Enseignement et apprentissage au Sénégal : Des éducateurs en attente de leur bon d’affectation

0
513

5000 enseignants ont été recrutés dans la fonction publique pour renforcer le système éducatif.  Cependant, ils sont nombreux à attendre leur bon d’affectation pour rejoindre leur poste après l’ouverture des classes le 14 octobre dernier.

Plusieurs écoles élémentaires sont en sous-effectif d’enseignants.  Si le ministre de l’éducation nationale du Sénégal a annoncé 5 mille enseignants pour cette rentrée des classes, qui viendront s’ajouter à l’effectif existant, des écoles manquent toujours de personnel enseignant. De nouveaux recrus sont toujours en attente de l’ordre de mission pour rejoindre leur poste alors que l’école a déjà ouvert ses portes depuis le 14 octobre dernier. Une situation qui risque de détériorer la qualité de l’enseignement et l’apprentissage de certains élèves qui sont obligés d’intégrer d’autres classes en attendant l’arrivée de leur maître.   

Ndeye Fatou Sylla fait partie de ces enseignants. Selon elle, elle ne sait toujours pas où elle doit servir. «Je suis prête,  j’ai rempli toutes les formalités, j’attends juste le bon d’affectation pour pouvoir rejoindre mon école», confie-t-elle. Mère de deux enfants, ces derniers  qui devront suivre leur maman ne sont pas encore inscrits.

Habitués à reprendre le chemin des classes le premier jour de l’ouverture, ils devront pour cette fois ci, prendre leur mal en patience. «J’enseignais dans une école privée et mes enfants y étudiaient. Ils sont tout petits, je ne peux pas les laisser avec leur père. Si je dois quitter Dakar, je dois y aller avec eux. Raison pour laquelle, ils ne sont pas encore à l’école. Toutefois, je fais des cours avec eux pour maintenir leur niveau», a-t-elle renseigné.

Dans beaucoup de localités du Sénégal, les directeurs d’écoles font des gymnastiques pour pouvoir prendre le nombre pléthorique d’élèves avec le peu d’enseignants à porter de main. Des élèves sont obligés de se mettre à trois et même à quatre sur une table blanc en attendant l’arrivée des nouveaux recrus pour dispatcher les classes.  Salif Diémé sert dans la zone des palétuviers dans le Bignona en Casamance. « Nous sommes presque oubliés par les autorités nationales dans la répartition des enseignants. Nous sommes en sous-effectif depuis plusieurs années et ce sont les mêmes enseignants que l’on retrouve dans la zone. Ils sont rarement affectés dans la ville et cette situation amène certains à quitter l’enseignement public». Et de poursuivre : « une fois le départ, le remplacement tarde».  Face à cette situation, c’est la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage qui continue de sombrer au même moment que les enseignants font des heures  supplémentaires pour maintenir les apprenants à niveau.

Sur le recrutement des cinq mille enseignants, M. Diémé apporte des clarifications. «Ils ne sont pas tous des nouveaux qui vont rejoindre l’école publique sénégalaise. Ils sont nombreux qui étaient avec nous comme volontaire ou contractuel. Ils ont juste été enrôlés dans la fonction publique. Ces derniers sont le plus souvent confirmés à leur poste et le nombre de nouveaux recrus qui nous viennent du privé ou ailleurs reste moindre le plus souvent. Face à cette situation, il sera difficile de redresser l’école avec le nombre d’enseignants qui reste toujours insuffisant malgré les efforts du gouvernement», a-t-il fait comprendre.

Denise ZAROUR MEDANG

Comments are closed.