Equateur – Sénégal, 15 h GMT : une question de vie…ou de mort

0
674

Pour passer la porte qui s’ouvre au second tour du Mondial, les «Lions», ils devront battre l’Equateur ce mardi. Le cas contraire, ce sera très compliqué. Car même si le nul peut vous y mener, c’est avec une probabilité infime qui n’arrive qu’une fois dans la vie d’un footballeur.

Les «Lions» le savent déjà. Avant de fouler la pelouse de Khalifa International Stadium ce mardi. Ils savent ce que les attend. Et ils savent également qu’il faudra mourir sur le terrain en mouillant le maillot et se dépasser comme jamais dans leur vie. Ou ce sera leur mort dans cette compétition, avec une privation d’un ticket pour le deuxième tour. Le cas échéant, ce serait dommage. Après tant d’efforts et un retour tonitruant sur la scène suite à cette valeureuse victoire sur le Qatar (3-1). Après que les «Lions» ce sont relevés de fort belle manière de leur faux-pas contre les Pays-Bas (2-0), la qualification au deuxième tour serait une suite logique. On ne demande pas trop, mais juste l’essentiel…la qualification. Les jolies séquences ne seront que cerise. Il faut d’abord qu’on ait le gâteau et on verra après.

Il y a de ces matches où il faut toucher la limite de l’impossible pour réussir l’exploit. En dehors de l’aspect tactico-technique, la rage et l’envie de vaincre devraient être des critères pour Cissé au moment de constituer son onze. L’absence de vrais guerriers prêts à se défoncer pour éviter une élimination prématurée pourrait être fatale. Dommage que Kouyaté ne sera pas là.

Avec l’impératif de victoire, on regarde trop devant pour chercher le but qui fera le bonheur des «Lions». Mais cela ne devrait pas pousser Cissé et son staff à oublier derrière. Il reviendra alors à Koulibaly et sa bande de verrouiller derrière. Car un but encaissé nécessitera des buts de plus à inscrire. Ce qui ne serait pas une mince affaire devant cette équipe équatorienne. Juste rappeler en passant que c’est une équipe qui défend, et non pas seulement la défense. Ce qui veut dire que chacun des «Lions» sur le terrain devra être pleinement concerné par le repli défensif. Cependant, jouer sans encaisser dans ce Mondial serait une première mais le défi est à la portée de l’équipe sénégalaise. Sinon, c’est l’attaque qui fera plus à chaque fois pour ne pas perdre cette chance de se qualifier au second tour. Justement en parlant de l’attaque, le plus gros du boulot revient à elle. Car autant la patience est de mise dans ces genres de match, autant le fait de marquer tôt peut aider à se mettre à l’abri. L’idéal sera de mettre ce but avant la pause et fait migrer la pression au camp adverse.

Jouez, mettez les tacles…

Dans ces genres de matches, l’équipe la plus déterminée en étant présente sur tous les bons coups aura plus de chance de passer. Et ce n’est pas la menace de suspension qui pèse sur cinq «Lions» qui devra clamer les ardeurs sénégalaises. La qualification est plus importante aux yeux des Sénégalais que tout autre chose. Et tout le monde devra jouer sans frein en main. Car une fois la qualification validée, les suspendus pour un deuxième jaune seront remplacés sans trop de difficultés. Aliou Cissé n’a aucun doute là-dessus.  Il souligne en conférence de presse : «Un footballeur professionnel quand il rentre sur le terrain, il ne peut pas penser à sa propre personne. Il doit s’intéresser surtout à ce dont l’équipe a besoin et ce qu’il doit faire pour l’équipe. Les garçons, même s’ils ont des cartons savent que le besoin immédiat c’est de se qualifier au prochain tour. Je suis sûr et certain qu’ils feront abstraction à ces cartons et donneront le maximum d’eux-mêmes pour que l’équipe aille de l’avant. Les cartons, on les met de coté pour se concentrer sur le match. Surtout les ingrédients qu’il faut mettre individuellement dans ce match.» A bon entendeur…

Préparez à faire face au bloc bas

On ne sait pas comment va se comporter l’Equateur face au Sénégal. Mais on peut imaginer sans risque de se tromper qu’une équipe qui est qualifiée au coup d’envoi du match n’acceptera pas de prendre trop de risques face à un adversaire contraint de gagner pour passer. Loin de paniquer, on imagine les Equatoriens confortablement installés dans leur zone exerçant un léger pressing pour contenir les «Lions». Le bloc bas n’est pas à écarter dans ce que va proposer l’Equateur. Et le coach saura sans doute que le coach des «Lions» a eu des difficultés dans le passé de proposer des solutions face à des équipes qui font bloc bas. Cependant, Cissé commence à avoir l’habitude  face à ces genres de situations comme il l’a révélé dans un entretien paru dans Onze Mondial en septembre dernier. «Depuis que je suis à la tête de l’équipe nationale du Sénégal, on a toujours été confrontés au même football, des équipes qui vous laissent le ballon et qui restent derrière. Dans ces cas-là, soit on contourne le bloc bas, soit on passe à l’intérieur, soit on passe au-dessus ou tout simplement sur les coups de pied arrêtés. Souvent, ce sont des équipes qui resserrent beaucoup les lignes. Soit viser au-dessus de ce bloc et jouer les deuxièmes ballons et attaquer. Sinon face à une équipe qui ne veut pas sortir et qui fait beaucoup de fautes, il faut utiliser les coups de pied arrêtés pour marquer», a-t-il dit. Reste à savoir si ce sera facile pour lui de transmettre sa pensée sur le terrain.

Pourtant le nul peut suffire

Le saviez-vous ? Pourtant le nul peut suffire au bonheur des «Lions». Sauf que le pourcentage de chances est infime pour ne pas dire impossible. C’est juste une probabilité mathématique. Dans la logique, Aliou Cissé ne devra pas accepter de l’intégrer dans sa pensée. Car il faut que le Qatar déjà éliminé avec 0 point au compteur batte les Pays-Bas. Et pas n’importe quelle victoire d’ailleurs. Il faut une victoire avec trois buts d’écart. Une probabilité mathématiquement possible mais logiquement inimaginable.

De Nos Envoyés Spéciaux : Abdoulaye THIAM et Khalifa Ababacar GUEYE

Leave a reply