En visite au groupe sud com : Me Michel Brizoua-Bi au 28ème anniversaire de SUD FM

0
233

En mission à Dakar, le Bâtonnier de l’Ordre des avocats de la Côte d’Ivoire, Me Michel Brizoua-Bi était hier, vendredi 1er juin, dans les locaux de Sud Fm qui célébrait ses 28 ans d’existence.

L’avocat au barreau de la Côte d’Ivoire, Me Michel Brizoua-Bi a salué le travail remarquable fait par la radio Sud Fm. En mission à Dakar, Me Michel Brizoua-Bi était hier, vendredi 1er juillet, dans les locaux de la première radio privée du Sénégal qui fêtait son 28e anniversaire. «Je me trouve à Dakar en mission et ayant appris avec beaucoup de bonheur cet évènement qui marque 28 ans d’existence d’une radio privée dont la qualité du travail fait par ses journalistes force le respect. C’était l’occasion pour moi de venir saluer ces acteurs et rendre hommage à cette institution qui, aussi bien au Sénégal qu’hors du Sénégal, apporte aux citoyens ce qu’on peut appeler l’information du réel qui affronte les défis et qui a aussi le sens de l’équilibre. Je pense que nos cités, nos décideurs ont besoin de ces outils pour enrichir cette œuvre de développement dont ils ont en charge», a fait savoir Me Michel Brizoua-Bi.

Le président de la Commission « Gouvernance » de la Confédération africaine de football (CAF) est aussi revenu sur l’importance pour les décideurs africains de créer des groupes de presse panafricains. «Nos décideurs qui ont mis en place un certain nombre d’outils au plan africain régional, ont créé le cadre. Je crois que les textes, les institutions ne manquent pas. S’il y a un défi aussi dans votre secteur que dans d’autre, c’est d’arriver à construire aujourd’hui des groupes privés panafricains de presse», a indiqué le Bâtonnier de l’Ordre des avocats de la Côte d’Ivoire.

«Groupes privés panafricains» et Sadio Mané comme modèle

Poursuivant son propos, il ajoute : «la presse en Afrique fait face à de nombreux défis surtout la presse privée avec l’arrivée de la digitalisation et d’autres défis. Pour nous en tant que citoyens africains, ce serait de voir aussi bien en Afrique de l’Ouest qu’en Afrique de l’Est des groupes privés panafricains qui offrent du contenu africain à n’importe quel lecteur ou auditeur d’Afrique ».

Face au  phénomène de la migration, Me Michel Brizoua-Bi est d’avis qu’il faut surtout investir dans l’éducation mais aussi construire un rêve africain.  «C’est vrai que l’Afrique est le continent de l’avenir et je pense que cette belle histoire de l’Afrique, personne d’autre ne va pouvoir la raconter. Maintenant que la belle histoire de l’Afrique sorte des grands titres et des grands discours, il faut lui donner un contenu et pour lui donner un contenu, on commence d’abord par l’éducation. On construit un rêve africain avec des valeurs africaines qui peuvent jouer le rôle de repères qui vont insuffler à ces africains ce désir d’Afrique et cela ne peut venir que lorsqu’on voit Sadio Mané né au Sénégal, valeur sénégalaise mais qui devient une star mondiale», a-t-il expliqué. Selon l’avocat au Barreau de Côte d’Ivoire, cela signifie que l’Afrique peut avoir des « talents de dimension mondiale qui peuvent se mettre au service aussi bien de l’Afrique qu’ailleurs». Ce, dans plusieurs domaines comme le football, la science, la technologie peut avoir des talents.

Mariame DJIGO

 

Leave a reply