervention et d’autres critères, en tenant compte de l’équilibre géographique.

– Les sièges ont leurs propres règles, pas de cérémonie formelle

La disposition des sièges à l’Assemblée générale a également ses propres règles. Le Secrétaire général choisit au hasard le nom d’un État membre dans un chapeau contenant les noms de tous les États membres.

Le pays sélectionné a le droit de s’asseoir sur le premier siège à droite, puis la disposition des sièges se poursuit dans l’ordre alphabétique.

L’objectif est d’éviter qu’un pays ne s’assoie chaque année à la même place, afin de garantir l’égalité des chances et la répartition équitable des sièges.

Parker a indiqué qu’en raison du grand nombre de dirigeants et de délégations participant aux pourparlers, il n’est pas possible d’organiser une cérémonie d’accueil officielle, ajoutant qu’un ou deux fonctionnaires du Service du protocole et de la liaison accueillent les chefs d’État et de gouvernement.

– Autres événements et instantanés de l’Assemblée générale des Nations unies

L’Indonésie est devenue le premier et le seul pays à soumettre une lettre pour quitter l’ONU en 1965 à la suite d’un différend avec la Malaisie.

Le plus jeune invité de l’Assemblée générale a été le bébé de 3 mois de Jacinda Ardern, alors Première ministre néo-zélandaise, en 2018.

En raison de la pandémie de Covid-19, une session en ligne a été organisée pour la première fois dans l’histoire de l’Assemblée générale des Nations unies en 2020.

Leave a reply