En Égypte, les réseaux sociaux luttent contre les violences faites aux femmes

0
341

En Égypte, les réseaux sociaux sont devenus un outil de lutte contre les violences familiales, que ce soit contre les femmes ou les enfants.

En 2020, les réseaux sociaux s’emparent de faits jamais dénoncés survenus en 2014 : un viol en réunion dans un grand hôtel du Caire. Ils mettent en évidence l’existence du harcèlement sexuel et le fait que la majorité écrasante des femmes subissent ou ont subi, au moins, des agressions verbales. 

Les réseaux se sont ensuite attaqués aux violences familiales. Des délits et parfois des crimes dont les victimes sont les femmes et les enfants. Les photos ou vidéos de visages tuméfiés forcent la police à intervenir, même sans plainte directe.

Une lutte active contre les violences familiales ou faites aux femmes

Des sites sont créés sur internet et des pages sur Instagram, Facebook, TikTok par des associations de défenseurs des droits des femmes et des enfants. On explique avec des vidéos les différents types d’agressions ainsi que la législation permettant de poursuivre les prédateurs. Certains fournissent même un soutien psychologique ou légal aux victimes.

Résultat, de nombreux auteurs de violences ont été poursuivis ou arrêtés parce que les langues ont commencé à se délier. Les femmes, les voisins ou de simples témoins de violences n’hésitent plus à déposer plainte. L’excuse selon laquelle l’homme corrigeait sa femme ou les parents éduquaient leurs enfants n’est plus recevable.

Le laxisme des autorités mis à mal sur les réseaux sociaux

Un arsenal juridique a été développé contre les violences familiales. Cela a commencé par les lois contre le harcèlement sexuel. Au départ, elles s’attaquaient aux formes les plus violentes de harcèlement pour progressivement s’intéresser à toutes les formes, y compris les agressions verbales. La législation qui prévoyait des peines contre les hommes battant leurs femmes ou les parents battant leurs enfants ont vu un durcissement de peines.

Mais, plus important encore, sous la pression des réseaux sociaux des organismes officiels pour la défense de la famille et de l’enfance se sont créés. Des organismes qui font la guerre à un certain laxisme des autorités qui fermaient parfois les yeux quand les violences n’entraînaient pas d’hospitalisation.

(rfi.fr)

Comments are closed.