En attente de son quota, l’Etat dit non aux privés à la demande de retrait de la Délégation générale du convoyage des pèlerins à la Mecque

0
1192

Le royaume d’Arabie Saoudite n’a pas encore notifié au Sénégal le nombre de pèlerins qu’il lui est permis de convoyer à La Mecque, dans ce contexte de baisse de la capacité d’accueil aux lieux saints de l’Islam à cause de la pandémie de Covid-19. «Nous ne savons pas combien sera le quota, on va le savoir incessamment. Moi aussi j’ai lu dans la presse que nous avons entre 4800 et 5000 pèlerins. Au dernier pèlerinage, nous étions à peu près 12800 pèlerins. Il y a aussi que l’Arabie Saoudite, en raison de la pandémie, a limité les pèlerins à 1 million», a soutenu le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur,  Aïssata Tall Sall, à l’Assemblée nationale hier, mardi 12 avril 2022.

Toutefois, tient-elle à préciser, «le Sénégal est respecté par le royaume d’Arabie Saoudite, en sa qualité de  grand pays musulman. Je suis convaincue qu’en discutant avec les autorités saoudiennes, nous n’aurons que le meilleur.  On ne peut pas avoir notre quota passé, mais on ne sera pas desservis. Nos services, Mame Baba Cissé qui s’occupe particulièrement de la question et le Délégué général au pèlerinage, Abdou Aziz Kébé, sont en train d’y arriver».

Cependant,  le ministre a indiqué, dès maintenant, que le quota qui sera disponible ne sera pas laissé exclusivement aux voyagistes privés. «Je compte sur le sens de la mesure et de la pondération des voyagistes pour que nous puissions nous entendre. Dire que les quotas sont faibles et l’Etat doit se désengager, on ne peut le faire. Il intervient pour pondérer les prix, ne pas laisser les pèlerins à la merci des voyagistes». Il y’a aussi, continue-t-elle, que la Délégation générale au pèlerinage aux lieux saints de l’Islam s’occupe de l’organisation avec le royaume d’Arabie Saoudite.

Yaye Mame Albis, député et voyagiste privé en avait fait la requête. Cela permettrait à son avis aux privés de mieux juguler les pertes causées par les deux années d’inactivité.

Fatou NDIAYE

Leave a reply