En témoignage à Ousmane Sène, Directeur du WARC.

0
384

« Je me rappelle la danse des filles nubiles
Les chœurs de lutte – oh ! la danse finale des jeunes hommes, buste penché élancé́, et le pur cri d’amour des femmes – Kor Siga ! »

Léopold Sédar Senghor, « Joal », Chants d’Ombre

Distinguer une fois de plus, notre ami et collègue, Dr. Ousmane Sène, le ci-devant Directeur du Centre de Recherches Ouest africain (CROA-WARC), a porté haut les couleurs du Sénégal en se faisant distingué parmi les leaders visionnaires primés par la Visionary Award, le 11 décembre 2022 aux États unis d’Amérique. Le prix récompense, entre autres, les personnalités qui se sont distinguées pour leur engagement novateur et créatif en faveur de la promotion de « l’Éducation, de la Coopération et de la Défense de la cause africaine dans les milieux universitaires, intellectuels et culturels des États Unis et du monde ».

Ceux et celles qui connaissent le récipiendaire ne s’étonneront point de cette distinction exceptionnelle. Il y a de cela plus de trois décennies, il me tenait ce langage si peu commun, à peine faisions-nous connaissance : « ne me compte pas maintenant parmi tes amis. Donne-toi au moins un an pour décider. Si, à terme, tu conclus que je suis bien et mérite d’être de tes proches, tu pourras conclure que je suis vraiment bien. Car chez les Sereer, ou on est vraiment bon ou on est vraiment mauvais. Chez moi, on ne fait jamais les choses à moitié ». A l’expérience, l’homme s’est vraiment révélé exceptionnel, en amitié comme en relations professionnelles.

Président souvent absentéiste de l’Association de Recherche Ouest africaine (AROA), je n’en ai pas moins suivi la dynamique nouvelle qu’il a insufflée au WARC par la diffusion des savoirs, dans le plus large public possible. Cette dimension, la plus connue des activités du WARC, n’est que la partie visible de l’iceberg. En très peu de temps, Ousmane Sène a transformé le Centre en un puissant et non moins efficace outil de la diplomatie universitaire par l’accueil de programmes universitaires des universités du Nord et du Sud, avec, incluse dans tous les séjours, l’incontournable découverte des terroirs sénégambiens. Il a fait entrer dans le quotidien du WARC, l’animation de séminaires académiques, les séances de dédicace des publications scientifiques et littéraires. Les organisations de la société civile du savoir et les politiques y trouvent l’espace des plus vifs débats et controverses, dans les meilleures traditions d’ouverture, de tolérance des Agoras et Penc universitaires.

Au cours des deux dernières décennies, Ousmane Sène a imprimé une empreinte indélébile qui se donne à voir dès l’entrée du WARC : propreté, hygiène, organisation et rigueur de gestion. Ousmane et son équipe font partie des champions de la végétalisation urbaine et ils y sont bien avant que la biodiversité et le réchauffement climatique ne mobilisent le ban et l’arrière ban de la société civile internationale et locale. Il n’est point besoin d’être expert ou de disposer d’instruments de mesures sophistiqués pour savoir que le bilan carbone du Centre est largement positif. Tout le monde en convient : il fait bon vivre au WARC !

L’homme qui a su avec constance conduire cette vision avant-gardiste adosse son action dans la philosophie du président-poète Léopold Sédar Senghor à qui il voue un culte pangolien. Ousmane vit et met en mouvement le principe senghorien de l’enracinement et de l’ouverture. Plus Sereer que lui, tu meurs ! Il incarne toutes les vertus du Laman, de la fidélité en amitié sans jamais transiger avec le travail très bien fait et l’ancrage dans la vérité. Il a un art consommé de détendre l’atmosphère avec un éclat de rire à nul autre pareil. Il m’a fait découvrir son royaume d’enfance jusque dans les moindres recoins des bolongs des îles du Saalum pour me convertir à la poésie senghorienne inspirée par sa muse Yandé Koddu Sène. Ses cousins toucouleurs n’auraient aucune peine à le mettre à nu face à un bol de couscous aux carpes ou pour le dire comme lui « cere waas ». Vous le trouvez à l’arène de lutte avec frappe comme au mbappat,  vous le prendrez pour un chef d’écurie. L’amour de l’art le lie aux plus grands champions de ce sport national. Qui d’autre que Ousmane Sène a pu penser une confrontation, dans une enceinte académique, entre chercheurs de haut niveau de toutes disciplines et champions de lutte comme Manga 2 ou Eumeu Sène ?

Ouvert à tous les vents fécondants des cultures humanistes du monde entier, maniant avec délicatesse la langue de Molière comme celle de Shakespeare, l’homme aujourd’hui mondialement distingué, aime foncièrement son pays le Sénégal, son continent l’Afrique et son terroir le Saalum occidental. Mettre en lumière ce qu’ils ont de mieux à offrir au monde lui incombe plus que tout autre chose.

Njokko njal Usman, que ton nom Seen, en partage avec Roog, le Dieu suprême de la vallée du Nil, résonne pour toujours entre mangroves et bolongs du Saalum.

 

 

Professeur Ibrahima Thioub

Historien, Dép          artement d’Histoire UCAD

Ancien Recteur UCAD

Leave a reply